Sahara Rocks !

Un livre sur le Sahara d’aujourd’hui, sa jeunesse, ses musiciens, leurs combats

A propos

SAHARA ROCKS !

Un livre sur le Sahara d’aujourd’hui, sa jeunesse, ses musiciens, leurs combats.
Une plongée dans un désert au coeur de la modernité,
qui vit, tremble et change au rythme des guitares électriques, du rock et du blues 

Depuis 15 ans je voyage régulièrement au Sahara. Souvent avec des musiciens, leur entourage. Ils sont ma porte d'entrée dans leur société. Le succès en Europe et aux Etats-Unis de certains d’entre eux tels Tinariwen, Bombino, Tamikrest, a permis d'ouvrir une petite fenêtre sur leur vie. J’essaie par des reportages et documentaires d’élargir cette fenêtre, de partager le Sahara d’aujourd’hui, bien ancré dans la modernité. 
 


J’ai toujours auto-financé mes voyages via des productions de films, expositions, reportages et documentaires radio. J’ai besoin de vous pour terminer le projet "Sahara Rocks !", faire encore 2 séjours au désert, et pouvoir publier un livre.
 



Au travers de ce livre, en photos et textes, j'ai envie de vous emmener en voyage avec ces femmes et ces hommes, de partager avec vous ce que j'ai appris à leurs côtés. J'ai envie de vous faire découvrir la culture "Ishumar", du français "chômeurs". Ils ont leur style de vie, leur style musical, leur look. Ils circulent dans tout le Sahara, au gré des emplois. Avec eux on rit beaucoup, on pratique l'auto dérision même dans les moments graves. J'ai envie de vous parler de la modernité de ces jeunes touaregs, arabes, songhaï, maures qui diffusent des bonnes comme des mauvaises nouvelles via Facebook, leurs téléphones portables.
 

J'ai envie de vous parler de ces musiques sahariennes d'aujourd'hui, rock, blues, qui sont les bandes originales de leurs errances, de leurs fêtes, de leurs combats et le meilleur visa pour que leurs cultures puissent franchir les frontières.

A quoi va servir le financement ?

Le livre

J’ai la chance d’être entouré d’une équipe de professionnels de l’édition pour mener à bien ce projet. Il m'offrent leur compétence et leur temps. Mais je souhaite les rémunérer pour terminer la maquette du livre. (1800 euros)
La majeure partie de vos contributions (12 000 euros) servira à imprimer le livre avec une exigence de qualité.
Le livre "Sahara Rocks !" comprendra des photos et textes, en français avec traduction en anglais.
Il fera 200 pages.
Je veux qu’il soit beau, et … solide, que vous puissiez le faire voyager.
 

 

2 courts séjour au désert

J'ai déjà photographié et enregistré plus de 80 musiciens sahariens, mais pour que "l'histoire soit juste", j'ai besoin de me rendre au Sahara 2 fois pour terminer le projet "Sahara Rocks !". Une petite partie de votre soutien (1000 euros) m'aidera à financer ces déplacements, à la rencontre de musiciens et de leur public que je veux absolument inclure dans le projet. Ce sont des figures majeures de cette histoire. Je vais passer du temps à leurs côtés, tenter de comprendre quelques petites pièces du puzzle sahariens qui me manquent.
 


 

Le voyage du livre

Je souhaite qu'une partie des livres imprimés puisse être acheminée au Sahara, dans des endroits ressources. Une petite partie du budget global (200 euros) permettra de livrer des exemplaires là bas, à "Agadez, Kidal, Tamanrasset, Ingall" (Titre d'un morceau de Tinariwen)
 

A propos du porteur de projet

Je suis auteur, réalisateur, photographe. J'aime voyager, toujours avec un projet, un peu partout, perdre mes repères pour apprendre. J'aime l'esprit de la Beat Generation, de Kerouac, Robert Frank, Paul Bowles, dériver dans un sujet, mais entre un point A et un point B. Que ce soit dans les montagnes du Caucase, les townships du Cap, les îles bretonnes ou sur les routes du Nevada, la musique, la littérature, les contre-cultures sont souvent mes portes d'entrée dans des communautés. J’écris des textes, réalise des films, photographies, produis des documentaires et reportages radio pour France Culture, France Inter et RFI.
Mon site : www.arnaudcontreras.com  / Ma page Facebook / Twitter : @ArnaudContreras
 


Je diffuse mon travail sur Internet, mais aussi au travers d’expositions, de projections, d’installations qui voyagent. Quand c'est possible, je fais en sorte que les personnes qui m'ont offert du temps sur le terrain puissent voir, écouter, lire, le fruit de mon travail. Mes derniers documentaires et reportages radio ont ainsi été diffusés en France sur les antennes de France Culture et RFI, sur Internet, mais aussi dans des camps de réfugiés à la frontière Mauritanie-Mali sur des cartes mémoire de téléphones portables. 
 



J’ai commencé à me rendre au Sahara en 1999, avec l’idée de faire des découvertes, de collecter des récits autour des patrimoines matériels et immatériels. Mon projet "Sahara Fragile" (www.saharafragile.org) a été soutenu par de nombreuses institutions UNESCO, PNUD, Collège de France, Mairie de Paris etc… et publié dans Le Monde, Géo …
 


Au fil des séjours au Mali, Niger, Algérie, Libye, Mauritanie, la découverte s’est éclipsé derrière les rencontres, le passé derrière la modernité.

Autour du feu ou lors de fêtes, dans les banlieues des villes sahariennes ou au cours de longues pistes dans le désert, je discute beaucoup avec des sahariens, des sages comme des punks. Ils me posent plein de questions sur nos modes de vie, je les écoute me parler de leurs cultures, de leurs exils, de leurs affaires. Les textes de leurs chansons traditionnelles ou "ishumar", "jagwar", "assouf", m’ont appris leur histoire contemporaine. Nous échangeons en bluetooth nos MP3 et vidéos. Leur quotidien, leurs envies, me surprennent tant ils sont éloignés de l’image véhiculée ici.
 


Tout n’est pas rose au Sahara, tous ne sont pas des anges. De cela aussi nous en parlons. Beaucoup.
Ils vivent dans un environnement climatique et géopolitique dur. L'exil et l'insécurité sont permanents. Ils me bluffent par leur opportunisme, leur adaptation rapide aux changements. 
Détaché de la course à l’actualité, je reçois souvent du désert des nouvelles de naissances, de mariages, des enregistrements de concerts sur des téléphones portables. Ils me demandent parfois des détails sur des innovations dont je n'ai jamais entendu parlé. Du milieu du désert, ils suivent les dernières révolutions technologiques en Asie et aux Etats-Unis.   
 


A partir de 2005, j’ai eu de plus en plus de mal à obtenir des soutiens pour mes projets culturels au Sahara et au Sahel. Le terrorisme et les trafics organisés ont pris en otage la région, ses populations. Les rédactions, éditeurs, producteurs, se désintéressaient de ces villes, dunes et pistes qui avaient fait rêver les occidentaux depuis des années.

Plus de touristes, peu d’ONG ou de journalistes au désert. Des milliers de personnes au chômage au Sahara, des milliers de personnes prêtes parfois à faire n’importe quoi pour survivre.
 



Dans ce contexte trouble, pour les jeunes femmes et hommes sur place, Tinariwen, Malouma, Bombino, Aziza Brahim, Terakaft, Tamikrest sont des exemples, les modèles. Les paroles de leurs chansons sont devenues des caps à suivre. Leur musique est entrée dans ma vie aussi, elle me remue plus que d'autres, me fait danser ou me calme, selon le moment.
 


A partir de 2005 également, des amis musiciens sahariens commençaient à être invités dans les festivals les plus prestigieux en Occident. Je les suis parfois en tournée, partage le thé, les blagues, les nouvelles d'amis et les soirées guitares. 
 



Je continue malgré tout à aller au Sahara avec eux et d’autres. Pour continuer à faire le pont, transmettre leur histoire, la mémoire de leurs musiques et cultures, les bouleversements qu’ils vivent, leurs projets, notre histoire commune.
C'est devenu compliqué, d'abord pour eux, mais je ne cesse aussi d'entendre dans leur bouche cette phrase: "demain ça ira".

"Sahara Rocks !" parce que le Sahara est en pleine mutation, il tremble de changements… et des amplis des guitares électriques.
 


J’ai besoin de votre soutien pour continuer à construire un pont, publier un livre qui vous fera vivre un voyage avec des punks et des sages, au son du blues et du rock du désert.
 

FAQ