BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

Agriculture biologique à São Tomé e Principe

Nourrir la terre

  • Réalisation des Bacs !

    Bonjour aux soutiens !

    Nous avons remis les fonds au mois de Mai à Antonio Bento, le Président de la coopérative.

    Antonio recevant les 40 000 000 de dobras en cash. (1 € = 24500 dbs)

    La liste des agriculteurs sélectionnés est ci-dessous :

    Octobre 2012 :

    Nous revenons de Sao Tomé, les dix bacs ont été construits.

    Les bacs font 1,2 m3 de contenance, soit 1200 litres.

    Le rapport fumier/feuille est de 6 kilos/10 kilos pour 100 litres d'eau.

    70 kilos de déchets (bouses, crottins ou fiantes) et 120 kilos de matiére végétale (feuilles déchiquetées) sont nécessaires pour faire tourner un bac.

    6 semaines après, ce mélange très riche peux être utilisé en dilutions après filtration, au pied des plantes afin de les nourrirs.

    Préparation de la matière végétale

    Bac de Faustina Norgueira

    Remplissage avec les végétaux et le fumier.

    Ajout de l'eau.

    Le bac va travailler pendant 6 semaines!

    Encore merci à tous.

    Gilles

  • Modification du budget Total !

    Cette news est réservée aux contributeurs du projet.

  • Sao Tomé décembre 2011

    Bonjour à tous,

    Tous nos vœux de santé pour cette nouvelle année et merci pour votre soutien.

    Nous revenons de Sao Tomé et nous avons discuté avec les agriculteurs locaux.

    Les deux années de sécheresse (2010 et 2011) ont impacté l'ensemble des productions végétales de l’archipel.

    Poivrier de Awanique Bento

    Les formations agricoles dispensées dans les communautés ont permis de limiter les dégâts sur les cultures.

    Pour compenser le manque d'eau, les agriculteurs qui ont "paillé" et planté un couvert végétal entre eux ont pu constater un meilleur niveau d'humidité du sol.

    Par contre les boutures réalisées en 2010 et 2011 ont été sérieusement touchées.

    L'engrais naturel fabriqué sur la plantation du Président de la coopérative de poivre a permis une production supérieure.

    Poivrier en fleur

    La plante a été mieux nourrie donc elle est plus forte. Elle a mieux géré la saison sèche et mieux accepté la cochenille qui a tendance à profiter de ce type de carence.

    Certaines des communautés des plantations autour souhaitent mettre en place des composteurs aussi pour "rendre leurs cultures plus fortes".

    Continuez à soutenir notre projet, il sera très utile pour tous ces agriculteurs.

    Les membres de la coopérative en formation