Un pas après l'autre

Documentaire (produit et réalisé par l'association C.L.A.P)

  • On avance...!

    Une news pour vous rassurer d'un côté en vous annoncant que le tournage arrive à son terme, après le trail du Lavaredo dans 2 semaines !
    S'en suivra le montage et la post-prod.

    Pensez s'il vous plait à bien précisez vos adresses sur vos comptes Ulule, pour vous envoyer vos invitations à l'avant première, ou vos goodies, dvd etc..

    Merci encore pour votre aide !!!

  • Pour la suite..

    L'aventure Ulule se termine, mais pas la notre !


    Pour rester en contact avec nous jusqu'à la fin du docu, voici nos différents liens : 

    Facebook :

    https://www.facebook.com/pages/CLAP/176813305679361

    Twitter : 

    https://twitter.com/MrCLAP88

  • Start !

    C'est le départ pour Mada ! Merci a tous pour votre soutien, on vous ramène de belles images..et un beau résultat ? ;-)

    tres belle aventure Ulule !

  • Trail des roches 2013

    Non une fois les 3000€ atteint nous ne nous sommes pas barré a Madagascar sans vous dire au revoir ! Nous étions sur le trail des roches ce Week end, 10eme édition s'il vous plait.

    Le départ d'un inédit 73 kms avait lieu a 3h30 du matin :

     

     

     

    Une superbe édition rythmée par la bonne humeur (Lucas de chez The North Face) sur les ravitos malgré une boucles très rude !!

    Encore un grand bravo a toute l'organisation (Alfo Serge et Steph) a l'annee peochaine et a demain pour la derniere news !Nle

  • Des Bosses et des Bulles : Le chef d'oeuvre

    Si il y a bien des personnes qui ont compris l'esprit de Steph' et de cette pratique, Mathieu du blog des Bosses et des Bulles en fait partit :

    http://desbossesetdesbulles.blogspot.fr/

     

    Je vais simplement retranscrire son interview inédite ici, en vous laissant admirer toute sa maitrise technique du dessin, en espérant être à son niveau côté images du doc...Chapeau l'artiste ! 

    "Le bonhomme de la Roche d'Anozel


    Stéphane BROGNIART, l'interview No limit


    On dira ce que l'on veut mais j'essaie, avant chaque interview DBDB, de me mettre dans la peau de mes invités. Après avoir crapahuter dans les Monts d'Or en offtrail avec Jujutrail, après m'être tapé une bonne vieille rando-course dans le brouillard dans les pierriers de Belledonne pour me mettre dans la peau de Guillaume Bernard aka Trail et Cacahuètes, après m'être essayé sur la 6000D avec Sylvain Bazin en mode footing en 2011, après avoir fait - et mangé - des Floppett's sur une course pour comprendre le système digestif de Julien Jorro, me voici à courir un petit 23 km avec 900m+ dans le Forez en minimalistes sans chaussettes, short 70's et petite bouteille d'Evian à la main pour ressentir ce que vit notre invité du jour : Stéphane Brogniart connu pour être le Gardien de la Roche d'Anozel ou encore celui qui remet les églises au milieu des villages. 
    Avant de vous laisser découvrir l'interview, je vous rappelle que Stéphane est sur un projet qui mérite votre attention et le votre soutien. "Un pas après l'autre", documentaire produit et réalisé par l'association CLAP promet d'envoyer du bois. 
    Il reste 7 jours pour financer le projet, voire mieux - exploser le plafond. Comme dirait Pierre-Emmanuel, "On compte sur vous!"
    Et ça se passe ici : http://fr.ulule.com/un-pas-apres-lautre/
    Bonne lecture!


    Un peu d’Histoire

    1/ Saint-Dié-des-Vosges, ton fief, fût fondé en 669 par Deodatus, un moine irlandais. Je me suis intéressé à cet homme, ou plutôt au “bonhomme”, devrais-je dire, car c’est bien ainsi que les montagnards du coin l’appellent. Les croyances racontent que “le bonhomme” rendait justice aux démunis, bâtissait des édifices, faisait jaillir des sources en tapant le sol avec son grand bâton, pourfendait le brouillard déodatien avec sa hache qui en tombant donna naissance à la puissante source saint Dié, au lieu dit nommé depuis "Petit saint Dié". Un homme d’apparence sage capable cependant de lancer des sorts à quiconque lui manquerait de respect. Le saint homme construisît sa cabane, y vécut en ermite dans la solitude glaciale se nourrissant des bonnes choses des forêts déodatiennes...
    Bon... Allons droit au but. Aider les autres, la cabane, la forêt, l’ermitte, ton aversion pour ceux qui se vantent...  Deodatus, c’est toi? Sommes-nous en plein reboot?
    T’arrives-t’il de parler avec les fées à pattes d’oie qui hantent les montagnes lorsque tu cours?
    Il est vrai que le raccourci est facile à l'énoncé des faits.
    Je pourrais la compléter en te disant que j'ai été élevé à la campagne, passé 5 ans de ma vie chez les scouts de France, et 5 ans chez les jeunes sapeurs pompiers.
    C'est une école qui t'apprend certaines valeurs qui ne s'oublient pas.
    Vivre dans la strict simplicité, sans tralala, avec juste l'essentiel est une façon pour moi de rester vrai..
    Il est toujours important d'avoir un regard sur l'autre au cas ou il aurait besoin de toi.
    Il est vrai que j'ai toujours trouvé une valeur refuge dans la forêt et quand les beaux jours arrivent, le hamac est souvent de sortie.
    En ce qui concerne les sources, Deodatus a bien fait, car je peux courir des heures sans prendre d'eau. Il y a des sources de partout dans mon jardin d'entrainement. Rencontrer des fées aux pattes d'oie? non et c'est bien dommage car c'est plutôt des sotrés (petit lutin à l'esprit malicieux) qui me font des blagues du style "racine qui dépassent du sentier" et me prendre de belles gamelles.



    2/ Valérie Damidot souhaite récupérer cette vieille chaise que l’on voit souvent lors de tes sorties pour la poncer et la repeindre en taupe pour une des ses prochaines émissions. Tu lui dis? Plus sérieusement, peux-tu nous parler, avec l’émotion que ces moments te procurent, de ces spots que l’on voit souvent sur ton blog? A lire tes récits, à voir tes photos, j’ai l’impression que chaque trail est un pélerinage avec ses repères, ses doutes et ses forces d’âmes. Ai-je manger trop de tarte aux myrtilles au point de divaguer ou confirmes-tu mes propos?
    Tu fais référence à la chaise du Kemberg qui a donné lieu à un véritable feuilleton sur mon blog. Elle reste à ce jour un mystère et presque une légende et c'est pas un coup de peinture qui la rendra plus légendaire. Ces gens de la télé, des magasines et compagnie mettent la forme sur un pied d'Estale. Moi, c'est le fond qui m'intéresse. Dans ta question sur le spot, l'émotion, le pélerinage, force d'âme, etc, tu me fais aller sur un terrain qui est l'essence même de ma pratique. 
    Je vais tenter de te la faire courte et je vais même dire des choses qui ne sont pas connues du grand public en ce qui me concerne.
    Le sport et le sport en compétition ont toujours eu une place importante depuis mon enfance (c'était voyou ou le sport) et j'ai eu la chance de rencontrer les bonnes personnes aux bons moments. Après un arrêt du sport en compétition entre 20 et 26 ans, j'ai repris par du trail sous l'impulsion d'un ami cher. Ma pratique était, comme beaucoup, basée sur des visions de ce que je voulais être (gagner cette course, être devant celui-là, empiler des séances plus dures les unes que les autres, vouloir niquer tout le monde, etc) et puis entre ce que je pratiquais et ce que j'étais au plus profond, l'élastique se tendait au point de péter - entre 2008 et 2009. Pendant ces deux années, gros coup de moins bien (camouflé aux yeux des autres) et je cherchais des réponses sur plein de choses et ma pratique du sport n'en était pas exclue. Du coup je me suis sérieusement intéressé aux sciences concernant le cerveau humain, les différentes philosophies dans le monde, la spiritualité, etc. Et il en est ressorti que quoi que je veuille faire il fallait que je reparte de ce que j'étais réellement pour aller vers ce que je voulais et non me mentir sur ce qui j'étais réellement et n'arriver nulle part. C'est pourquoi ma pratique du trail est une sorte de méditation en mouvement. La seule référence, qui est valeur de refuge, est portée par mes sensations et mon ressenti personnel. Après, le spot où je cours 90% c'est le massif du Kemberg (15 km de circonférence, entre 400 et 750 m) et si j'en parle comme ça c'est aussi pour montrer à chacun qu'il faut arrêter de croire les magazines qui nous font culpabiliser, nous qui n'avons pas les Alpes comme terrain d'entrainement. Aimer votre coin, l'herbe du voisin n'est pas forcement plus verte.
    J'espère ne pas avoir plombé l'ambiance, alors je termine en te précisant que dans les Vosges on ne dit pas "myrtilles" mais "brimbelles".


    A propos de ta pratique du trail.
    3/ Quel est ton terrain de jeu fétiche et tes sorties préférées? Fractionné dans les ronces et les épines de pins sans chaussettes ou jardinage autour de la cabane en spartiates avec les potes ?
    Ma pratique, c'est du presque tous les jours à l'allure que mon corps veut. Parfois c'est lent, d'autres fois c'est "vite" et si il me prend de vouloir faire un 90° à droite dans le talus ronce et bien je le fais. C'est pas du Rambo c'est de l'envie et c'est fonction de ce que je prépare. Mais c'est sûr que la montre ne me sert que pour savoir quand je dois rentrer. Je dois aussi mettre en avant que quand je cours, je ramène tout le temps mon esprit dans le mètre carré qui m'entoure, il y en a qui appelle ça "vivre l'instant présent". Et cette méthode réserve bien des surprises comme partir à jeun et au bout de 2 heures ne pas avoir faim et courir à 15km/h sur "le sentier de la chèvre".

    4/ Tu cours sans chaussettes. C’est assez rare dans le milieu de l’ultra pour être souligné. Pour le bon déroulé de cet interview je me suis prêté au jeu et ai parcouru 25km et 800m+ sans chaussettes. J’ai rapidement été confronté au problème récurrent des petits cailloux et autres aiguilles de pins qui se glissent dans la chaussure. J’ai dû m’arrêter un grand nombre de fois au détriment de ma vitesse moyenne.
    Alors Stéphane, une question me démange dans mes running. Pratiques-tu dans le plus grand secret une quelconque activité de fakir ou marche sur braises incandescentes? Confonds-tu depuis ta plus tendre enfance, la crème pour pieds sensibles avec le Tano?
    Dans l’hypothèse où comme moi tu t’arrêtes à chaque petit caillou pour te déchausser, un bon conseil : mets des chaussettes et tu gagneras l’UTMB 2013 !
    Bon je me lance, ma pratique et ma démarche de simplicité va dans le sens : "dans le minimaliste, il ne reste que l'essentiel". J'ai commencé par être un adepte de la rando MUL (marche ultra light) poussé quelques fois dans son extrême en partant plusieurs jours en rando sans carte, sans sac, sans rien et en me débrouillant..
    Je veux de plus en plus ne dépendre de rien, ne me reposer que sur le strict minimum, mon corps, ma tête, un peu de protection contre le froid, une semelle juste pour les pierres et c'est tout. De toute façon il n'y a rien d'autre qui fait avancer et surtout pas, montre, plan d'entrainement, chaussettes qui serrent, basket avec amorti high-tech, bidule en tout genre, comme si le corps humain n'était prévu pour courir. Je l'ai naturellement décliné au trail. Pour les chaussettes : après la PTL avec chaussette j'avais les pieds bien attaqués et là me suis rendu compte que le frottement entre chaussette et peau me provoquait des ampoules, donc en virant les chaussettes plus rien, juste des zones à renforcer par du strap sur les longues distances. En hiver chaussettes quasi-foutues donc qui adhèrent à la peau contre le froid. Pour les cailloux, ils ont inventé les lacets que tu serres, et si des fois il y en a des petits qui passent, ils ne me dérangent pas.

    5/ Les sacs de ciments en montée, tu confirmes? Plus généralement, on voit que tu intègres pas mal d’exercices (PPG, pompes, etc) dans les entrainements que tu proposes, qu’importe la météo. C’est important pour progresser physiquement et mentalement à tes yeux ou prépares-tu en cachette un reboot de Rambo ?
    Le sac de ciment n'est pas une légende, j'intègre de temps à autre une séance que j'appelle "chargé à 8 kilos dans un sac" et je monte un raidar avec bâtons pendant deux heures. Pas de musculation à la noix, tout avec les moyens du bord. Tout comme la PPG dans le garage (8 exercices simples mais efficaces), et surtout corde à sauter qui me semble être indispensable pour comprendre comment on pose le pied en course à pied. Rambo fait des trucs pour passer pour un héros, moi je me prépare pour ne pas souffrir, je n'aime pas avoir mal. Je ne suis pas un SM. Je n'aime pas les types qui passent une ligne d'arrivée et donne l'impression de revenir du Vietnam. Nous ne sommes pas des héros, nous faisons un loisir pour notre plaisir. Souffrir n'est pas plaisant, donc je fais tout pour ne pas souffrir. Par tous les temps car je refuse que de l'eau, du froid ou autre prennent le pouvoir sur moi.



    6/ La classique : ton plus beau souvenir et ton pire souvenir dans ta pratique du trail ?
    Parmi les plus beaux, incontestablement, la PTL, l'abandon à l'Infernal160 il y a 2 ans, toutes les sorties longues avec Daniel G, Léo B, Aurèl, Julien F, etc, et la victoire à l'Infernal160 qui m'a permis de valider ma démarche.
    Le moins bon : ne pas pouvoir faire la Grande Traversée des Alpes à cause d'une blessure (quasi la seule).

    7/ Le régime crétois préconise de proscrire la bière. Existe-t’il un régime déodatien? Si oui peux-tu nous le présenter? Dans le cas contraire peux-tu nous donner, aussi sec, quels seraient ses bases? Quiche lorraine, tofaille, munster fermier, tarte aux myrtilles, miel de sapin?, vins de petits fruits? Bonbons vosgiens ?
    Je suis au maximum que possible Locavor. A la maison c'est moi qui cuisine, et comme beaucoup je faisais les recettes de Femme Actuelle pour épater la galerie et puis je suis revenu à du vrai, du simple. La cuisine de nos grand mère vosgienne de Jean-Marc Toussaint édition Gérard Louis. Pour résumer, produits de saison frais, peu de viande (sauf les lapins que j'élève), kéfir, tarte podium, soupe, sucre lent en tout genre. Une (voire des) bonne bière ou du vin avec des potes lors d'un repas-cabane font certainement plus que les frustrés et les adeptes de la privation.

    8/ “PAS VITE MAIS TOUT LE TEMPS”, c’est ta devise. Tu l’appliques à tout ou uniquement aux Ultra ?
    Bien joué la question, car je suis assez vif dans mon quotidien et c'est vrai qu'une fois les baskets aux pieds je rentre dans une certaine plénitude indispensable pour mener sa barque jusqu'à la ligne d'arrivée. Je parle beaucoup au quotidien, en courant je ne parle plus, car je suis bien et de toute façon les meilleurs moments de ma journée sont quand je suis seul dans les montagnes.

    Questions matos

    9/ Question matos et bidouilles, tu n’as rien à envier à Mac Gyver. Tout le monde connait ton sac à dos, d’une marque connue, customisé par tes soins. Est-ce parce que tu es très exigeant avec le matos de trail ou par pure passion pour le tuning de sac à dos? Du “costaud-pataud-bon-marché” au “fragile-agile-pas-donné”, quel est la part du matériel dans ta vision du trail running?
    Je resterai sur le sac car pour le reste je l'ai déjà évoqué plus haut. Dans le commerce ils vendent des trucs pas pratiques, style fermeture éclair pour une poche à gel qui finit par coller et par ne plus pouvoir s'ouvrir, des sangles de partout que tu te demande à quoi ça sert, et des poches de partout que tu te sens obligé de les remplir de trucs qui ne te serviront jamais, etc. Donc j'ai naturellement construit mon baluchon selon mes besoins, une poche principale pour un k-way, couverture de survie, un bidon (car floc floc moyen), et des poches filets fermées par un élastique tendu pour les barres et stop, le reste c'est superflu.



    10/ Paranthèse Artzooka. Peux-tu nous parler du truc que tu as bidouillé tout seul et dont tu es le plus fier? Pas le sac à dos hein! Autre chose? Une quiche lorraine? non... Matos, matos.  
    Tu voulais peut-être me lancer sur un sujet précis, mais le truc fabriqué maison dont je suis le plus fier (coté matos) est toujours dans ma tête. Ce serait un sac ou tout le matos serait compartimenté dans le tee-shirt, et j'espère que les TNF me permettront de bosser sur le sujet avec les ingénieurs d'Annecy.


    Toi dans le miroir et sur la toile

    11/ Bon Stéphane, tout le monde le sait. Tu as une cabane au fond du jardin. Rares sont les élus à en avoir franchi le seuil. Admettons que j’ai parcouru 30km avec 1500m+ dans les Vosges sans couiner. Bref, que j’ai fait un trail. Dans un accès de bonté, la même que celle de Deodatus ton aïeul, tu m’ouvres la porte de ta cabane. Que vais-je trouver derrière la porte?

    Ahah ma cabane, entre mythe et réalité, elle est simplement ma chambre, mon refuge, ma bibliothèque, mon RDV des copains, ma tanière. L'idée était de faire comme les modèles de cabane de secours que l'on trouve en montagne : deux couchettes, des étagères, un fourneau, une caisse à bois, deux sabots porte-couverts ou est inscrit dessus le prénom de ceux qui ont eu le plaisir de venir y passer un moment, des cartes de rando que madame en avait marre de voir traîner à la maison, pas d'électricité, des bougies, lampes tempêtes, toujours ouverte, une vieille scie à bûche offerte, une cage à oiseau avec deux mandarins, des lampes frontales, et un certain supplément d'âme. J'y dors quasiment toute l'année, et des fois le matin tu es vite réveillé vu la température. A oui c'est un choix délibéré de ma part, madame et les enfants s'y sont fait.



    12/ Comme “Le Bonhomme” maniait avec la plus grande dextérité ses outils pour élever des édifices et défendre l’opprimé, tu maitrises à merveille les nouvelles technologies de communication (blog, facebook, twitter, ulule, ...) pour nous parler des tes escapades vosgiennes. Esprit Trail et Wifi n’est-ce pas antinomique? C’est important d’être 2.0 dans ta pratique du trail? Si oui, pourquoi?
    Comme expliqué plus haut 2008 et 2009 ont été un tournant dans ma vie. Je me suis dit : la démarche que j'ai mis en place pourrait peut-être servir à d'autre. Est donc né 47minutes et l'aventure a continué sur TNF (The North Face, NDRL) La différence attire la curiosité et je suis conscient que mon blog est différent d'un blog de sportif, et de toute manière je ne m'estime pas sportif. Le moyen de communication le plus utilisé est le net donc je m'y suis mis pour partager une parole différente de ce que je peux voir. Car je suis différent. Je sais que d'autres visions du trail sont possibles que celles qui nous sont proposées et je veux le dire. Il est vrai aussi que mon blog c'est du brut de décoffrage, de toute façon je ne sais pas faire autrement.

    13/ Une grande marque de chaussette de qualité et un coiffeur de renom souhaite te proposer d’être l’égérie de leur nouvelle marque de chaussette tressée. Leur condition : il faut que tu te fasses un carré mi-long brushé et que tu portes leurs chaussettes à motifs (des petits sapins) dans tes sandales. Tu leur dis?
    Plus sérieusement. Cheveux longs, sandales, combinaisons de ski vintage... Quelle place donnes-tu à ton image? Ton look est-il la partie visible de l’iceberg de tes valeurs profondes ou es-tu, comme Robert Redford dans Jérémiah Johnson, naturellement “stylé”?
    Je ne connais personne qui se foutrait de l'image qu'il donne aux autres et je ne suis pas une exception. Depuis l'adolescence, on cherche plus ou moins son style. J'ai ma propre vision de l'image que je donne aux autres. Je trouve qu'elle est maintenant parfaitement raccord avec ce que je suis réellement au plus profond; ça n'a pas toujours été le cas, au nom du socialement correct. Alors qu'ils viennent me proposer des trucs, je leur proposerait après un léger briefing pour que l'on en parle au-dessus d'Anozel; en y allant par la ligne de partage des communes, à mon avis ils changeront d'arguments pour m'avoir.

    Question people
    14/ Tu vas être la tête d’affiche d’un film “Un pas après l’autre” produit et réalisée par l’association C.L.A.P. () Vous avez lancé un Ulule (http://fr.ulule.com/un-pas-apres-lautre/) pour financer le projet. Tu as l’impression d’être un peu à part dans le monde du trail? Le film est-il un moyen de répondre à des questions que l’on te pose et au bout du compte à tes propres interrogations? Question “pure people” : Y-aura t’il des guest star du trail dans le générique de fin?
    Si des personnes s'intéressent à moi pour un reportage, c'est sûrement qu'ils ont de bonnes raisons, c'est sûr que les coureurs "tout propre" qui rentrent dans le moule qui n'ont pas grand chose à dire hormis leurs performances, sont moyennement intéressants. Il est vrai que l'on me pose beaucoup de questions, auxquelles j'ai du mal à répondre, car je le fais de façon aussi naturelle que de préparer un bon repas pour ma famille. Je ne vois rien d'extraordinaire à faire des ballades en courant dans les montagnes par pur plaisir. Pour une guest-star faut voir avec eux, moi par contre une vrai star est quelqu'un qui est convaincu de la justesse de son art et dans le sport il n'y en a pas des masses.

    15/ Avant même que le film ne soit sorti, Anton Krupicka veut racheter les droits de “Un pas après l’autre” pour en faire une version US. Au moment où je te l’annonce la prod américaine ne sait pas si St-Dié-des-Vosges sera reconstruit à l’identique au pied des Rocheuses ou modélisé entièrement en 3D. Ils évoquent la possibilité de te proposer d’être consultant pour le remake. Tu acceptes ou non? Si oui, quelles sont tes conditions? Sinon pourquoi?
    Il est vrai que cet Anton a une démarche différente aussi, mais ce qui est valable pour une personne ne l'est pas forcément pour une autre. Et encore moins ailleurs. L'Anton chez lui, moi à l'Anozel et les vaches seront bien gardées. Par contre si le bonhomme veut prendre des cours d'originalité pour que son blog ressemble à autre chose qu'à un catalogue de résumé de semaine, je me ferai une joie de l'accueillir chez moi en stage. En échange je veux bien découvrir ces coins qui m'ont l'air sympa pour gambader et si il peut faire venir sa copine blondinette Anna, se sera encore mieux.

    16/ Après Kilian, Anton et bientôt toi et devant le succès grandissant du trail, Marvel souhaite tous vous réunir dans un film à la “Avengers”. Bon, on ne va pas se mentir, les scénaristes galèrent un peu sur l’histoire. Tu es partant? C’est qui le super-méchant qui veut tuer les gentils du trail running?
    Euh, tu utilises des concepts qui me dépassent mais après recherche je pense que le super-méchant "qui voudrait tuer les gentils" traîne en chacun de nous si nos yeux d'enfants, voulant gambader en montagne, se laissent éblouir par le strass et les paillettes.C'est pas vraiment une réponse complète mais comme pour le sénario, je coince un peu..

    Le courrier des lecteurs déodatiens

    17/ Une question du courrier des lecteurs DBDB.
    “Bonjour Stéphane. J’ai 50 ans et ai été 20 fois champion de France sur Marathon, 12 fois vainqueurs de Iron Man, 5 fois champion du monde de course en raquettes, 8 fois finisher de l’UTMB, ...  Hélas, je me suis fait enlevé les dents de sagesse il y a maintenant 10 ans de cela. Depuis, je ne fais plus qu’une ou deux sorties par jour pour une moyenne de 150 à 200 km par semaine... Puis-je remanger des bonbons vosgiens pendant mes entrainements pour augmenter mon nombre de bornes et bien me préparer pour le TDR73?”
    Plus sérieusement, peux-tu nous parler du TDR73 ? A quoi doit s’attendre un non-déodatien quand il prend un dossard sur le TDR73 ?
     
    Au départ deux potes Aldo et Serge veulent faire découvrir nos coins aux autres. Je les rejoins, il y a 9 ans, et notre recette est simple : le trail c'est un sport avec un parcours qui doit mettre en avant la spécificité de notre région (petite cote 300D+, et des passages de roches avec point de vue), un parcours difficile, rustique (pour ceux que ça gène, il y a la course sur route), que du premier au dernier chacun soit important, un balisage impecable et un bon repas à l'arrivée. Pour le reste, c'est pas chez nous que tu auras de la musique à font la caisse, pas de tape à l'oeil et compagnie. 73 kms pour 3400D+ sur du sentier technique, souvent seul au milieu de nulle part, idéal pour faire un vrai voyage avec soi-même au coeur de nos montagnes déodatiennes. Bien des coureurs sont surpris d'un tel parcours. Le meilleur des compliments est quand à la ligne d'arrivée tu entends : "J'ai deux mots à dire à celui qui a tracé ce parcours". Ce n'est pas non plus dur pour faire dur, mais notre topographie n'est pas aussi facile qu'on voudrait le croire.

    Next!

    18/ Stéphane, tu peux nous parler des tes objectifs 2013 et 2014? Tu es inscrit sur l’UTMB13, que représente cette course pour toi? L’échelle internationale et la grosse mécanique que représente et nécessite l’UTMB ne te fait-elle pas peur?

    Cette année c'est engagé sur le Vulcain, viendra ensuite l'UTOP, Lavaredo, UTMB. On peut dire ce que l'on veut, le parcours de l'UTMB est parmi les plus beaux que je connaisse. La grosse mécanique financière, les grosses cuisses internationales ne changent pas grand chose pour moi. Une fois le départ donné c'est pas bidule ou machin qui me feront voir l'église place du triangle de face. Que je sois au milieu de 2500 gugusses ou seul, l'UTMB est réussi que si tu restes dans ta bulle toute la course. De toute façon je mettrai les pieds à Chamonix le plus tard possible, prendrai le dossard et partirai vite et pour ne revenir que 30 minutes avant le départ. J'ai pour moi même une revanche à prendre après un malaise à Champex en 2008 (tiens... 2008, maintenant 2013, depuis j'ai remis l'église au centre du village)..
    Je ne peux pas non plus passer sous silence mon admiration pour Marco Olmo qui a brillé à Chamonix avec une méthode un peu similaire à la mienne. Bref n'en disons pas plus, rendez-vous samedi 1 septembre 2013 vers ??h??.
    19/ La Barkley Marathons c’est pour quand?
    Je ne suis pas adepte non plus de la sur-enchère, l'Aravis trail 2012 était suffisant.
    Il faut garder une notion de voyage avec des paysages et une certaine fluidité. Par contre pour mes 50ans si mes potes pouvait me larguer à 1000 kms sans rien et que je doive me débrouiller pour rentrer, je suis partant.

    A toi le micro

    20/ La question indiscrète que tu aimerais poser à René-Charles ?
    Stéphane : "René-Charles sont les initiales de Rire et Chanson, Rilian-Cornet, Rarement-Conventionnel, Ratatouille-Citrouille, Rose-Colchique, Relais-Chateau, Radis-citron, ou Réveillonner en Combishort ?"
    Ah ah pas mal ça! Non c'est un clin d'oeil au fils d'une copine québécoise qui chante de temps en temps à Vegas et dont je suis le parrain. Je lui avais promis. Mais sur le fond tu as raison, DBDB c'est un peu comme réveillonner en combishort dans un relais-château :)


    MERCI STEPHANE!!