Attention, notre site pourrait mal s'afficher ou mal fonctionner sur votre navigateur.
Nous vous recommandons de le mettre à jour si vous le pouvez.

Mettre à jour
Je ne peux/veux pas mettre à jour mon navigateur
BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB CorporationBcorp /* ULULE BRAND LOGOS */

A VOUS TOUS !

Participez à la nouvelle création du Sillage, "A Elle(s) seule(s)"

À propos du projet

Le Sillage et son chorégraphe Jacques Fargearel vous invite à participer à sa nouvelle création chorégraphique A Elle(s) seule(s) qui marque les 25 ans de la compagnie. La première représentation aura lieu le 4 décembre 2015 au Centre culturel Aragon-Triolet d'Orly.

Note d’intention du chorégraphe

« Enfant, après le décès de mon père, j’ai souvent entendu ce vers de Lamartine : « un seul être vous manque et tout est dépeuplé » dit par ma mère lorsque l’épreuve qu’elle traversait lui semblait trop lourde; mais juste après elle ajoutait : « heureusement que je vous ai… ».

Adulte, j’ai régulièrement écouté les témoignages de femmes qui devaient faire face à l’éducation de leurs enfants sans l’aide de leur mari ou de leur compagnon.

Phénomène de société, les femmes se retrouvant chef d’une famille monoparentale représentent les  deux tiers des adultes de 40 à 60 ans qui habitent seuls. Une  famille sur 5 est concernée en France. Le nombre de familles monoparentales en France a plus que doublé en 40 ans.

Les femmes seules font en grande majorité face à l’isolement relationnel. Dans un premier temps, c’est la présence de leurs enfants qui les protège du sentiment de solitude. Cette présence les porte, les soutient, mais souvent au prix de combien de renoncements dans leur vie de femme. Alors que dans d’autres cas, c’est une nouvelle vie qui s’organise laissant place à de nouveaux espaces de liberté. Mais pour toutes ces femmes, il s’agit de réorganiser sa vie, ses espaces, ses relations pour vivre conjointement leur vie de mère et de femme.

Ce sujet, omniprésent dans notre société contemporaine, s’inscrit comme une évidence dans le sillage des thématiques que j’aborde depuis de nombreuses années. Je développe une conception de mon art centrée sur l’enfance et son rapport au monde. Depuis sa création, la compagnie a la spécificité de traiter la filiation adultes et enfants. C’est la raison pour laquelle je souhaite mettre en scène la relation triangulaire entre une mère et ses deux enfants (une petite fille et un petit garçon) dans cette nouvelle pièce A Elle(s) seule(s). »
Jacques Fargearel

Présentation du projet

A Elle(s) seule(s) est une pièce créée par le chorégraphe Jacques Fargearel en collaboration avec les danseurs interprètes (Isabelle David dans le rôle de la maman, Noha Niel Mukania et Mey-Lynn Dichant dans le rôle des enfants).

Le travail d’écriture est également enrichi par des témoignages et des réflexions de femmes réunies autour d’une action intitulée « A Elles Toutes ». Cette action est menée par Gaëlle Piton (collaboratrice artistique) et s’organise en parallèle aux temps de répétition des danseurs. Les séances ont lieu une fois par mois et rassemblent des femmes de la ville d’Orly et ses environs.

La réflexion autour de cette création a débuté en 2013 et se concrétise cette année 2015 avec 8 mois de répétitions démarrées en avril. Les répétitions de création toucheront à leur fin dans moins de 3 mois puisque la première représentation tout public de la pièce aura lieu le 4 décembre 2015 à 19h30 au Centre culturel Aragon-Triolet d’Orly (1 Voie du Fer À Cheval, 94310 Orly).

C’est également en décembre 2015 que la Compagnie du Sillage/Jacques Fargearel fêtera ses 25 ans d’existence et de travail chorégraphique. Contribuer au financement d’A Elle(s) seule(s) sera donc l’occasion de célébrer tous ensemble cette nouvelle création et vingt cinq années de danse. On compte sur vous !

Biographies des danseurs

Isabelle David

Isabelle a goûté l’air de Saint-Nazaire pour la première fois le 5 juin 1977. Afin d’étudier la danse classique et contemporaine, elle entre au Conservatoire National de Région de Nantes avant d’aller se perfectionner auConservatoire National Supérieur de Paris et peaufiner ses études en 1998 au Centre National de Danse Contemporaine d’Angers. Elle y découvre pour la première fois la danse en extérieur grâce aux ateliers de Juha Marsalo dirigés dans un parc. Perchée dans un arbre, cette expérience la bouleverse et comprend que son intérêt est bien là : Aller à la rencontre du public, sortir hors des murs du théâtre ou du studio de répétition, changer le rapport traditionnel aux spectateurs, se rapprocher du public, bousculer leurs habitudes pour venir surprendre leur quotidien. Isabelle David dansera avec Dominique Dupuy dans l’enceinte des locaux du CNDC d’Angers emmenant les spectateurs à la découverte d’espaces inattendus. Puis avec Stephan Koplowitz mettant en valeur cette ancienne industrie de charbon qui est Essen – Zollverein en Allemagne. Elle y rencontrera Samir Akika avec qui ils créeront « Didjelli », pièce in situ tournée dans des piscines et jardins. Isabelle David performera également dans des musées en Norvège, au musée de l’automate à Paris, au festival de rue d’Aurillac. Elle travaillera avec les Gens d’Uterpan où les performances ont lieu dans les centres d’Art, les espaces verts, les gradins des théâtres (performances sauvages tenues secrètes, totalement imprévisibles), la Compagnie Nadja où elle interviendra au sein d’un château à Angers et d’un vieux moulin remis en état de marche en Auvergne. Depuis 2011, elle met  en place avec Art métisse tout un processus de recherche par rapport à la marche en ville et créera « 100 PAS » en 2013. En 2014 et 2015, verra le jour « Viens, je t’emmène… », spectacle chorégraphique pour la petite enfance et leur famille. En 2015, Isabelle David dansera dans A Elle(s) seule(s) avec la compagnie du Sillage. Elle mène en parallèle des actions de sensibilisations à la danse contemporaine par rapport au thème des spectacles d’Art métisse. Formatrice à l’IRTS, Isabelle David veut partager et faire connaitre son art au plus grand nombre.

Mey-Lynn Dichant
Mey-Lynn est élève de collège à Vitry sur Seine. Elle découvre la danse dès l'âge de cinq ans en suivant les cours de danse rythmique méthode Popard du conservatoire d'Ivry sur Seine.
À sept ans, elle s'intéresse à la GRS puis à la gymnastique pour reprendre la danse deux ans plus tard et ne plus arrêter depuis. Elle suit les cours des Écoles Municipales Artistiques de Vitry en danse classique, contemporaine, africaine et jazz. "Depuis ces trois dernières années, je ne pense plus qu'à danser, je voudrais devenir chorégraphe."

Noha Niel Mukania
Noha a d’abord commencé sa scolarité à Fontenay aux Roses, puis il est entré à l’école du Centre de la ville d’Orly en CE2. Timide au premier abord, il s'est ouvert grâce au sport, notamment le juji tsu qu’il a pratiqué pendant 4 ans. Sa professeure Anne Toupet l’a également beaucoup aidé à vaincre sa peur et sa timidité envers les autres. Mais c’est surtout la danse qui lui a permis de s’ouvrir au monde. D'abord par amusement avec ses oncles, chez lui, en regardant les clips de hip hop. Il participera d’ailleurs au clip des artistes hip hop Dry et de Maître Gims en tant que comédien lors d'une représentation à Thiais. Par la suite, son goût pour la danse s’affirme : il intègre un groupe de danse hip hop à Orly en octobre 2014, ainsi que la Compagnie du Sillage en avril 2015. Aujourd’hui, Noha veut continuer la danse pour garder son imagination : d'après ses dires, il la perdra s’il arrête.

Crédit photo : Jean-Christophe Dichant

À quoi va servir le financement ?

Grâce à votre aide, nous pourrons :

- Finaliser le décor qui constitue une part importante de cette nouvelle création
- Réaliser une captation et un DVD de qualité de la pièce 
- Imprimer les supports de communication (flyer, affiche, dossier artistique) pour une meilleure visibilité et diffusion auprès du public

À propos du porteur de projet

La Compagnie du Sillage a été créée il y a 25 ans par le chorégraphe Jacques Fargearel. Depuis sa première création Félix (1994), Jacques Fargearel centre son art sur l’enfance et son rapport au monde. La spécificité de la compagnie est alors de créer et de produire des pièces chorégraphiques où interviennent des enfants danseurs aux côtés de danseurs professionnels, sur des thématiques sociales et humaines diverses. Depuis 25 ans, la compagnie a créé une dizaine de pièces sur des sujets différents : la relation fraternelle, la monoparentalité, le souvenir et le devenir, le jeu, la relation père-fils, le passage à l'adolescence... En choisissant d’intégrer des enfants dans ses pièces, Jacques Fargearel pose la question de la dualité entre l’adulte et l’enfant, et aborde la question de la place de l’enfant dans la société. 
Pour accompagner la diffusion des pièces du répertoire, la compagnie du Sillage mène également des actions de sensiblisation auprès d'un public intergénérationnel par le biais de diverses activités : ateliers de danse en milieu scolaire, stages parents/enfants, bal éclats... L'objectif principal étant enfin de croiser les publics et les générations autour de la danse.

Pour plus d'informations, n'hésitez pas à consulter notre site internetet suivre toutes nos actualités sur Facebook, Youtube et Instagram !