BackBackMenuClosePlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Osons un vent original sur la fantasy française !

★★★ Venez rejoindre la communauté d'Aila ★★★

À propos du projet

Accompagnez une saga de fantasy qui n'attend plus que vous pour faire encore plus parler d'elle !

La campagne est finie, c'est un succès ! Merci

Le nouvel objectif de 3 500 € n'a pas été atteint

Image de la vidéo de la création de la communauté d'AilaCliquer sur l'image pour lancer la vidéo

Arrow - RedLe 2 mars 2014, en présence d'une trentaine de personnes, a été créée la communauté d'Aila. Cet événement a réuni une partie de ceux qui me soutiennent dans mon aventure littéraire et le souvenir de cet instant convivial restera vivant dans nos mémoires.
D'ailleurs, tous sont prêts à recommencer et, comme tant d'autres auraient aimé y assister, le rendez-vous est déjà pris pour une prochaine réunion !
Un immense merci à Nicolas D. Coiffard pour la réalisation de cette vidéo.

BonusSi nous atteignons les 3 500 € ensemble !…
Ce sera un plaisir pour moi de donner un bonus à tous ceux qui auront fait cet effort de partage pour toucher davantage de donateurs et de lecteurs. En récompense, à ceux qui ont/auront donné :
★ 25 € : le quatrième exemplaire numérique à sa sortie ;
★ 50 € : une petite figurine d'Aila ;
★ 75 € : le bonus de 5 € (au lieu de l'obtenir à 100 €) ;
★ 100 € : ma nouvelle « La naissance de l'Esprit Drag'On » en avant-première.
Si vous êtes en dessous d'un seuil pour déclencher ledit bonus, vous pouvez compléter votre précédente contribution. Je compte encore plus sur vous pour partager sur les réseaux sociaux et entraîner vos amis dans notre aventure…(les boutons sont à gauche des images des trois couvertures en haut de la page)


papillonSortir des sentiers battus…papillon

   Au dernier Salon du livre auquel je participais, une dame s'est approchée de mon stand et m'a lâché de but en blanc : « Je suis venue pour vous. »

   Ce genre de réflexion pour le moins étonnante m'a amenée à lui poser quelques questions pour en savoir plus. Sa réponse fut claire : « Je cherche des œuvres originales, différentes de celles des grandes maisons d'édition qu'on trouve partout. » Intéressant, non ?

   Alors, comment donner ses lettres de noblesse à une œuvre sortant des sentiers battus, de celle qui offre sa différence et son propre univers, mais qui possède une véritable richesse, suffisante pour séduire et enchanter le plus grand nombre si seulement elle parvenait à être davantage connue ? Là est la question…

Couverture de fantasy d'Aila et la Magie des Fées   — Quelle drôle d'idée ! me direz-vous.
   — Quelle belle idée…, vous répondrai-je !

   Je reconnais que mon projet appartient à une catégorie que vous rencontrez rarement sur les sites dans le monde des livres. Pourquoi ? Parce que, dans une certaine mesure, je ne fais jamais rien comme tout le monde… Si cette attitude vous étonne, c’est que vous ne me connaissez pas encore !

   Ce que je voudrais, c'est savoir jusqu'où je peux aller… Et pour le découvrir, je dois me donner les moyens de fournir des ailes à la saga d’Aila. Malheureusement, il me manque une partie des fonds pour y parvenir et donc me voilà parmi vous !

   Ne vous est-il jamais arrivé de vous dire que, si un chemin semble se dérouler devant vous, c’est pour que vous l’empruntiez ?

   C’est mon histoire personnelle depuis toujours et peut-être encore plus depuis que l’écrivain a commencé à partager ses écrits. Ma vie est ponctuée de belles rencontres qui font émerger des idées qui, sur le moment, peuvent paraître un peu folles, mais qui, finalement, me poussent toujours plus loin. Je leur dois tout : mon roman, mon édition, mon premier article dans les journaux, mon premier Salon du livre et, aujourd’hui, la chance de voir mes ventes progresser.

   Pourquoi hésiter quand le souffle du vent murmure : « Envole-toi ! »

Arrow - RedMon projet : après trois romans d'une saga de fantasy publiés en ebook chez UPblisher et bientôt le quatrième, je recherche le financement pour développer les éditions papier de ma saga et augmenter son rayonnement.

papillonDe la fantasy originale, en quoi ?papillon

   Parce que ce sont les lecteurs qui le disent et, moi, je les écoute !

   D'abord, j'ai choisi une héroïne, Aila, une jeune fille, qui ne rêve que de prouver sa valeur en devenant combattante, mais sur qui la magie va fondre sans crier gare. Elle n'en veut pas, elle l'aura quand même !

Couverture de fantasy de La Tribu Libre   Alors qu'elle a tant à apprendre, la vie lui en laisse à peine le temps… Les heures sont comptées et elle devra mûrir vite, très vite, abandonnant les uns après les autres ses propres désirs, ses rêves intimes pour devenir ce qu'elle croit devoir représenter. Cependant, Aila, mélange de forces et de faiblesses, ne suit jamais vraiment la ligne qui semble tracée pour elle. Indubitablement, même au cœur d'une magie qui croit la maîtriser, elle se révèle le grain de sable qui dévie les destinées : la sienne et celle du monde qui l'entoure.

   Vous allez me dire que jusque là, finalement, pas grand-chose de neuf sous le soleil : un héros, un monde en danger, de la magie et des aventures. La trame semble classique et vous aurez peut-être raison ou… peut-être pas ! Tout dépend de la façon de l'écrire, de réinventer les concepts classiques, de choisir une trame imprévisible, de vous propulser dans un univers à la fois proche et lointain, de vous offrir une héroïne qui vous retiendra par ce qu'elle est, par ce qu'elle vit…

   Et puis je ne vais pas vous mâcher le travail ! À vous d'établir votre propre opinion sur la question en parcourant le site d'Aila.

 

papillonDécouvrez les extraits du tome 1papillon

★ le chapitre 2 a été dévoilé lors du franchissement des 1 000 € ★

★ le chapitre 3 a été dévoilé lors du franchissement des 2 000 € ★

★ le chapitre 4 sera dévoilé lors du franchissement des 3 000 € ★

Début du prologue :

Prologue   Toutes les histoires ne commencent pas de la même façon, sauf les contes de fées, alors…
   Il était une fois le pays d’Avotour où il faisait bon vivre. Bordée à l’ouest par la montagne et bercée à l’est par la mer, cette contrée bénie reflétait un juste équilibre en toutes choses : le chaud et le froid, les plaines et les vallons, les prés et les forêts. La légende racontait que, pendant des siècles, les fées y avaient vécu en harmonie avec les hommes, et cette entente aurait pu durer pour l’éternité grâce au respect d’une seule et unique règle : l’amour entre une fée et un homme ne pouvait exister. Malheureusement, ce qui était défendu arriva : un regard suffit à deux êtres égarés pour s’aimer et transgresser l’interdit absolu. Fées, familles et amis cherchèrent à les séparer, mais sans aucun succès. Les amants connaissaient pourtant la fin terrible qui les attendait, le corps de l’un distillant un poison à l’autre, mais ils la préférèrent à une vie où ils ne seraient plus unis. Isolés, désavoués, ils finirent par s’enfuir, quittant leur pays pour un lieu lointain et perdu où, de leur amour illicite, naquirent des jumeaux. Conscients de leur condamnation par le mal qui les rongeait de l’intérieur et empirait chaque jour, alors, tant qu’ils le pouvaient encore, ils embrassèrent leurs descendants une dernière fois, les confièrent à la Terre, puis, main dans la main, avancèrent dans l’eau d’un lac noir pour y mourir ensemble. Ainsi s’acheva cet amour interdit. Mais se doutaient-ils qu’ils venaient de bouleverser l’avenir de façon irréversible ?
 [la suite…]

Début du chapitre 1 :

Chapitre 1   La vie d’Aila prit un tour différent lorsqu’elle eut douze ans. D’abord, parce qu’un jeune apprenti de Barou, Dudau de son prénom, environ une quinzaine d’années, pédant, coureur et vaniteux, la croisant dans un coin isolé, se mit en tête que ce serait plutôt drôle de lui faire son affaire d’une façon ou d’une autre. Aila n’apprit jamais vraiment ce qu’il cherchait à perpétrer avec la petite fille qu’elle était à l’époque, mais cela ne l’empêcha pas de s’approcher d’elle, un sourire narquois et conquérant aux lèvres. Soudain, il entendit derrière lui une voix d’enfant s’exclamer avec le plus de fermeté possible :
   — Ne la touche pas !
   Dudau se retourna pour découvrir Aubin, pas même dix ans, en position de combat ! Éclatant d’un rire moqueur, il s’avança vers lui, oubliant l’espace d’un instant que ce gamin-là était le fils de Barou. C’était un des défauts de cet être suffisant, réfléchir n’était pas son fort… Son frère fonça comme un boulet et se retrouva étendu au sol par un crochet impeccable de son adversaire : dur apprentissage de la vie… Dudau était orgueilleux et stupide, mais également costaud et efficace. Tout aurait pu s’achever ainsi, mais le grand dadais, qui devait vouloir régler un vieux compte avec Aubin, se mit à le bourrer de coups de pied, alors que ce dernier se roulait à terre. À nouveau, Dudau entendit une voix derrière lui, cette fois-ci sourde et rauque :
   — Arrête immédiatement !
   Il se retourna et vit Aila arriver vers lui, ses jupes retroussées. Un sourire concupiscent s’afficha sur son visage avant de virer rapidement en grimace douloureuse. D’un coup de pied bien ajusté dans l’aine, elle le plia en deux. Puis, remontant de toutes ses forces ses deux mains réunies, elle lui cogna le menton avec une vigueur dont elle ne se croyait pas capable, et selon toute apparence, Dudau non plus. Il s’affaissa sur ses genoux. Elle le frappa sur la nuque et termina d’un coup de pied en pleine tête, avant que l’apprenti, plus que sonné, s’écroulât sur le sol.
 [la suite…]

Début du chapitre 2 :

Chapitre 2   Aila brossait son cheval dans l’écurie quand Aubin y déboula, tout excité :
   — Aila ! Aila ! où te caches-tu ?
   — Ici, dans la stalle de Lumière !
   — Devine, c’est extraordinaire ! Deux des fils du roi arrivent pour chercher des combattants aguerris qui protégeront la famille royale ! Tu te rends compte, ils sont venus les prendre chez nous !
   — Ah !… oui, génial…
   — Mais si ! C’est toi la meilleure ! Personne ne le sait et tu vas pouvoir le prouver à tous !
   — Ah !… Et qui voudrait d’une fille comme garde du corps ? Arrête, Aubin, tu délires…
   — S’ils ne te choisissent pas, c’est qu’ils n’y connaissent rien !
   — Juste un instant, imagine la tête de Barou si les hommes qu’il a entraînés avec passion se trouvaient relégués au second plan… Il en aurait une attaque !
   Il la fixa.
   — Qu’est-ce que tu crains, Aila ? Te fait-il peur à ce point ? Que peut-il t’enlever de plus ?
   — Aubin, tais-toi !
   Elle recommença à brosser son cheval. Aubin l’attrapa par le bras, la forçant à le regarder.
   — Aila, tu n’as pas répondu à ma question !
   — Laisse-moi, tu veux bien ! Laisse-moi !
   — Elle se dégagea d’un geste brusque et, le visage fermé, s’éloigna d’un pas décidé.
 [la suite…]

Début du chapitre 3 :

Chapitre 3   Bonneau vint réveiller Aila le lendemain matin.
   — Prête ?
   Elle hocha la tête, tandis qu’il tirait de son pourpoint quatre lettres qu’il lui tendit.
   — Tu as raison et je te soutiendrai jusqu’au bout.
   — Merci, dit-elle simplement.
   Habillée, elle sortit dans la cour où son oncle l’attendait. Ils partirent ensemble, sans échanger le moindre mot. Juste sur le point de parvenir au champ d’entraînement, il rompit le silence :
   — Tu ne disposeras que d’une seule arme personnelle. J’ai préparé ton kenda et je te le donnerai le moment venu.
   Elle hocha la tête, puis ils se mêlèrent à la foule impatiente, avant de rejoindre les autres concurrents. Arrivée parmi les élèves de Barou, Aila sentit leurs yeux sur elle, mais elle perçut moins d’hostilité que ce qu’elle escomptait. Elle soutint tous les regards qu’elle croisa, se gardant d’afficher la moindre lueur de défi. Elle attendait juste la suite des événements.
   Le son d’un cor retentit et le silence s’installa dans l’assemblée. Elieu prit la parole :
   — Les joutes se poursuivent aujourd’hui entre les onze meilleurs combattants sélectionnés par Barou. Je vous rappelle les noms des gagnants de la course d’hier : Émelin    Gingon, Arist…
   Aila intervint :
   — Monseigneur !
   Elieu s’arrêta, tandis que tous les regards se focalisaient sur elle.
   — Je sollicite la faveur d’être réintégrée à la première place qui était la mienne.
   Le châtelain, gêné, se tourna vers le maître d’armes qui ne bougea pas.
   — J’entends votre demande, Aila, mais je ne puis y répondre favorablement, n’ayant pas obtenu l’assentiment de votre père.
 [la suite…]

Et pour ceux qui aiment les histoires sans pouvoir les lire (les versions audio)

papillonContrepartiespapillon

   Il n'existe pas de petits dons. Chaque action de votre part doit être prise pour ce qu'elle est : un cadeau que vous m'offrez et pour lequel je vous suis infiniment reconnaissante.


papillonLa presse a déjà parlé de la sagapapillon

La presse découvre la saga de fantasy - Le Courrier des Yvelines, numéro 3496 du 6 juin 2012, page 48La presse s'accapare de la saga d'Aila - Le Courrier des Yvelines, numéro 3530 du 14 février 2013, page 40 
Le Courrier des Yvelines…

ainsi que la mairie de Sartrouville contribuent à me faire connaître

La presse de Sartouville (Yvelines, France) s'empare de la saga d'Aila

La saga est destinée à tous les adultes et adolescents, sans aucune restriction…

La couverture de fantasy de L'Oracle de TennesseQui m’aime me suive !

Rejoignez ma page Facebook,
Suivez-moi sur Twitter (@La_saga_d_Aila),
Visitez le site officiel (aila.fr),
Lisez mon blog,
Regardez mes photos sur Pinterest,
Découvrez la page GooglePlus du site,
Discutez avec moi sur le forum de Dol Celeb,
Écrivez-moi sur Ulule ou à cboullery(at)aila.fr.

Quels sont les projets de l'auteure ?

— participation, à Sartrouville, au Salon du livre le 15 juin 2014 et à la fête des vendanges le 5 octobre 2014 ;
— parution du tome IV « La Dame Blanche » en décembre 2014 ;
— poursuite de l’histoire qui reprend 15 ans plus tard (trois tomes en cours d'écriture : « La Porte des Temps », « Une Vie voire Deux » et « Un éternel recommencement ») ;
— nouvelle saga (un extrait sous forme de nouvelle sera distribué aux plus généreux).


A quoi va servir le financement ?

papillonPourquoi mon projet a besoin de vous ? papillon

   D'abord pour offrir de la fantaisie dans la fantasy !

   Ensuite, la somme reçue, en fonction de son montant, sera repartie dans les objectifs suivants :

  • développer la version papier d'Aila et rechercher une diffusion chez les libraires, d'abord dans un environnement proche, puis élargi (impression d'exemplaires répartis sur tous les tomes pour un montant entre 500 et 1000 €) ;
  • augmenter le rayonnement de la saga par une participation plus active à des Salons du livre ;
  • produire des figurines imprimées en 3D, la conception étant déjà en cours, pour poursuivre la promotion des romans.

   Pour ceux qui n'arrêtent pas de me réclamer le tournage du film tiré du roman ou la création d'un jeu vidéo, je vous propose d'attendre encore un peu !

papillonPremière étape (2 000 €) franchie ! papillon

MERCI !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Arrow - RedPoursuivons le rêve ensemble…jusqu'à 3500 € !
 
Laissez-moi rêver ! Quelques euros de plus et c'est la porte ouverte à encore plus de folies ! Avec ce nouvel objectif d'honneur de 3 500 €, je pourrais mieux développer les trois éditions papier et leur diffusion, augmenter ma participation à différents Salons du livre (déplacements et stands), la réalisation des figurines, la commission d'Ulule (8 %) et la promotion en France et, maintenant, avec ce saut en plus, parvenir jusqu'au cœur des pays francophones portés par un vent original !
Quant aux cadeaux que vous recevrez, je les finance personnellement.

Avec vous à mes côtés, je ne m'arrête plus !

   C'est la magie de notre communauté et sa force !

papillonLa figurine avance ! papillon

Les essais de la figurine d'Aila   Voici la première maquette de la figurine d'Aila qui ne représente pas le modèle final (le kenda sera plus vertical et posé sur le sol). Je ne vous raconte pas les discussions (constructives, bien sûr) avec l'éditeur, ma famille, les amis pour définir ce qu'il y a de mieux pour les internautes généreux. Un infographiste (Julien Audebert) s'est proposé de créer gratuitement le modèle en 3D et l'éditeur a trouvé l'imprimeur. Que demander de plus ? Ah si, il faut que tout soit fini pour le 19 juin !

À propos du porteur de projet


papillonComment vous raconter qui je suis ? papillon

Catherine BoulleryCatherine Boullery

   Mère de 3 enfants, professeur de physique-chimie, je suis une âme curieuse, avide de découvertes et amoureuse de l'écriture. Entre tubes à essai et multimètres, rien de mieux pour transformer le quotidien que de créer des mondes imaginaires !

   J’aime tout ou presque ! Ma vie est un ensemble de passions qui se télescopent en permanence : écrire, danser, photographier, courir, dessiner, créer, chanter, apprendre, découvrir, enseigner…

   Tout ce qui m'entoure est une source d'inspiration permanente : donnez-moi un cheval et je pars en balade, une montagne et je monte vers son sommet, des papillons et mon esprit s’émerveille… Dans tous les cas, mon imagination s'emballe et mon écriture ne connaît plus de limite !

   L'essentiel pour moi est de partager et, grâce à mon statut d'écrivain, d'offrir aux gens ce que les lectures les plus passionnantes de ma vie m'ont apporté : l'évasion, la jubilation, l'envie de prolonger la lecture par un rêve éveillé ou une forme de réflexion même la dernière page tournée…

   Dernièrement, je suis partie faire les photos d'une pièce de théâtre. À mon arrivée, une amie m'a rejointe et m'a annoncé : « Tu vas avoir une de tes plus grandes fans dans la salle. Je te la présenterai. »

   Effectivement, à la fin du spectacle, j'ai fait la connaissance d'une femme charmante, tout à la fois émue et radieuse de rencontrer pour la première fois de sa vie l'auteur d'un roman qu'elle avait adoré.

   De mon côté, je me suis sentie profondément touchée par sa ferveur discrète et chaleureuse. Je me suis dit que j'exerçais le plus beau métier du monde, un de ceux qui donnent du bonheur aux gens et génèrent leur enthousiasme, un de ceux qui rendent le quotidien plus beau et plus léger.

   Quand je songe que toute cette aventure a débuté dans la cuisine d'une amie avec deux mots sur ma dernière idée : « Écris-la ! »

   L’écrire ? Dire que je ne l'avais même pas envisagé… Après tout, pourquoi ne pas tenter le coup ?

   De là à découvrir qu’écrire, c’est facile, que les idées se précipitent si vite dans ma tête que mes doigts peinent à les taper, voire à les rattraper. Le fil est si logique qu’il se suit sans effort, tous les éléments s’imbriquent comme les pièces d’un immense et extraordinaire puzzle, sans faille, sans hésitation, et mes personnages deviennent si réels qu’ils restent en permanence dans mon esprit comme des amis si chers que je suis habitée par eux tant ils sont vivants en moi. Ainsi, chaque fin de relecture sonne comme une rupture douloureuse qui me sépare de nouveau de leur présence. J'ai encore tant à raconter et à vivre avec eux

Comment ne pas poursuivre dans une telle voie quand elle semble tracée pour vous ?

papillonRemerciementspapillon

   Vous n'en voulez pas la liste complète quand même ? Si…

   Comment vous expliquer ? Tant de gens contribuent aujourd'hui à l'avancée qui est la mienne qu'il me paraît difficile de les citer tous. De plus, ceux qui me connaissent savent ma gratitude profonde et entière à leur égard. Je leur dois déjà tant…

   Maintenant, pour ceux qui ne m'ont jamais rencontrée et qui ignorent qui se cache derrière mon nom, comment vous convaincre de ma sincérité ?

   Je crois qu'aucune bataille ne se gagne seule. Tout succès est le fruit d'une cohésion entre les gens, voire d'une communion d'actions et de pensées. Dans ma vie existent tant de projets, tant de désirs d'écriture inassouvis, tant de mondes à créer encore et toujours qu'aucun d'entre eux ne se réalisera sans vous, sans votre appui, sans votre présence à mes côtés.

Sans vous, je ne suis que moi…
Avec vous, je serai votre Dame Blanche*…
ou presque !

Alors, merci à ceux qui croient en moi.

Merci à ceux qui ont décidé d'investir.

Merci à ceux qui donnent de leur temps, de leur énergie ou de leurs compétences pour m'accompagner.

Un merci spécial à Nicolas D. Coiffard, scénariste, acteur et écrivain pour avoir accepté de participer à cette aventure, malgré ses nombreuses occupations.

À tous mes proches, je vous le dis, votre amitié fait partie des biens les plus précieux que je possède et je saurai la conserver.

À tous les autres, soyez des nôtres ! Vous ne le regretterez pas ! Nous formons déjà une grande famille !

* : À découvrir dans le tome IV !

papillonJe m'engage…papillon

et répondrai personnellement à tous vos messages, à tous vos commentaires et à toutes vos questions… Le compte à rebours a démarré et finira le 19 juin… Que l'aventure continue !


 Mon premier partenaire 

Logo chocolaterie Monin1860 à Sartrouville   Je tiens à remercier chaleureusement la chocolaterie Monin1860 de Sartrouville de fournir aux gentils participants d'extraordinaires douceurs (chocolats, pâtes de fruit et tout et tout) dans les contreparties. Allez là-bas, vous serez toujours merveilleusement accueillis.

   Merci du fond du cœur à Claude et Dominique Monin pour leur fidélité à toute épreuve et leur infinie gentillesse.


Logo UPblisher   UPblisher est une maison d’édition numérique. Sa vocation est de faire sortir de l’ombre les textes d’auteurs francophones et de proposer un contenu inédit aux lecteurs. L’ambition d’UPblisher est de propager une littérature contemporaine multiculturelle auprès du plus grand nombre. UPblisher, ce sont des ebooks sans DRM, dans 3 formats adaptés à toutes les tablettes et liseuses, disponibles sur UPblisher.com et sur Amazon et iBookstore.


Logo Good Morning Crowdfunding   Un grand merci à Good Morning Crowdfunding qui suit l'actualité du financement participatif. Le 13 mai, Osons un vent original sur la fantasy française ! est devenu leur projet du jour.

 

papillonEntrons en relation…papillon

Rejoignez ma page Facebook,
Suivez-moi sur Twitter (@La_saga_d_Aila),
Visitez le site officiel (aila.fr),
Lisez mon blog,
Regardez mes photos sur Pinterest,
Découvrez la page GooglePlus du site,
Discutez avec moi sur le forum de Dol Celeb,
Écrivez-moi sur Ulule ou à cboullery(at)aila.fr.


FAQ

Si vous avez encore des questions, n'hésitez pas à contacter le porteur du projet.

Poser une question Signaler ce projet