BackBackMenuCloseFermerPlusPlusSearchUluleUluleUluleChatFacebookInstagramLinkedInTwitterYouTubefacebooktwitterB Corporation

-CARAVANE-

Un court-métrage écrit par Benoit Séverac et Xavier Franchomme et réalisé par Xavier Franchomme. Avec Joël Cantona, Anthony Sonigo et Cali.

À propos du projet

Dimanche 26 juin 0hoo....

J'allume ma platine disque et mon ampli. Je sors le disque numéro 4 de l'album LIVE 1975-85 (merci François G.) et je choisis la plage 3.

Après un monologue de Bruce Springsteen de 5'30", les premières notes d'harmonica retentissent et les larmes me montent aux yeux.... 8050€... la Caravane a atteint son premier but et même plus et comme chanterait cousin Pat' "C'est pas fini !"....

Merci à VOUS qui croyait à mon projet -CARAVANE-.

Merci à Christian Monnier, Marie-Johanne Lacroix, Joseph Franchomme, aire-azul, fan anonyme, ghislain devaulx, Olivier Calvat, Gaelle Savigny, Fabrice Audouin, Johanna Turpeau, François Gibert, macunha59, laurentd13, Michel "occistemps" Lapeyrie, Joël Thieffry, Petit-48, Hélène et Vincent Denoël, Benoit et adeline De fornel, Manu Cros, Frédo et La familly Franchomme d'Herlies, Guillaume Garel, Daniel Cuong, lolo-177, florian Rossignol, Rodolphe Testut, mapom, Nassim Khemchane, Lise Laffont, Benoit Menoret, Stanislas Petel, Jacques et Francine Franchomme, Damien "cousin" Van Meenin, Johan Touleron, Papy Vinc, Mimi Duterte "du Vintrou", laurent Franchomme, les Galliussi, Thierry et Chantal Lemaitre, Gilles et Clara Sentenac, Corinne Artigues, Cannelle 37, anne-cecile Jouffret, Raphaëlle et louis Rouhier, Stefffred, Mary-110, Eric "bro for ever" Franchomme, Pascal Dick, Benoit Severac, Bertagnoli, Sabine "sabasita" Simtob, Christelle Camus, Punky 87, Cyrilanouk, Peggy"sister for ever" et Philippe Planchon, Guillaume et Adeline, Laurentgeai, Michel et Muriel Delsol, Cedrick "cedleov", Serge Issaly, Olivier cdb, Yann Zeller, Marten-goxe, Pouxbaile, Vanessa Mariotto, Emmanuel Gallet, Martine et Charles Chambard, Gérard et Geneviève Rigal, Sylvie"sister for ever", Céline"sister for ever" et un merci spécial à Patrick"Monmix" Franchomme et Pierre et Jeanne-Marie (papa et maman for ever) Franchomme.... 

En attendant la suite, je vous souhaite plein de bonnes choses et prenez soin de vous.

Bises. Xav"

« Mauvais, les hommes le sont tous. La différence réside seulement dans la manière de l’être » José Saramago

-CARAVANE-, un huis-clos en plein-air qui relève autant du thriller que du drame familial, est un court-métrage de fiction(20 minutes) qui sera entièrement tourné dans les Pyrénées.

-L'ORIGINE DE -CARAVANE-

En 1990, l’album “Live / 1975-85” de Bruce Springsteen est le premier CD que l’on m’ait offert. The river, Racing in the street, Born in the USA, The promised land…Un véritable périple, au plus profond des Etats-Unis, habité par des hommes et des femmes paumés et exclus, à qui Bruce Springsteen redonne un peu de grandeur. Une série de petites histoires de virées entre potes, de filles qu'on rêve de rendre heureuses, d'êtres qui s'accrochent à de petits instants de bonheur, qui fuient leurs malheurs et qui veulent être considérés aux yeux de la société. Des chansons décrivant le courage ou le désespoir ordinaire de la classe ouvrière américaine, mais qui pourrait aussi être la classe ouvrière française. Wayne, Bobby, Johnny, Tom, Mary. Bruce Springsteen donne des noms aux protagonistes de ses chansons. Ils ont une histoire, un vécu. Ces indications sociologiques et biographiques touchent intimement le public qui s’identifie ainsi à eux. Joël, Franck, Thierry, Bruno.Tous les protagonistes qui animent -CARAVANE- pourraient être ceux d’une chanson de Bruce Springsteen. Ce sont des êtres ordinaires qui se débattent contre l’adversité et la fatalité de la vie et qui ne trouvent plus leur place dans une société frappée par la crise économique. Ainsi, la noirceur des portraits des hommes et des femmes chantés par Bruce Springsteen, et plus particulièrement la chanson The River (l’histoire de la sœur et du beau-frère du chanteur, mariés et devenus parents très jeunes, qui vivent dans une vallée où ils découvrent le chômage, la misère et bien pire encore), ont été pour Benoît Séverac et moi notre principale source d'inspiration pour l'écriture du scénario de -CARAVANE-.

 - Joël LAFORCHE  (Joël CANTONA)

Joël est un homme mûr, au passé sombre, que la vie n'a pas épargné. Tout a changé au moment du décès de sa femme, dix-huit ans auparavant. Ce jour-là, en acte de rédemption, il lui a fait une promesse: celle de ne plus boire une seule goutte d’alcool. Après une vingtaine d'années de cavale et de prison, il vit désormais seul dans sa caravane dans un village des Hautes-Pyrénées. La journée, il est tondeur de brebis. Avec ce métier, il reprend goût à la vie simple et rude de la montagne. Le soir, il écoute des chansons de Bruce Springsteen, luttant contre ses vieux démons lorsque les souvenirs le prennent à la gorge. C’est un solitaire dont la sa seule compagnie est un jeune collègue de travail, Franck. Du fait de son caractère renfermé et taciturne, le moindre signe d’émotion révèle, chez Joël, un bouleversement intérieur. Les enjeux émotionnels du film seront concentrés sur lui.

 - Franck MARTIN  (Anthony SONIGO)

Franck est un jeune homme, un peu paumé. Baladé de famille d’accueil en foyer depuis son plus jeune âge, il a grandi comme il pouvait, manquant cruellement de repères. Tout et tout le monde l’irrite, sauf Joël, son collègue de travail, pour lequel il éprouve attachement et respect. Franck boit et se bat souvent, particulièrement lorsque l'on se moque de son illettrisme. Les tatouages qu’il porte sont comme des cicatrices, le reflet de ce qui lui a toujours manqué: un père.

Anthony SONIGO a joué dans: Les beaux gosses, Jacky au royaume des filles, Camille redouble, L'immortel, Scènes de ménage... / Révélation masculine de l'académie des Césars en 2009, Prix des Lumières du meilleur comédien avec Vincent Lacoste en 2009 , Prix du close up du meilleur comédien.

 - Bruno CAZAGNE  (CALI)

Bruno est l’aîné d'une famille de deux garçons élevés par un père dur et autoritaire et une mère alcoolique. Très jeune, il a quitté l’école pour travailler à la ferme familiale et s’occuper des brebis dans la montagne. Avec son tempérament bagarreur, il est l'incarnation caricaturale de la masculinité brute. Célibataire, il croit aux vertus du machisme et les femmes l’indiffèrent totalement. 

 - Le Barman  (Benoit SEVERAC)

Comme son rôle l'indique, le barman est derrière le bar et sert des bières... avec modération bien évidemment.

Le barman, c'est aussi Benoit Séverac, le co-auteur du scénario. https://benoitseverac.com

Un casting sera effectué dans la région Midi-pyrénées / Languedoc Roussillon pour l'attribution des autres rôles.

- © Fred Gobin -

-UNE TRAGEDIE HUMAINE-

L’histoire de Joël et de Franck illustre tout le poids du déterminisme social: la violence engendre la violence.

On a beau s’évertuer à tenter de protéger les siens, ceux-ci n’échappent pas au crime dans lequel on les a plongés en les mettant au monde. Le sort qui s’acharne ou la violence comme un bagage génétique.

En ce sens, -CARAVANE-, est un drame saisissant sur des hommes vulnérables, qui sont sous l'emprise de situations incontrôlables et qui n'ont pas la force nécessaire pour affronter ces épreuves.

Malgré une atmosphère lugubre inhérente à la narration, mon film met en garde contre les risques de la vengeance qui découle de cette violence. Il n'a pas pour finalité de faire la morale au sujet de la violence ou de la loi du talion. Encore moins d’en faire l’apologie ou de la justifier comme mode de résolution de dysfonctionnements. Ce qui m’intéresse, c’est d’explorer cette violence à l’écran comme un motif artistique. Comme des éclats servant de caisse de résonance à la narration.

Dans -CARAVANE-, l’intérêt n’est pas tant d’attendre l’issue de la confrontation des protagonistes mais plutôt de suivre les affres de la violence qui les traversent.

-ESPACE ET ISOLEMENT-

Deux lieux principaux concentrent les tensions entre les personnages de mon film: la montagne et la caravane.

J’ai choisi, pour -CARAVANE-, un décor sauvage et montagneux car c’est un lieu dans lequel chacun transpire pour vivre ou survivre. C’est cette idée de lutte pour la survie, autant pour l’homme que pour la bête, qui m’a fait choisir le métier particulier et éprouvant de Joël et Franck: tondeurs de moutons.

Les Pyrénées forment un univers dans lequel les protagonistes sont enfermés. Dans ces grands espaces de liberté, les protagonistes constituent les seuls objets animés, les seuls êtres à observer. La moindre réaction de leur part prend un sens particulier et la montagne est le témoin silencieux du drame inéluctable qui se joue à ses pieds. 

La confrontation de l’humain avec un environnement rude joue un rôle important dans la narration. Cet environnement est en perpétuel mouvement et c’est un décor qui permet d’être dans une réalité à la fois brute et incroyablement riche au plan pictural. La montagne est, comme dans les films noirs, un personnage en soi qui forge le caractère des protagonistes et fait partie intégrante de la narration. Petit à petit, elle devient le double névrosé de Joël, matérialisant ses angoisses et ses sentiments. Elle et lui se transforment, évoluent, et changent de visages. La montagne peut être belle et cruelle à la fois. Joël, lui, peut passer de la bienveillance et la sollicitude à la dureté et l’absence de remords.

La caravane de Joël est un espace exigu et isolé, presque encastré dans la montagne. Elle est le décor idéal pour incarner l’enfermement psychique de Joël et de Franck. Elle les absorbe au sens propre et au sens figuré. 

-TONALITE ET CADRAGE-

Le spectateur est aujourd’hui habitué au mouvement et à l’agitation de la caméra qui ne laisse pas de place à l’émotion.

Je considère que le plan-séquence, au-delà de sa force émotionnelle et esthétique, renforce le rapport entre les protagonistes et provoque, par sa durée, une tension dramatique latente. L'audace des quinze minutes du plan-séquence de la rencontre entre un prisonnier et un prêtre, dans le film Hunger de Steve Mc Queen, a cette force auquel le court-métrage peut prétendre. En ce sens, les séquences à l’intérieur de la caravane, cocon dans lequel Joël apprivoise et protège Franck, seront essentiellement tournées en plan-séquence fixe

Pour les séquences suivant le climax du film (que je vous laisse découvrir lorsque vous visionnerez le film), la tonalité du film deviendra plus chaotique. La mise en scène s’ancrera inévitablement dans quelque chose de plus «viscéral». La caméra ne sera plus fixe mais portée, pour obtenir un style très brut et réaliste, au plus près des protagonistes et de leurs réactions spontanées. Ces séquences filmées caméra à la main mettront Joël au centre de l'agitation.

Le langage visuel saisissant de -CARAVANE- entraînera le spectateur au cœur de scènes dramatiques. Au cœur de l’émotion.

-LES ARPENTS DE LA NOIRCEUR-

La lumière apporte l’espoir mais c’est l’ombre qui révèle les secrets.

J’aime la lumière naturelle qui vient des fenêtres, des portes, des volets entrouverts. Pour les séquences intérieures de la caravane, j'opterai pour une atmosphère baroque en privilégiant le clair-obscur avec de forts contrastes. De ce fait, lorsque les comédiens sont filmés de dos ou de trois quarts et dans l’ombre, l’apparition de leur visage dans un rayon de lumière devient un événement. Chacun de leurs gestes est chargé de sens et d’affect.

En écho avec la montagne splendide et dangereuse à la fois, je veux aussi utiliser la lumière d’une façon déconcertante et inattendue. Ainsi, les séquences brutales entre Franck ou Joël et les frères Cazagne seront éclairées d’une lumière très claire et colorée presque irréelle provenant du soleil. Ce n’est pas la norme cinématographique pour ce style de scène, mais cela fonctionne comme un contre-point qui vient déjouer tout ce à quoi l’on s’attend.

Pour renforcer ce contre-point, l'atmosphère des séquences extérieures sera poétique et envoutante. En m’inspirant des photographies du photographe américain Todd Hido, la lumière, volontairement crépusculaire, de la montagne des Pyrénées, donnera une dimensionépique à -CARAVANE-.

- THE RIVER -

En écho à l’atmosphère âpre de la narration, la musique originale de -CARAVANE- sera vrombissante et grondante.

Je souhaite une musique sourde qui semble provenir de la montagne et qui transmette une tension souterraine, comme une pulsion latente, qui ne demande qu’à exploser. Un mélange musical de percussions étouffées, de notes graves de piano et d’envolées de guitares très «springsteeniennes». Pour composer la musique de mon film, je collaborerai avec Julien Lebart, musicien perpignanais et entre autre pianiste de Cali.

Breaking Bad

Gran Torino - Clint Eastwood

Hunger - Steeve Mc Queen

Rubber - Quentin Dupieux

Photos de Todd Hido

Photos de Xavier Franchomme

A quoi va servir le financement ?

Souvent, la nuit, seul dans mon bureau, je m'assois dans mon canapé, je mets mon casque audio sur les oreilles et je lance "The River" de Bruce Springsteen (la version de l'album Live 1975-85). Je ferme alors les yeux et, quand les premières notes d'harmonica retentissent, les mêmes frissons qui m'ont envahi lors de la première écoute, il y a une vingtaine d'années, m'envahissent à nouveau. Et puis mon court-métrage -CARAVANE- défile dans mon esprit. Séquence après séquence. Plan après plan. Jusqu'à la dernière image.

Un filmque ce soit un long-métrage ou un court-métrage, ne peut pas se faire seul. C'est un combat collectif. J'ai la chance d'avoir pu réaliser un premier court-métrage "JOYEUX NOËL, NOËL !" (adapté d'une nouvelle de Pascal Dessaint - Les hommes sont courageux) avec Cali, Joël Cantona et Delphine Chanéac. J'ai pu le faire parce qu'une super équipe m'a soutenu et que ce soit les techniciens ou les comédiens, ils ont tous acceptés de travailler à titre gracieux. Et c'est encore une chance, ils sont tous partants pour se lancer à nouveau dans cette nouvelle aventure avec moi. Bon, c'est peut être aussi pour les supers repas qu'il y avait eu sur le tournage de "JOYEUX NOËL, NOËL !". Repas préparés par l'équipe cuisine : beaux parents, parents, amis... ;)

Ce film, très personnel, me tient énormément à coeur et je le porte à bout de bras depuis plus d'un an. Mais parce que je n'ai pas envie et que ce serait dommage que -CARAVANE- ne soit diffusé que dans mon bureau et dans ma tête et parce que je veux vous faire partager mes frissons, j'ai besoin de VOUS.

Le tournage est normalement prévu pour l'automne 2016 dans les Hautes-Pyrénées, du côté de Vielle-Louron. 

Parce qu'il répond parfaitement aux exigences du tournage d'un court-métrage (souplesse et légèreté) et également pour des raisons économiques évidentes, -CARAVANE- sera tourné avec mon appareil photo réflex numérique CANON 5D.

Pour bien faire, il me faudrait 20 000 €. Mais avec 13 000 € et beaucoup d'investissement personnel et humain, on peut y arriver. Mais bon ça c'est le deuxième palier. On va déjà commencer par le premier palier de 7500 €. Je sais, on dirait un marchand tapis mais souvent, le cinéma, ça marche comme ça. Et pour arriver au bout de ses rêves aussi. Il ne faut rien lâcher, jamais.

D'ailleurs, après le tatouage du prénom de mes trois fils sur mon bras droit, le prochain sur mon bras gauche sera : 

N'ABANDONNE PAS ! 

Et si vous voulez m'aider à ne pas abandonner et surtout avoir la possibilité de "produire" un très bon film, venez participer à cette aventure cinématographique que nous allons construire ensemble et grâce à vous.

Le graphique ci-dessous vous explique à quoi servira votre financement de 7500 € :

Comme vous pouvez le constater, le premier palier de 7500 € permet de répondre aux besoins vitaux d'une équipe de tournage réduite. C'est le minimum pour que le film se fasse. Mais je vous avoue, c'est hyper serré. Je n'ai pas le droit à l'erreur. Sans compter qu'avec ce budget, toute la post-production (montage, mixage et étalonnage) se fait chez moi avec mon matériel personnel. Avec ce premier palier, les décorateurs Pierre-Adrien Lecerf et Laurent Foulquier (qui font des miracles) pourront ainsi commencer la "transformation" de la caravane (toit et façade amovibles) dès le mois de juillet. La caravane étant le décor principal au film.

Mais si grâce à vous, votre générosité et votre amour du cinéma, le deuxième palier de 13 000 € était atteint (ce serait incroyable) cela m'aiderait à obtenir un résultat encore meilleur. Ce palier me permettrait, entre autre, d'enrichir l'équipe de techniciens et ainsi consacrer plus de temps à l'esthétique du film. Cela permettrait également d'augmenter le nombre de jours de tournage pour consacrer plus de temps à la mise en scène et à la direction des comédiens. Je pourrais aussi louer un steadycam, un travelling, une grue pour améliorer la beauté et l'originalié des images. Et pour finir je pourrais m'offrir une post-production de très haute qualité dans un studio professionnel.

Et alors si j'atteins le troisième palier qui est de 20 000 €, là comme diraient mes fils :" Ce serait trop stylé ! " et surtout ce serait Hollywood dans les Pyrénées. Ca fait vachement de bien de rêver....

Avec 20 000 €, je pourrais passer à la vitesse supérieure en louant une caméra RED (comme à Hollywood, je vous dis..), je pourrais faire un DCP (fichier pour projeter le film dans les cinémas), rallonger le tournage de quelques jours et surtout, et c'est le plus important, je pourrais payer toute l'équipe qui m'aura supporté pendant tout le tournage ;)...

Mais, on peut toujours rêver, avec ce 3ème palier et avec l'accord de Bruce Springsteen, je pourrais peut-être payer les droits d'auteurs et donc avoir le droit d'utiliser la chanson The River dans le film (l'histoire de -CARAVANE- étant basée sur cette chanson)... et là, je vous dis pas les frissons..... 

Pour ceux qui ne savent pas de quoi je parle et pour tous les autres aussi, voici la version live de The River. Alors asseyez vous confortablement dans votre fauteuil, augmenter le volume et profitez !   11'40" de pur bonheur ;)

Je sais que vous êtes sollicités de toute part,  donc si vous ne pouvez pas contribuer financièrement au projet et même si vous y contribuer d'ailleurs, n'hésitez pas à partager cette page (facebook, twitter...) et à en parler autour de vous. C'est en touchant le maximum de personnes que je parviendrai à atteindre mon objectif (voir plus) et que je réaliserai mon film -CARAVANE-.

Un grand MERCI par avance à vous tous.

À propos du porteur de projet

Tout d'abord pour me présenter, voici mes 6 films préférés (trop dur de n'en choisir que 5...) :

. La ligne rouge de Terrence Malick

. Donnie Darko de Richard Kelly

. Un monde parfait de Clint Eastwood

. Eternal Sunshine of the spotless mind de Michel Gondry

. Take shelter de Jeff Nichols

. Les guerriers de la nuit de Walter Hill

Aprés un bac électronique obtenu, je ne sais pas encore comment, en 1991, j'ai fait un BTS Audiovisuel Option Montage au Lycée des Arènes de Toulouse. Aprés un petit séjour à l'armée au service audiovisuel du Mont Valérien, j'ai travaillé comme chef monteur pour plusieurs boites de production parisiennes où j'ai eu l'occasion de monter des dessins animés (Dragon Flyz, Dr Globule, Enigma, Mr Bonhomme...). Depuis, pour différentes chaînes de télévision françaises, j'ai monté de nombreux documentaires:

Le papa des poissons ( Prix du public - Festival de Luchon 2015; Prix CIRCOM) - Un membre à part - Monseigneur et les indiens - La danse du tondeur - Graine d'espoir - D'un train à l'autre - Eaux mortes - Du rugby à tout prix...

ainsi que des magazines régionaux ( Signes du toro, Cap Sud-ouest, Carnets de vol...), des concerts et des clips.

Mais étant donné que "quand je serais grand, je veux être réalisateur", j'ai réalisé plusieurs clips et court-métrages.

Vois ci-dessous 2 mes récentes réalisations :

  • JOYEUX NOËL, NOËL ! avec Cali, Joël Cantona et Dephine Chanéac. Librement adapté de la nouvelle de Pascal Dessaint.

  • JE SUIS FAN MAIS M'EMMERDEZ PAS ! ( réalisé dans le cadre du festival NIKON)

Bon visionnage et RV prochainement sur grand écran pour -CARAVANE- que je serais fier de vous présenter.

Mais pour cela, j'ai besoin de VOUS et de votre soutien.