Les Contes de l'Estuaire

Le grand retour du maître de l'horreur

Ce projet participe au programme Dailymotion

A propos

Rendez-vous le 7 septembre pour découvrir le nouveau livre de Guillaume Flahaut aux éditions l'Atalante.

A quoi va servir le financement ?

Les Contes de l'Estuaire est un projet fou certes, mais il est d'ores-et-déjà soutenu par Le Conseil général de Loire-Atlantique, La Ville de Nantes, le Quartier de la Création, le Pôle Images et Réseaux, La Technopole Atlanpole et la Région Pays de la Loire.

La Ville de Nantes nous a octroyé une subvention de 40 000 euros, plus gros soutien à ce jour qui donne officiellement naissance au projet.

A propos du porteur de projet

Guillaume Flahaut est né le 5 juin 1938 à Saint-Nazaire.

Fils de riches commerçants, ses premières années seront marquées par la Seconde Guerre mondiale. Le jour anniversaire de ses 6 ans, la ville est bombardée, la famille déménage dans une maison des bords de Loire. Malgré cet éloignement, il souffrira de terribles cauchemars récurrents.

Agent comptable d’une petite entreprise de papeterie parisienne, c’est à l’âge de 35 ans, après avoir remonté la Loire en canoë, que le virus de la littérature l’attaque. Il démissionne et se consacre à l’écriture. La mère de Guillaume Flahaut, enthousiaste à la lecture du premier manuscrit et malgré l’interdiction de son fils, le confie à un éditeur de sa connaissance. Les éditions Brihey publieront alors son premier roman Garde les yeux ouverts, Sam en 1973, un modèle d’action et de terreur qui, malgré l’enthousiasme du public, sera un échec commercial.

Contraint de retourner s’installer à Nantes, il va donner naissance, à la fin des années 70, à une œuvre devenue aujourd’hui un classique pour les fans de récits d’horreur, de fantastique et de policier.

En 1978, Jean-Pierre Pierre et le chien chinois à crête rencontre le succès. Ce livre vite devenu culte est aujourd’hui introuvable. Plusieurs prix ont récompensé son audace romanesque, sa plume acérée et son langage alerte.

Fidèle à son éditeur il publie successivement Natacha et l’appel des Kerguelen en 1980, localisant une histoire fantastique et angoissante dans l’Antarctique, Do Mi Si La Do Ré en 1981, où il renoue avec l’horreur, et en 1983 Le Petit explore les bas-fonds marseillais aux frontières du fantastique.

Suite à la faillite des éditions Brihey, les éditions L’Atalante rachètent le fonds et rééditent l’intégralité de l’œuvre de Guillaume Flahaut.

En 1984, il est victime d’une grave attaque cérébrale. Très diminué, il se retire dans sa maison des bords de l’estuaire entre Saint-Nazaire et Nantes. Pour la plus grande joie de ses lecteurs, les éditions L’Atalante sont heureuses d’annoncer la prochaine parution d’un nouveau livre de Guillaume Flahaut.