BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

ATELIER D'éco SOLIDAIRE

La seconde vie des objets et mobilier crée des valeurs locales socialement incontournables. Aidez-nous à les pérenniser.

À propos du projet

La Recyclerie créative ATELIER D’éco SOLIDAIRE produit une économie sociale et solidaire, à but non lucratif, avec des déchets, grâce à la réutilisation et la valorisation artistique.

Si notre activité d'intérêt général permet aujourd’hui le maintient des emplois créés depuis 4 ans (10 emplois dont 7 en insertion : 4 jeunes de moins de 25 ans, 1 personne de plus de 50 ans et un contrat de droit commun), elle n’est cependant pas suffisante pour nous équiper. Ce matériel, indispensable pour donner une seconde vie au déchets collectés, est une clé essentielle de la pérennisation de notre association.

En 2013

58 tonnes ont été collectées

52 tonnes ont trouvé une seconde vie.

30 tonnes ont été vendues à très bas coût, au plus près des lieux de vie.

22 tonnes ont profité d’une valorisation créative, générant plus d’heures de travail, plus d’emplois, liés à un prix de vente plus élevé.

La structure accueille aussi :

5 créateurs en résidence qui lancent leur activité d’entrepreneur autonome.

Plus de 20 bénévoles actifs de toutes générations qui participent à produire l’activité de l’association, permettant un échange transgénérationnel et transculturel remarquable.

Nous avons besoin d’améliorer nos espaces d’accueil du public, d’acheter et de renouveler les outils, le matériel d’atelier, les véhicules utilitaires, qui par l’activité additionnelle générée, vont directement participer dans les 2 ans à créer au moins 6 emplois complémentaires.

Les finances publiques étant devenues plus complexes et plus longues à mobiliser, nous faisons appel à tous ceux qui croient aux bénéfices du développement de nos fonctions pour aujourd'hui, pour demain et au plus près des territoires.

Page Facebook - Epingles Pinterest

Boutique d'éco Solidaire du Grand Parc

Exposition/vente permanente

A quoi va servir le financement ?

Avec 10 000 €, la moitié est investie dans les aménagements de la Boutique d’éco Solidaire implanté dans le quartier sensible du Grand Parc, donnant aux usagers une présentation plus valorisante des équipements disponibles, plus un stockage pour tous les objets et mobilier dont ils n’ont plus l’utilité qui sont déposés en apport volontaire.

L'autre moitié est consacrée à l'achat ou le renouvellement de matériel destinés aux ateliers de réparation et valorisation créative (outils électroportatifs pour le bois, compresseur de tapissier, etc).

Avec 15 000 €, nous achetons une sableuse de meubles, raccourcissant le process de préparation des supports afin de donner une seconde vie à un plus important volume de mobilier et proposer au public des meubles prêt à peindre soi même.

Avec 25 000 €,nous avons à disposition 10 000 € correspondant à la moitié de l’achat d’un véhicule utilitaire, générant directement jusqu'à 3 emplois d'avenir.

Avec 35 000 €, nous avons 20 000 € pour acquérir en totalité le véhicule utilitaire qui élargit les volumes de collecte, d’activités et valide la création jusqu'à 3 emplois d’avenir.

Avec 45 000 €, nous consacrons les 10 000 € supplémentaires à financer les actions pédagogiques : l’événementiel, les expositions ou l’animation sur les lieux publics et privés, afin de sensibiliser un public non captif, élargissant le champ des pratiques positivement durables. Cet apport sera moteur pour  les interventions en milieu scolaire, collèges, lycées, universités, grâce au pré-financement validant la création d’un emploi dédié à cette mission.

À propos du porteur de projet

Décoratrice, plasticienne et photographe, Nathalie Kaïd a travaillé, depuis 20 ans, à la récupération de meubles, luminaires, objets déco, pour la transformation et la création de mobilier de tout style.

Fabrice Kaïd s’est attaché à développer des supports médiatiques accessibles au plus grand nombre afin de transmettre des savoir-faire créatifs et durables.

En 2010, le couple propose à la collectivité de fédérer des compétences afin de générer une économie sociale et solidaire à partir d’objets, mobilier ou matières extraits de la destruction. Comme dans d’autres métropoles, les pouvoirs publics ont confirmé qu’ils étaient favorables au développement de ce principe vertueux sur le territoire, sans être totalement prêt. Dès lors, Véronique Dowling pourvue d’un parcours réussi dans une ONG en Irlande, Armelle de Labarre, entrepreneuse dans le vin, Chantal Hubert, sculptrice, Micheline Menezzo qui disposait d’une expérience associative très riche, Roger Etienne un touche à tout hors pair, se sont retrouvés sur les engagements sociaux et environnementaux que souhaitait défendre l’association.

Aujourd’hui, ce sont 10 salariés avec un potentiel de 6 emplois supplémentaires à moyen terme, 5 créateurs en résidence qui sont soutenus dans leur entreprenariat autonome et 20 bénévoles actifs de tous âges qui participent à transformer la matière collectée.