NECTART

Revue semestrielle : Nouveaux Enjeux dans la Culture, Transformations Artistiques et Révolution Technologique

A propos

Enfin une revue qui lie Enjeux Culturels, Tendances Artistiques et Nouvelles Technologies ! 

NECTART, semestrielle, revue totalement indépendante créée par une maison d'édition qui a fait ses preuves dans le domaine, les éditions de l'Attribut, écrite par des auteurs, journalistes, universitaires, professionnels de la culture...

Quelques articles du premier numéro : Netflix, Amazon, Spotify... le bien culturel est-il inépuisable ? / Politique culturelle : l'offre ou la demande ? / Les musées, enjeux de compétition mondiale / Les séries télévisées, art majeur du XXIe siècle ? (maquette ci-dessous) / Liberté artistique et droits culturels / La ville a-t-elle dompté ses artistes urbains ? / Sampling, blogs, fan fictions... Internet bouleverse les codes de la création / Réforme territoriale : le paysage culturel bouleversé ? / Intermittents : des cousins à l'étranger. 

Et un long entretien d'une figure intellectuelle bientôt à découvrir...

A quoi va servir le financement ?

NECTART, c'est pur jus indépendant !

Si l'aventure de créer une nouvelle revue est d'évidence passionnante, elle ne va pas de soi en ces temps de crise du livre et de la presse et de contexte économique pour le moins morose. Surtout lorsque l'on est totalement indépendant, comme c'est le cas de NECTART et des éditions de l'Attribut, maison d'édition créée à Toulouse en 2004 avec une ligne consacrée à l'art et à la culture.

Une indépendance à l'égard de tout groupe de presse, économique ou politique, précieuse pour sa liberté de ton et son autonomie éditoriale, mais qui nécessite une autre pratique de l'art, celle de l'équilibriste, pour rémunérer ceux qui la font :

- les auteurs, eh oui, normal non ?, on paie ceux qui pensent, conçoivent, écrivent, se creusent les méninges... Pour un numéro, les droits d'auteur sont de l'ordre de 4500 €.

- les graphistes, la relectrice, c'est leur métier, ils vivent de ça, il ne manquerait plus que ce soit pour nos beaux yeux ! Une enveloppe d'un minimum de 3000 € est néccesaire pour la conception graphique et la relecture.

- une petite partie du salaire de la permanente de la maison d'édition qui fait tout ou presque tout, la promo, la diffusion, l'emailing, le café, les relations publiques, l'envoi des livres et de la revue, la gestion des abonnements, les salons et on en passe... Difficile de dégager une somme précise de cette enveloppe car le salaire finance un emploi consacré à l'ensemble de l'activité de la maison d'édition mais, en terme de valorisation, nous sommes dans une fourchette entre 5500 et 7500 €.

- l'impression de la revue sur un joli papier pour 160 pages. Il y aura des ajustements au final mais nous partons sur un coût de fabrication de l'ordre de 3000 €.

- la diffusion de la revue partout en France et à l'étranger par notre diffuseur, Pollen-Dif' Pop. Impossible de dégager une enveloppe précise car la diffusion concerne l'ensemble de l'activité de la maison d'édition. Mais il faut savoir que la part classique d'un diffuseur-distributeur est de 58 % (rémunération de la librairie comprise). Le nôtre est dans cette moyenne générale. Pour un exemplaire de la revue vendu 19 € TTC (soit 18 € HT), la maison d'édition gagne 10,44 € HT.

la fabrication des collectors que l'on propose en contreparties. Le coût ? Tout dépendra des résultats des partenariats.

A propos du porteur de projet

 

Qui sommes-nous ?

Les éditions de l'Attribut, une maison d'édition créée à Toulouse en 2005 (on a dix ans, rejoignez-nous pour les fêter le 28 avril à la Maison des métallos à Paris !). 

Nous nous sommes donné pour objectif de vulgariser les enjeux de l’art et de la culture en proposant des livres accessibles. 

Nourrir les débats sur l’art et la culture et reformuler les enjeux contemporains des politiques culturelles, telles sont les perspectives de cette maison d’édition qui œuvre pour une dimension citoyenne de la culture.

Ses essais incisifs (l’éducation artistique, la démocratisation culturelle, la révolution Internet, les médias, les espaces alternatifs, la médiation, l’avenir de la danse contemporaine, l’économie coopérative, etc.) sont au cœur des questions qui traversent le monde de la culture mais offrent une perspective plus large destinée à ceux qui les abordent comme de véritables enjeux de société.

Un comité d'orientation, des auteurs...

La revue NECTART a été conçue par un comité d'orientation composé d'une vingtaine de personnes : Christophe Blandin-Estournet, Pascale Bonniel-Chalier, Jean-Gabriel Carasso, Philippe Chantepie, Catherine Cullen, Cédric Enjalbert, Anne Gonon, Gérôme Guibert, Philippe Henry, Frédéric Hocquard, Jean Hurstel, Marc Le Glatin, Delphine Martincourt, Philippe Mourrat, Emmanuel Négrier, Serge Saada, Marc Terrisse, Emmanuel Wallon.  

Les auteurs sont journalistes, auteurs, universitaires, professionnels de la culture, parmi lesquels Françoise Benhamou, Marjolaine Boutet, Clarisse Fabre, Anne Gonon, Emmanuel Wallon, Emmanuel Négrier, Philippe Chantepie, Ariel Kyrou...

Une mise en bouche ?

Voici quelques-unes des présentations des articles du premier numéro :

Musées : un enjeu de compétition mondiale du soft power ?  par Marc Terrisse et Jonathan Paquette

Assiste-t-on à une concurrence géopolitique à travers la construction et l’extension des musées par des gestes architecturaux ? Pour quels projets artistiques et scientifiques, pour quelle muséologie ? La France à la remorque de l’Asie et des Etats-Unis ? Faut-il suivre cette course au marketing territorial ? Le contenant prime-t-il sur le contenu ? Pour quel ancrage territorial ?

Accès illimité : vers la fin de la possession culturelle ?  par Philippe Chantepie

Netflix, Deezer, Spotify, Amazon... sont-ils en train de bouleverser notre relation à la musique, au cinéma et aux livres ? Anéantissent-ils les modèles économiques de ces filières ? Va-t-on vers toujours plus de gratuité du consommateur et de moins de rémunération des auteurs ?

Le livre va-t-il lui aussi basculer dans un nouveau modèle ?  par Françoise Benhamou

Le livre numérique va-t-il supplanter le livre papier ? Comment les auteurs, les éditeurs, les libraires et les bibliothèques anticipent-ils la mutation en cours ? Quels sont les nouveaux modèles économiques ? Comment Amazon cherche-t-il à déréguler la chaîne du livre ? 

Réforme territoriale : le paysage culturel bouleversé ?  par Emmanuel Négrier et Emmanuel Wallon

Quel dessein ? Pour quels équilibres et quels nouveaux rapports de force sur le territoire ? Risques de métropolisation ? D'éloignement du terrain des pôles de décision ? La politique partenariale mise à mal ? Les DRAC doivent-elles disparaître ? 

NECTART, c'est pour quand ?

Le premier numéro sera en vente dès cet été avec un lancement au Festival d'Avignon avec qui nous sommes partenaires ! Mais les abonnés et les contributeurs du crowdfunding recevront ce premier numéro avant tout le monde. A bon entendeur, salut !

Le porteur de projet

Passionné d'art, de culture et de livre, Eric Fourreau crée son premier magazine à 23 ans, Caen-Plus, un mensuel à forte tonalité culturelle. Avant de fonder NECTART 26 ans plus tard, son parcours est jalonné de nombreuses expériences dans les métiers de la presse, du livre et de la politique culturelle. Tour à tour rédacteur en chef de La Scène, de La Lettre du Spectacle, il crée les éditions de l'Attribut en 2004 puis il est l'auteur d'ouvrages sur des artistes, Yannick Jaulin, Robin Renucci, François Morel. Dans le même temps, il accompagne des villes dans la mise en place de leur politique culturelle : Toulouse en 2008, Rennes en 2015. Il fut aussi conseiller culturel du maire de Toulouse jusqu'en mars 2014.

"Toutes mes expériences professionnelles ont en commun d'avoir été des moments collectifs palpitants où l'on élabore et construit des projets en commun. NECTART est aussi et avant tout une aventure collective, menée avec une trentaine de personnes convaincues de penser notre monde en mutation, notamment dans le domaine culturel."  

 

 

 

FAQ