Innovation Sociale et Tourisme Responsable

Partir à la découverte des réussites en tourisme responsable & les analyser afin de les démultiplier à plus grande échelle

A propos

Un laboratoire d'innovation sociale et tourisme responsable : tester des projets afin de les démultiplier  

Partant du constat que l'économie sociale et le tourisme responsable constituent des puissants leviers de développement pour l'Amérique Latine, nous avons décidé de soutenir et d'encourager les initiatives dans ce domaine à travers la création d'un « Laboratoire d’innovation sociale et tourisme responsable ». 

Situé dans une des régions les plus belles et les plus touristiques de l’Amérique du Sud, la Quebrada de Humahuaca en Argentine, le « laboratoire » aura pour objectif de mettre en place des projets d’économie sociale (notamment dans le domaine du tourisme durable, mais également dans le commerce équitable, entre autres) et de faire de ces projets des pilotes qui pourront ensuite être mis en place par d’autres acteurs.

 

Comment démultiplier les initiatives ? 

L'idée est de fournir notre expertise et d’accompagner les porteurs de projet de cette région du monde dans le développement d’un nouveau modèle économique d’avantage centré sur l’impact social et écologique. En résumé, nous souhaitons démultiplier les initiatives durables.

Pour ce faire nous souhaitons dans un premier temps partir à la découverte des différentes initiatives de tourisme responsable (culturel, communautaire, écotourisme, équitable, soutenable, etc.). Nous pensons qu’il faut s’appuyer sur les initiatives qui ont fait leurs preuves et qui ont produit un fort impact social et environnemental. 

Les analyser, comprendre les difficultés de mise en place mais surtout les clés qui ont fait le succès de ces projets est indispensable pour pouvoir ensuite les reproduire à grande échelle, dans une autre région.

Une fois ces initiatives étudiées, nous souhaitons encourager des initiatives similaires en Argentine en partenariat avec l’association locale Manos por Maimará et accompagner les acteurs du tourisme pour qu’ils deviennent responsables.


Pourquoi nous vous demandons aujourd'hui votre contribution ?

Le financement que nous vous demandons aujourd’hui est destiné à réaliser la première étape du projet qui est celle de la découverte & analyse des initiatives en tourisme responsable. En effet, connaître, étudier et analyser ces projets constituera demain la "matière première" de notre laboratoire.

Nous avons sélectionné une dizaine de projets au Brésil et au Chili, où Jérémy, le porteur du projet, a prévu un voyage depuis quelque temps. Nous avons créé un blog pour vous présenter les initiatives rencontrées, le projet, nos profils et vous donner d'autres informations et vous permettre de suivre nos activités : http://laboratoiretourismeresponsable.wordpress.com/

Le résultat de ce voyage de découverte sera une série d'études détaillées des initiatives avec une présentation des activités, des acteurs, mais surtout avec une analyse des difficultés et des clés de réussite de chaque projet. Le tout sera regroupé dans un livret éléctronique et nourrira par la suite l'ingénierie des projets du laboratoire.

 

Exemple d'initiative : le projet Ngen

A la découverte de la culture pewuenche et de l'environnement local. Basé à l'origine sur le travail de l'équipe de la paroisse locale pour une meilleure éducation et la promotion de la culture locale, le projet Ngen est basé sur 5 fondamentaux : équité hommes - femmes ; respect de l'environnement ; promotion de l'organisation sociale de la communauté ; respect de la culture pewuenche ; promotion du commerce équitable.

17 ans plus tard le projet a donné naissance a un réseau éducationnel et à une Fédération des Coopératives Ngen. Cette fédération, composée de 150 membres, est formée de 3 coopératives. La coopérative de bois Ngen qui travaille le bois local, de haute qualité et construit des meubles et réalise des ouvrages mineurs. La coopérative Zomo Ngen composée de 130 membres, qui fonctionne comme une coopérative d'achat mais aussi de production : apiculture, élevage d'ovins et vente de produits traditionnels confectionnés à partir de fruits cueillis dans la forêt.  Enfin une coopérative de services touristiques Ruka Ngen offrant un service d'hébergement dans un hôtel magnifique, construit en bois par la coopérative de bois Ngen, mais aussi dans des cabanes typiques (durant les mois d'été). Cette coopérative propose également des excursions, des circuits en tourisme communautaire pour aller à la rencontre des habitants des secteurs ruraux de la région.

Déjà contacté, nous avons convenu d'une date de rencontre avec les acteurs de cette initiative. Vous pourrez trouver sur notre blog un planning, soumis à modifications quotidiennes, sur mon voyage.

 

Le voyage de Jérémy : durée et itinéraire

Je l'avais en tête depuis plusieurs mois. Plus exactement depuis ma rencontre avec une bande d'étudiants brésiliens originaires du Pernambouc avec qui j'ai eu de nombreuses et intéressantes discussions et qui pour certains sont devenus de très bons amis, pour la vie. Deux ans plus tard, étant alors en pleine construction de projet de solidarité internationale, l'une de mes meilleures amies me propose d'être le parrain de sa fille. La seule condition : me rendre à l'autre bout de la planète ! Voila donc une occasion de faire d'une pierre... trois coups ! 

J'ai donc prévu de partir un peu plus d'un mois et demi pour avoir suffisament de temps pour rencontrer les acteurs d'initiatives qui nous intéressent. Pour des raisons économiques il était plus intéressant de choisir des vols aller retour. L'itinéraire se décompose comme suit :

  • 13 janvier : vol de Paris à Recife (Pernambouc, Brésil)
  • 16 janvier : vol de Recife à Santiago du Chili
  • 20 au 30 janvier : voyage à la rencontre d'initiatives chiliennes 
  • 31 janvier : vol de Santiago du Chili à Recife
  • 1er au 28 février : voyage à la rencontre d'initiatives brésiliennes
  • 1er mars : retour à Paris

 

Pour plus de détails, n'hésitez pas à consulter notre blog !

http://laboratoiretourismeresponsable.wordpress.com/

A quoi va servir le financement ?



Nous avons déjà quelques fonds, mais avons besoin de boucler le budget !

Sur un budget total d'environ 2 500 euros, j'ai pu financer les billets d'avion, soit 71% du budget total, grâce à une avance amicale de 200 euros.

Le reste du budget est composé de la partie alimentation, des voyages intérieurs, en bus, des hébergements (rares car je serai en grande partie hébergé par des amis) et de l'achat d'un petit dictaphone analogique pour l'enregistrement de mes entretiens. Ce sont ces parties du budget, ainsi que le remboursement des 200 euros qui manquaient pour l'achat des billets d'avion, que vous m'aiderez à financer !

A propos du porteur de projet

 

Titulaire d’un diplôme en gestion d’entreprises de l’économie sociale et solidaire j’évolue dans ce secteur d’activité depuis plus de deux ans. Principalement actif dans des associations d’éducation populaire je m’intéresse depuis maintenant plusieurs années aux questions de solidarité internationale et de développement.

Une rencontre, comme toujours, et les perspectives s’élargissent. Les discussions et les échanges avec Luciana nous ont permis de se rendre compte d’une potentielle collaboration. Originaire de la région de la Quebrada de Humahuaca en Argentine, Luciana m’a fait découvrir la culture locale et les problématiques de développement de cet endroit magnifique.

Diplômé en Histoire et spécialisé sur la communauté noire argentine et plus largement sur l’Amérique du Sud, l’idée se met à germer de « partir là-bas ». En parallèle de ces discussions en marge de nos emplois du temps différents et de nos obligations personnelles, je commence à jeter un coup d’œil à des programmes de volontariat.  Puis ni une ni deux, à la fin des études s’engage une réflexion plus approfondie sur la possibilité de mener un projet de développement basé sur le tourisme responsable. En chantier depuis plusieurs mois, le projet se structure et la possibilité pour moi de faire un voyage en Amérique du Sud se couple à une idée plus ancienne : découvrir des initiatives locales et les démultiplier.

Curieux et doté d’un bon sens relationnel, je suis heureux de sortir enfin des études préalables et d’aller à la rencontre d’acteurs et de leur initiative en tourisme responsable !  Trois ans après mon retour d’une année Erasmus en Espagne forte en expériences et rencontres, je suis heureux et enthousiaste à l’idée de découvrir de nouvelles personnes et d’échanger sur leur projet. Mais surtout de contribuer à un projet plus large qui permettra d’assurer un développement économique, culturel et social de manière équitable dans une des régions du monde les plus marquées par les inégalités.