BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitter

Les archives de Louis Charbonneau-Lassay

Aidez à la reconstitution des ouvrages non achevés ou perdus de Charbonneau-Lassay

  • Le Lapidaire

    Chers amis,

    Je tenais à vous informer que j'ai démarré le scan des archives du Lapidaire de Charbonneau-Lassay cette semaine! Je suis impatient de découvrir et de partager avec vous leur contenu... Comparé au Vulnéraire du Christ, il y a très peu de dossiers. Cela devrait aller vite.

    Pour les quelques dossiers que j'ai pu consulter en détails pour le moment, je puis vous assurer que le Lapidaire est une continuation d'une très grande richesse de l'étude sur l'emblématique christique entamée avec le Bestiaire du Christ, mais avec les pierres et minerais divers comme supports symboliques.

    Je mentionnerai rapidement la pierre d'amiante, la pierre d'aimant, le diamant, tous au symbolisme d'une richesse inouïe. Charbonneau a d'ailleurs pris des notes intéressantes sur la similarité des noms de ces pierres, qu'il avait remarquée. Ainsi di-amant était interprété dans les anciens bestiaires comme Dieu-aimant; avec toutes les extensions symboliques que cela peut apporter.

    Je pense maintenant avec assurance qu'il sera possible de reconstituer cet ouvrage dans un futur plus ou moins proche.

  • Une étape importante enfin atteinte...

    Chers amis,

    Je suis heureux d'annoncer que tous les exemplaires de souscription au Vulnéraire, qui ont été auto-édités (pour des raisons de coûts) et imprimés en édition limitée et numérotée (150 exemplaires), ont tous été envoyés au 1er juin. Les souscripteurs qui n'ont pas encore reçu leur exemplaire devraient le recevoir d'ici quelques jours. Un grand merci pour tous les messages de soutien et d'encouragement reçus de ceux qui ont déjà reçu le livre.

    Je suis aussi très heureux d'annoncer qu'au niveau du travail de scan et de préservation des archives de Charbonneau-Lassay, j'ai complété le scan des dossiers du Vulnéraire du Christ. Voici quelques statistiques:

    264 dossiers
    4398 fichiers (2 x 2199 fiches recto et verso)
    56.6 GB de données
    5 mois de travail

    Il reste encore bien du travail à effectuer, et je suis impatient maintenant à l'idée d'explorer les autres dossiers. Je ne sais pas encore si je vais me pencher sur le Floraire, le Lapidaire, ou d'autres dossiers encore inexplorés.

    En attendant, je partage avec vous quelques trouvailles dans les dossiers du Vulnéraire:

    La célèbre gravure du Janus-bifrons de Charbonneau-Lassay, qui inspira à René Guénon un article remarquable, fut en fait un embellissement artistique de la part du graveur à partir d'un petit croquis au crayon sur papier calque fait par son ami le comte Raoul de Rochebrune. On appréciera ainsi le côté artistique de l'érudit archéologue, une qualité non négligeable...

     

    La genèse de la célèbre gravure du cuivre estampé de M. Smith, de Londres, par Charbonneau-Lassay. On ne connaissait officiellement que la gravure en bas à droite, mais il y a eu une autre tentative, où la croix au centre du Coeur est moins détaillée (en haut à droite). Celle-ci symbolise en effet la blessure de la lance au Coeur par le côté, et les quatre clous les blessures aux mains et pieds...

     

    Représentation de Ste Catherine de Sienne du XVIe siècle. On remarquera en particulier la colombe du St-Esprit sur sa tête, et surtout le cube au 5 points surmonté du Coeur contenant le monogramme du Christ, IHS. The cube aux 5 points est le "Signaculum Domini" auquel Charbonneau-Lassay consacra le premier chapitre de son Vulnéraire du Christ. Les 5 points en X représentent les Cinq Plaies de la Passion.

     

    Détail d'un dais du XVIe siècle de de la confrérie des Pénitents Blancs d'Avignon, montrant des membres de la confrérie en adoration devant les Cinq Plaies du Christ. (Dais conservé au musée des tissues de Lyon)

     

    Petit sceau noir de Jehan Coste (XVe siècle), à la thématique on ne peut plus graalique... Le croissant représente la plaie du côté de Jésus seule, et de cette plaie s'écoule le sang du Christ dans la coupe du Graal.

     

    Empreinte par frottis du célèbre marbre astronomique du XVIe s. de la chartreuse de St-Denis d'Orques.

  • Quelques nouvelles...

    Cette news est réservée aux contributeurs du projet. Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

  • Envoi des exemplaires du Vulnéraire du Christ reconstitué - demande de précision

    Cette news est réservée aux contributeurs du projet. Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

  • Extrait des archives de Charbonneau-Lassay - La couronne d'épines

    Cette news est réservée aux contributeurs du projet. Vous savez ce qu'il vous reste à faire !