Super Z

Les zombies comme vous ne les avez jamais... entendus !

A propos

(For english, please just click at the upper right of your page)

 

Super Z est une comédie horrifique dans la lignée de Braindead et Gremlins, tournée en plein cœur de la France, en Région-Centre durant le mois de Septembre 2013.

 

C'est un long-métrage de genre conçu par des passionnés, une aventure trash, insolente et énervée à l'image de ses personnages principaux, à savoir une famille de Super-Zombies génétiquement modifiés, doués de parole et de raison ! Le tout porté par un casting iconoclaste et haut en couleur.

 

Véritable ovni indépendant aux accents des 80's, imprégné de la culture Métal-Hurlant et Fluide Glacial, Super Z à été tourné de manière indépendante sans bénéficier des soutiens habituels. C'est pourquoi le film a besoin de vous pour exister.

 

Prenez part à l'aventure Super Z en nous aidant à mettre un point final à la post-production et venez assister à la création de l'un des films les plus barrés de l’année !

 

 

Un épisode du making-of sera partagé avec vous toutes les semaines, restez connecté(e)s pour en apprendre plus sur le projet.

 

Retrouvez-nous sur :

imdb.com/title/tt3577618

 

 

 

Dans un laboratoire secret, à la demande du PDG d'une obscure multinationale, Germain, un scientifique aussi fou que brillant, travaille à la création d'un zombie d'un genre nouveau. 

Le résultat dépasse toutes leurs espérances, les zombies devenant plus forts, mais surtout doués de raison et... de parole.

Un problème persiste pourtant : ces « Super Zombies » sont totalement indisciplinés. Comprenant les objectifs de leurs géniteurs, la première Famille zombie jamais créée s'enfuit du laboratoire.

Mais avec à leur trousse le chef des mercenaires du PDG, arriveront-ils à vivre libres et heureux ?

 

 

GERTRE

Gertre, le père de famille, est un ancien légionnaire devenu SDF. Capturé puis transformé en Super-Zombie par Germain le scientifique, il a toute sa vie été utilisé comme une arme : d’abord militaire puis bactériologique. Il prépare depuis son évasion du laboratoire un plan de révolte pour prendre sa revanche sur la race humaine, à laquelle il voue une haine et un mépris sans limite.

 

STEPHANA

Stéphana est un travesti, il aurait aimé être une femme et se considère clairement comme telle. Depuis sa transformation en Super-Zombie, elle est devenue une mère de famille accomplie qui veille sur sa progéniture et en particulier sur Yvon, le petit dernier. Éperdument amoureuse de Gertre, c’est une fine cuisinière et une maîtresse de maison hors pair.

 

YVON 

Yvon est un jeune adolescent pré pubère. Fils de hippies, il habite à la campagne et est fan de rap. Suite à la morsure de Stéphana, il est le premier humain à devenir directement Super-Zombie. En tant que petit dernier, il est chouchouté par sa mère mais martyrisé par ses deux sœurs, Georgette et Marcelline, qui considèrent que c’est une pièce rapportée.

 

GEORGETTE & MARCELLINE

Georgette était une jeune punk, originaire d’un milieu ouvrier particulièrement désœuvré. Enlevée avec Marcelline, sa compagne de route, par les mercenaires du laboratoire, elle a été transformée en Super-Zombie par Germain. Elle est désormais considérée comme la sœur de Marcelline.

Contrairement à sa sœur, Marcelline a été élevée dans un milieu bourgeois. Tête en l’air et impulsive, toujours en marge des autres, elle est d’abord devenue punk pour embêter sa famille, puis a fait la connaissance de Georgette et a clairement pris goût à ce mode de vie. Grande amatrice d’alcool et de drogues en tous genres, elle est aussi toujours la première à table.

 

AUGUSTINE 

Augustine, une jeune paysanne peu farouche, travaille à la ferme avec son père Givard qui à la main aussi facile sur la bouteille que sur sa fille. Lors d'une échappée d'Yvon, ce dernier la découvrira dans son plus simple appareil et en fera l'élue de son cœur. 

 

PECQUEUX 

Pecqueux est un mercenaire à la solde du plus offrant. Issu d’une famille de manouches et désireux d’insertion sociale, il touche avec ses hommes un salaire confortable depuis qu’il assure la sécurité du laboratoire du PDG.

 

GERMAIN 

Germain le scientifique est un homme sans scrupules. Pour lui seul l’avancée de la science compte, et ce malgré les conséquences. Il travaille depuis environ deux ans pour le PDG, pour qui il doit développer une série de nouveaux virus bactériologiques, dont le Super Z.

 

LE PDG

Né dans un milieu modeste, le PDG est avant tout un homme d’affaires. Complètement inconscient des conséquences de ses produits sur l’humanité, la seule chose qui l’intéresse est l’argent. Maintenant désireux de mettre un pied dans le marché de l’armement, il finance les expériences de Germain le scientifique dans l’espoir d’obtenir une gamme d’armes bactériologiques innovantes, afin de s’imposer auprès de ses concurrents.

 

SANCHO 

Sancho est le cousin de Pecqueux. Libre comme l’air, il vit dans une vieille caravane au milieu des bois. Plus âgé que son cousin qui l’a vu grandir, il désapprouve son engagement auprès du PDG, jugeant une telle attitude comme de la soumission, indigne d’un vrai manouche. Trafiquant d’armes, il est recherché depuis longtemps par les autorités.

 

 

 


 

 

VOUS AVEZ DIT SUPER ?

 

L’originalité du projet Super Z repose sur la combinaison de trois éléments : nos zombies sont les véritables héros du film, ils sont doués de raison et de parole et enfin, ils incarnent une représentation de la famille moderne.

 

A travers le portrait burlesque d’une famille de zombies et en jouant avec les codes du schéma classique propre au genre, le film aborde des thèmes comme la société de consommation, le droit à la différence et à la liberté physique et morale, la sexualité, les relations familiales.

 

Catalogués comme des «rebuts», fruit d'une dégénérescence moderne, nos Super Zombies, unis par le sang, la contamination et surtout l'évolution, décident donc de recréer le premier cercle d’appartenance de tout être humain : la famille. Au-delà des comportements normés et normatifs, Super Z et ses Super Zombies envoient alors joyeusement valser dogmes et conventions.

 

HEUREUSEMENT IL Y A LA ZINEPHILIE

 

Nous avons réuni plusieurs genres et styles cinématographiques pour créer une oeuvre qui ne soit pas uniquement référentielle, afin de pouvoir proposer au spectateur une aventure différente de celles qu'il à déjà vécues. Super Z est ainsi composé de plusieurs couches :

  • les racines d’une comédie familiale et romantique,
  • un tronc de film d’action,
  • le tout enrobé dans les ramifications du film de Zombie et d’horreur

 

LES PAPAS DES PAPAS DES ZOMBIES

 

Nos références et nos sensibilités vont vers des réalisateurs comme Tim Burton, John Carpenter, George A. Romero, Sam Raimi, Peter Jackson mais aussi David Lynch, Federico Fellini et Luis Bunuel. Autant de grands auteurs qui ont tour à tour apporté des éléments comiques et originaux au genre en dépliant et en reformulant les codes.

 

Irrévérencieux, gore, burlesque et décomplexé, Super Z est une œuvre sans concession, jouissive et généreuse, un véritable cri d'amour envers le film de genre, berceau du cinéma de notre enfance.

 


 

 

Julien de Volte est un réalisateur et scénariste français.

Suite à des études littéraires et audiovisuelles, il obtient un Bac L et choisit de s'orienter vers le Cinéma. Après l'obtention d'une maîtrise intitulée Sergio Leone et la réinvention du western, qu'il soutient auprès de Jean-Baptiste Thoret et Marc Cerisuelo, il écrit et réalise son premier court-métrage, Etouffé dans l'oeuf, œuvre étrange aux résonances lynchéennes, mélangeant prise de vue réelle et animation en pâte à modeler.

Suivront ensuite deux autres courts-métrages, Peine de Mort (sélectionné en compétition officielle au Festival International de Gérardmer 2014) et Les Fines Bouches, qui installe l’univers noir et violent de son premier long-métrage : "Super Z".

 

IMDB : imdb.com/name/nm4452975/

Vimeo : vimeo.com/user12619026

 

 

Arnaud Tabarly est un réalisateur et scénariste français. Passionné depuis tout jeune par le cinéma, la musique, le dessin et l'informatique, c'est un touche-à-tout des arts numériques sous toutes ses formes.

C'est après l'obtention de son baccalauréat, qu'il s'oriente définitivement vers son premier amour, le cinéma. Il intègre l'Esra Nice en spécialisation scénario et réalisation audiovisuelle.

En fin de cursus, il réalise son premier court-métrage, Les Sanguinaires, hommage inspiré des œuvres de F.W. Murnau et Fritz Lang soutenu par Philippe Houdart. Il transformera ensuite ce premier court-métrage en œuvre expérimentale et graphique pour en faire "Xeroderma Pigmentosum".

S'en suivront deux clips pour les Casses-Bonbons : "Minuit fatale" et "Sparrow and Nightingale : Eyes wide open. Il s'essaye à l'humour avec un pilote de série TV : Geek's et un court métrage sous forme d'une comédie horrifique : Les Fines Bouches, qui inspirera l'univers de son premier long-métrage, Super Z.

 

IMDB : imdb.com/name/nm5103997/

Vimeo : vimeo.com/user1525842

 

 

 

 

 

A quoi va servir le financement ?

 

L’argent de la collecte de fond doit nous permettre de financer la dernière étape de fabrication du film : la Post-production.


Cette étape se divise en trois catégories différentes : l’image et le son.

L’IMAGE :
Phase 1 : LE MONTAGE IMAGE - C’est l’assemblage des rushes natifs, c’est dire sans transformation, bruts.
Phase 2 : LES VFX - Ce sont l’ensemble des travaux d’effets spéciaux numériques, comme un coup de feu, une explosion, des giclées de sang pour la 3D, et de l’incrustation en fond vert.
Phase 3 : L’ETALONNAGE - C’est l’étape de la coloration de l’image, le moment où le chef opérateur et le réalisateur ajustent la colorimétrie définitive du film.

LE SON :
Phase 3 : LE MONTAGE SON - C’est l’assemblage des rushes son, le nettoyage sonore des pistes et le sound design, c’est à dire toute l’ambiance sonore du film.
Phase 4 : LA MUSIQUE - C’est la composition et l’enregistrement des musiques du film ou l’achat d’autorisation de droits musicaux pour des musiques déjà existantes.
Phase 5 : LE MIXAGE - C’est l’harmonisation et la spécialisation 5.1 (Dolby) du montage son et de la musique.
 

Vous comprenez maintenant pourquoi votre aide est indispensable.

Il nous faut au moins pour réaliser ces travaux : 12 000 euros !


Voilà comment l’argent sera reparti :

  • 5 000 euros - VFX
  • 3 000 euros - Musique
  • 2 000 euros - Etalonnage
  • 2 000 euros - Mixage


Pour nous accompagner dans ces travaux, diverses sociétés de post-production (comme Les Machineurs – Emmanuel Pampuri) nous accompagnent depuis le début afin de faire de Super Z un vrai feu d’artifice visuel et sonore.


Il ne manque plus qu’un petit coup de pouce de votre part pour vous faire partager la vie de cette étrange famille Zombie !

 

A propos du porteur de projet

 

insolence-prod.com/

facebook.com/Insolence.Productions

imdb.com/name/nm2963626/

 

Fondée par Anaïs Bertrand en 2009, Insolence Productions est une société de production de fictions et documentaires de création. Le cinéma de genre, s'affirme très rapidement comme ligne éditoriale de la société, sans pour autant qu’elle s’y confine.

Il s’agit avant tout de films qui ouvrent au sensitif et à la réflexion. Car au sein des contraintes narratives et esthétiques du cinéma de genre, naissent des histoires aux thèmes profonds et universels.

Insolence Productions possède ainsi une identité forte et développe avec ses réalisateurs des films singuliers mettant en lumière l’ouverture d’esprit de la société et témoignant d’une véritable exigence cinématographique, moderne et risquée.

Anaïs Bertrand a produit deux films de Julien de Volte (« Etouffé dans l’œuf », court métrage d'animation en volume) et « Peine de Mort » (en coproduction avec La Ruche Productions – Laura Townsend).

 

imdb.com/name/nm2831311/

 

Amie de longue date de Julien de Volte, quand ce dernier et Arnaud Tabarly ont eu l’idée de faire une vraie comédie familiale de Zombie, elle a immédiatement été emballée et les a encouragés à faire un premier court-métrage.

Ainsi est né, «Les fines Bouches», où l’on retrouve l’humour et l’univers noir de Julien.

Connaissant Anaïs Bertrand depuis sa première collaboration avec Julien et très satisfaite de leur travail commun sur « Peine de Mort », sélectionné au Festival International du Film Fantastique de Gerardmer 2014, il lui a été tout naturel de lui demander son soutien et son savoir-faire pour transformer l’essai… en long métrage.