BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

ActuSF Graphic

Alan Moore, Marc Simonetti...

Les couvertures alternatives de L'Hypothèse du lézard !

Bonjour à tous !

Aujourd'hui, alors que nous sommes à moins de 20% d'atteindre le premier palier, on vous dévoile les couvertures alternatives de L'Hypothèse du Lézard

Réalisés par Cindy Canévet, les roughs de couverture sont comme un bonbon quantique, témoin d'un chemin parallèle qu'aurait pu prendre la réalisation graphique de la novella d'Alan Moore. Sans plus en dire, admirons ! 

Cindy Canévet : Quand j’ai abordé L’Hypothèse du lézard, j’ai été particulièrement marquée par la symbolique qui composait l’ensemble. On a en effet affaire à un texte qui évoque de suite des images mentales, sur des descriptions généralement oniriques…

Il m’a donc semblé intéressant de mener mon travail autour de cet axe fort, et alors de m’éloigner de la représentation d’une scène « simple » du récit. De ce fait, j’ai retenu les éléments principaux pour développer une composition graphique, en ajustant alors les effets d’échelle et de duplication.

La première série de roughs que j’ai proposée a permis de faire ressortir deux aspects, qui ont alors été fusionnés pour le choix final. D’une part, le personnage principal, Som-Som, observatrice des évènements ; il était essentiel qu’elle apparaisse, d’autant plus qu’elle dispose d’un détail physique atypique, un demi-masque empli de sens.  

Et d’autre part, des objets « clés » de l’intrigue, un peu présentés comme un puzzle qui se formera au fil du récit. C’est surtout l’ambiance générale du visuel qui est destinée à prévenir de la nature des évènements.

Les derniers ajustements apportés à la couverture avant sa réalisation furent de la rendre plus communicative, et d’appuyer sur cette division du visage qui représente la dualité présente dans le texte.

La couleur a également été choisie pour sa présence dans le texte ; si de nombreuses teintes sont évoquées, le bleu et le rouge prennent un sens particulier chez les protagonistes.

Si la couverture sera encore affinée en parallèle de la réalisation des visuels intérieurs dans les mois à venir, elle gardera et appuiera déjà cette ambiance générale que j’associe désormais à l’Hypothèse du lézard, sombre, mystérieuse et onirique.