BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

Au Recours Citoyens

Une démarche citoyenne

À propos du projet

Nous sommes trois citoyens de la ville de Joué lès Tours engagés dans le recours en annulation des élections municipales 2014.
N'étant pas candidats à ces élections et n'appartenant à aucune formation politique, nous dénonçons la diffusion d’un tract mensonger et diffamant à la veille du second tour des élections municipales 2014 dans notre commune.
Ce tract a participé à l'établissement d'un climat de peur autour de la pseudo-théorie du genre en pleine campagne électorale.
Nous faisons appel à vous qui refusez de telles dérives électorales.


Le procès devant le Conseil d’État adébuté le 21 décembre 2014et entraîne des frais d'avocat.

PARTICIPEZ A CETTE DEMARCHE CITOYENNE ET FAITES-LA CONNAITRE !

Nous avons été choqués par la distribution illégale d’un tract quelques heures avant  la clôture de la campagne électorale. Mais surtout, son contenu a créé un climat de trouble altérant la sérénité du scrutin.

PETIT HISTORIQUE:

Dimanche 23 mars : premier tour des élections municipales.

Jeudi 27 mars : une mère de famille accuse d’abus sexuel une enseignante de petite section

Vendredi 28 mars:

Apparition dans  la matinée d'un tract utilisant la charte graphique de la liste menée  par  Frédéric Augis et parlant au nom de ce dernier (le "je" est   régulièrement employé).

On y accuse Philippe Lebreton, maire sortant et candidat, d'avoir  "bousculé  les valeurs de la famille"  et d'imposer "l'enseignement de la  théorie du  genre" dans certaines écoles de la  ville.

Le soir, à l’heure de la sortie des écoles, un rassemblement de mères de familles est organisé sur le parvis de l’école Blotterie. Sont présents des parents d’élèves de cette école mais aussi d’autres personnes.

On y voit notamment monsieur Wiederman, adepte de « l’école à la maison », madame Dalila Hassan et madame Farida Belghoul, respectivement membre et initiatrice des JRE (Journée de Retrait de l’Ecole). Cette dernière est photographiée, en cette occasion, avec le tract diffamatoire à la main.

Les manifestants affirment disposer de « preuves que la théorie du genre est enseignée dans l’établissement ».
L’atmosphère est tellement tendue que les enseignantes et les parents d’élèves réunis à l’école se sentent personnellement menacés : ils ne peuvent sortir de l’école que sous la protection de la police municipale.

Samedi 29 mars : une vidéo de dix minutes est mise en ligne sur le site des JRE. Dalila Hassan, qui se présente comme « responsable de la JRE 37 300 », y livre un récit accablant : un garçon « a expliqué que la maîtresse avait baissé son pantalon, qu'il y avait aussi (…) une petite fille à qui on a baissé le pantalon et (…) que la maîtresse a demandé à la petite fille de toucher ses parties génitales et au petit garçon de toucher les parties génitales de la petite fille et ensuite de se faire des bisous ». Elle dit se faire l'écho des craintes d'une mère tchétchène. A la fin de la vidéo, un slogan : « Vaincre ou mourir. ». Au cours d'un week-end, 54 000 personnes visionnent la vidéo (source : le Monde).

Dimanche 30 mars : second tour des élections municipales. Des personnes sont vues devant les locaux d’un bureau de vote avec le tract diffamatoire.
La liste du maire sortant, arrivée en tête au premier tour, est battue de 206 voix soit 1,42 % des suffrages exprimés.

LA PRESSE SE FAIT LE RELAIS DES FAITS: 

Deux articles du journal local : La Nouvelle République du Centre :

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2014/04/02/Theorie-du-genre-le-tract-qui-embarrasse-le-maire-de-Joue-les-Tours-1854978

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Faits-divers-justice/n/Contenus/Articles/2014/06/06/Joue-les-Tours-l-enquete-ne-parvient-pas-a-identifier-l-origine-du-tract-1937269

Un autre article de La rotative:

http://larotative.info/journee-de-retrait-de-l-ecole-a.html

Un article dans la presse nationale : Le Monde

http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/12/theorie-du-genre-enquete-sur-la-folle-rumeur-de-joue-les-tours_4400256_3224.html

Appel devant le Conseil d'Etat

http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Politique/n/Contenus/Articles/2014/11/29/Les-elections-de-Joue-les-Tours-devant-le-Conseil-d-Etat-2134566

À quoi va servir le financement ?

Le fonds participatif a pour objet de financer les frais d'avocat nécessaires à l'accompagnement de notre démarche devant le Conseil d'Etat.  

Aucune contrepartie matérielle n'est évidemment envisageable dans ce type de démarche.

Par contre, nous savons que de nombreux habitants de Joué lès Tours, choqués comme nous, attendent de pouvoir s'investir à nos côtés. Alors, agissons ensemble!

À propos du porteur de projet

C'est la première fois que nous lançons un fonds participatif... 

Au départ, c'est par un cri du coeur que nous avons décidé de lancer ce recours. Nous nous connaissions parce que nous sommes amis, tous les 3 habitant Joué Lès Tours depuis de nombreuses années, impliqués dans diverses associations locales "pour y vivre bien".

Ce qui nous lie et nous a naturellement aménés à lancer ce recours, c'est notre implication citoyenne (vous l'avez certainement perçu en lisant ces lignes...). Nous nous sommes rendu compte que trop peu de Jocodiens savent que les dernières élections municipales ont donné lieu à une contestation portée en justice. Ils sont encore moins nombreux à connaître les faits qui l'ont déclenchée et à savoir que le débat se poursuit devant le Conseil d'Etat.

Lorsque nous avons commencé à en parler autour de nous, les amis de nos amis nous ont fait part de l'intérêt qu'ils portaient à notre démarche et nous ont suggéré de créer ce crowdfunding.

Vive le participatif ! 

Muriel Casteuble, Bertrand Tytgat, Jean-Marc Kieffer