Le Champ Commun

Ensemble on va plus loin

A propos

A celles et ceux qui nous connaissent et qui s'y reconnaissent

Depuis maintenant 4 ans, notre Société Coopérative d'Intérêt Collectif Le Champ Commun participe à refaire de l'économie une histoire locale.

Pour y parvenir, elle tente de ré-inventer le commerce de proximité. Pas la poudre, mais une autre manière de faire du commerce au profit de l'économie du territoire : ensemble, pour maintenir des services, de qualité, accessible à tous, fondée sur les principes d'une économie participative, soucieux du partage, de la convivialité, d'une production locale, paysanne, artisanale, artistique, créatrice d'emploi...

Portés par ses valeurs, les 120 associés du Champ Commun ont créé une épicerie, un bar-café-concert, une brasserie, un lieu dédié aux associations, aux anciens, aux jeunes et aux familles. 

Et aujourd'hui, nous avons besoin de vous pour au moins 35 000 €. Pour participer à la suite du Champ Commun. Pour nous aider à construire notre Auberge. Une nouvelle activité, complémentaire aux autres. Pour accueillir, des marcheurs curieux de notre lieu de vie, aux collectifs en quête de partage d'expériences.

 

Le Champ Commun, Kesako

L’aventure se passe à Augan, commune de 1500 habitants en Centre Bretagne. Et depuis 2010, l’objectif de notre coopérative reste le même : maintenir collectivement nos commerces de proximité en milieu rural.

Pour y parvenir, nous agissons et gérons ensemble. Soutenus par une équipe de 6 salarié(e)s à temps plein, 3 associations partenaires (Radio Locale Timbre FM, L’Air de Rien et Localidées), une cinquantaine de producteurs (paysans et artisans) et la participation habitants, les associé(e)s du Champ Commun expérimentent un modèle d’organisation collective qui fait de la rentabilité un enjeu commun, humain et environnemental.

Dans cette démarche de responsabilité collective, nous avons développé au fil des ans : une épicerie « Le Garde Manger »,  un bar-café concert « L’Estaminet » et une Microbrasserie. Avec le soutien des artisans d’ici et de chantiers collectifs, nous avons réalisé les travaux nécessaires à nos activités, soucieux de recycler, de ressourcer et d’user de matériaux du coin.

Nos résultats sont là

L'Estaminet (Bar-Café-Concert)

Le Garde-Manger (Epicerie)

La Microbrasserie

Nous sommes partie prenante de nombreux réseaux pour une économie locale et fraternelle (REPAS, La CRESS de Bretagne, Le Pôle ESS, le CPIE, la NEF, Les Cigales de Brocéliande, La SCOP Le Pavé, Le CREFAD, Inter-RéseauxScic, Réseau Rural Français...). Nous partageons notre expérience avec tous ces projets collectifs, anciens ou naissants partout en France et au-delà. Loin du fatalisme, nous sommes nombreuses et nombreux à considérer que l’économie c’est encore notre affaire et qu’elle dépend aussi des choix que nous faisons.

Notre coopérative construit sa place sur le territoire qui la fait vivre. Elle cherche à faire face aux enjeux économiques et humains inhérents aux projets collectifs, à tenir compte de l’histoire qui la précède et à assumer ses contradictions et ses difficultés.

 

Pour aller plus loin : construire une Auberge

Et nous avons envie d’aller plus loin. Il ne s’agit pas de grossir. Non, il s’agit de trouver cette taille critique nécessaire pour faire vivre la coopérative et assurer des services et des emplois de qualité, justes et conviviaux ; de consolider notre économie pour accéder à une meilleure rentabilité, afin de disposer des moyens financiers pour payer au prix juste et dans les temps tous les partenaires du projet. Et en plus créer 4 emplois à terme.

Une Auberge au service des collectifs et des familles

Construite sur les mêmes principes que les autres activités et exploitant l’espace vacant dont nous disposons, elle sera accessible à toutes et à tous. Autour d’une activité d’hébergement et de restauration, elle a pour objectif de développer notre capacité d’accueil et de renforcer l’économie de la coopérative. Economiquement viable, elle répond à un besoin d’hébergement sur notre territoire, Pays de Ploërmel-Cœur de Bretagne. Elle s’adresse en particulier à des groupes en formation ou en séminaire et à un public touristique – familles et randonneurs.

Dans un esprit « Auberge de Jeunesse » et « Chambre d’hôtes », nous aurons une capacité d’accueil de 24 lits répartis dans 8 chambres. Situés au 1er et 2ème étage, des espaces de vie commune (cuisne, salle à manger, salon) seront mis à disposition des hôtes pendant leur séjour.

Une cuisine professionnelle permettra la préparation des repas du midi et du soir. Plus qu’un « service compris », la restauration sera une invitation à cuisiner, dans cet esprit de maison commune qui fait notre Champ Commun, proposant aux invités de participer à la vie collective. Elle nous permettra également de préparer les repas nécessaires au bon déroulement des formations (pension complète) et des séjours (panier pique-nique/service repas pour le midi). Cet équipement sera également utilisé pour développer notre projet de Resto Pop', comme outil d’animation et de transformation artisanale.

« L’Atelier » : une salle d’activité au service de l’essaimage et de la culture

Intégrée dans le projet Auberge, elle est destinée à l'accueil des formations et à l’accompagnement de projet. Elle sera un outil supplémentaire pour participer à l’essaimage de projets de l'Economie Sociale et Solidaire (ESS) et de l’Education Populaire.  D’une capacité de 60 personnes assises, elle sera également dédiée à l’organisation d’une partie de la programmation culturelle de l’Estaminet. Enfin, elle nous permettra d’améliorer la vie associative de la coopérative en offrant une meilleure qualité d’accueil aux associés (réunions, AG, formations…).

Renforcer les activités : agrandir la brasserie

Profitant de la construction de la cuisine, nous aménagerons un espace de stockage des bouteilles et des fûts produits pour notre ami Brasseur. La brasserie étant installée en sous-sol, il pourra également utiliser l’élévateur installé pour l’accès à l’Auberge des personnes à mobilité réduite.

A quoi va servir le financement ?

Pourquoi 35 000 € ?

Parce qu'on a besoin de 70 000 € ! Nous vous proposons de participer au financement citoyen que nous devons réunir pour boucler notre budget global.

Depuis 4 ans, les associé(e)s de la coopérative ont investi plus de 140 000 €. Grâce à cette participation citoyenne et aux prêts que nous avons obtenus, la coopérative a pu créer de toutes pièces son épicerie, sa brasserie et son Bar-café-concert. Pour réaliser ces nouveaux investissements, les associé(e)s ont décidé de ré-investir au moins 35 000 € de plus au capital de la coopérative.

Avec l'appel à financement participatif pour la construction de l'Auberge, pour au mois 35 000 € sur Ulule, nous proposons à celles et ceux qui se reconnaissent dans ce projet - les citoyens, les producteurs locaux, les usagers, les associations, les coopératives, les sympathisants… - d’investir pour inventer nos commerces de demain : proche, propriété citoyenne et collective, au service de leur territoire, acteurs d’une économie locale redistributive, marchands mais non lucratifs, rentables  et créateurs d’emploi décents.

Combien ça coûte ?

Le projet global est estimé à 548 527 € répartis de la manière suivante :

Ça fait beaucoup ?

Pour un projet perso, oui. Pour un projet collectif, non. Et puis, on veut que ce soit accessible à toutes et à tous. Faire une cabane au fond du jardin pour les personnes à mobilité réduite, c’est légal, mais c’est pas drôle. Donc, on a décidé que, pour être cohérent et offrir l’accès aux espaces communs à tout le monde, on mettrait le prix (62 000 € pour l’accessibilité). Et puis plus qu’un hébergement et une restauration, nous aspirons à être une Auberge, une vraie, avec les moyens pour accueillir nos hôtes dans les meilleures conditions de repos, de repas, de travail, de création… 

Tout en même temps ?

On part du principe qu’on ne fera pas un projet d’investissement tous les ans. En plus, les travaux prévus pour l’Auberge entraînent des réaménagements pour les autres activités, alors autant en profiter. Au final, on mutualise les coûts.

Qui qui met des sous ?

En plus des 35 000 € de financement participatif sur Ulule, les associés de la coopérative ont donc lancé une « Opération écureuil » pour capitaliser ou recapitaliser à hauteur de 35 000 €. 

Les partenaires publics ont reconnu l'intérêt du projet en nous octroyant pour 190 000 € de subventions d'investissement ( Région Bretagne / Département Morbihan / Europe).

Nous démarchons également les Cigales du territoire.

Nous sommes toujours en pour-parler avec les banques du Crédit Coopératif et de la NEF qui seraient intéressées pour participer en prêtant de l’épargne solidaire de leurs coopérants.

Enfin, nous devrions avoir le soutien de Bretagne Active, organisme régional de financement de l’économie sociale et solidaire et du PIA.

A propos du porteur de projet

Le Champ Commun, c'est 120 personnes, âgées de 6 à 93 ans, "enfants du pays" ou "pièces rapportées". Loin des clivages habituels, la coopérative réunit des habitants et des citoyens - d'ici et d'ailleurs - qui se reconnaissent dans cette envie du vivre et du faire ensemble, prêt à investir leur moyen, leur énergie et leur temps 

Le projet d'Auberge a mobilisé depuis 2 ans 30 d'entre eux. Ils ont travaillé pour identifier les envies, les choix d’aménagement, les coûts financiers, le poids des amortissements, le développement économique, les fiches de poste, la cohérence avec le projet global…

Les présenter toutes et tous serait trop long. Alors nous avons fait le choix de vous parler de celles et ceux qui dorment avec !

Aude : associée et coordinatrice du projet Auberge, elle a travaillé sur l’étude de marché, la rencontre avec les experts du domaine (du tourisme en particulier), elle anime le groupe de travail qui mobilise à la fois des associés sur l’activité d’hébergement et de restauration et sur le choix des aménagements et des travaux. Elle a rédigé les dossiers qui ont permis d’obtenir les subventions du département Morbihan (35 000 €) et de l’Europe (55 000 €)

Marthe : notre experte en comptabilité. Reine de la finance et de l’administration, son expérience de 40 ans dans le monde de l’entreprise « classique » a permis à la coopérative d’intégrer progressivement les enjeux économiques d’une entreprise. Elle travaille avec les équipes d’associéEs responsables  des activités sur les prévisionnels et les investissements. Elle a réalisé l’ensemble des dossiers financiers du projet.

Henry-George : fondateur de la coopérative, c’est notre maître Capello des dossiers de subvention. Sociologue à toutes heures, passionné du bel ouvrage, il a rédigé le dossier du projet qui a permis d’obtenir les subventions de la Région Bretagne (100 000 €).

Aurélie : Experte de l’accordéon, elle joue aussi parfaitement de la maîtrise d’œuvre. Elle fait et refait les plans d’aménagement de notre lieu en fonction des envies et des remarques des associés, des enjeux réglementaires d’accueil du public (sécurité, accessibilité…) en toute connaissance des matériaux, de leur mise en œuvre et de leur coût. Elle s’est occupée du permis de construire que nous avons obtenu en avril 2014.

Et puis, Mathieu qui dort avec (Le Champ Commun !), Benoît, menuisier des premières heures (il a dessiné et réalisé tous les aménagements de l’Estaminet) ; Dominique, tailleur de pierres (et de bavettes) ; David, responsable de la commission chantier toujours sous tension (il est électricien) ; Fahdi, coordinateur de projets de mutuelle de santé en Afrique de l’Est (il a visité une tripotée d’Auberges) ; René, notre travailleur social soudeur à l’arc (Y a jamais de problème) ; Bernard, le « coopérative à tout prix » (c’est toujours l’avenir, il a raison !) ;  Julien, épicier à toute heure et bricoleur à pas d’heure ; Joël, brasseur de toute bière (bonnes bien sûr) ; Rémi, « l’ami brasseur » qui fabrique la bière et lève les fûts (pas le coude) ; Yannick, épicier à toute heure (les autres) et spécialiste des aménagements récup ; Stéphane, programmateur culturel et tenancier (du Bar) ; Damien, logisticien de réunions (partagées et efficaces); Yann, formateur de l’éducation populaire et fan de la récup…

Et puis nos experts pour les activités d’hébergement et de restauration :

  • Le Pays Touristique de l’Oust à Brocéliande  et son directeur, Yann Port-Hellec nous a apporté son aide et ses précieux conseils. Présent depuis le commencement, il nous suit activement et nous conseille dans cette création.
  • Hôtels Actions, un cabinet de conseil en tourisme, qui nous a apporté son expertise, répondant à bien des questions : « quelle surface pour les chambres ? et est-ce qu’on propose de la restauration ? et les petits déjeuners on les prend où ? etc. »
  • Chambre du Commerce et de l’Industrie de Bretagne et de Vannes : rencontre de Nadine Duvaudier, responsable du Pôle commerce et tourisme, et de Hervé Blanchard, conseiller tourisme, qui nous ont aidé à affiner le projet et nous conseillent dans notre démarche.

 

Contreparties

Notre première contrepartie, c'est  notre remerciement pour l’intérêt que vous portez à notre projet : c’est ce qui le fait vivre avant tout. Et puis, nous nous sommes dits que le mieux c’est de vous proposer des produits de chez nous – ceux des producteurs et ceux que nous produisons -. Des produits qui ont du sens pour nous et sûrement pour vous. Les produits et les services de notre Champ Commun. Comme une invitation à faire connaître et surtout à venir nous rencontrer. Pour avoir le plaisir de vous accueillir si l’envie vous dit de passer par chez nous « pour voir en vrai » et comment ça avance.

Et si on allait plus loin

65 000 € . Nous installons une chaudière à bois déchiqueté qui nous permettra de fournir l’eau chaude à toutes les activités du Champ Commun. Un pas de plus vers la cohérence du lieu et de ses besoins

95 000 € . Nous aménagerons une salle de travail supplémentaire au Garde-Manger. Coincée dans ses 112 m² et ses 2000 références (conventionnelles, bio et locales), l‘équipe de l’épicerie a besoin d’une pièce supplémentaire pour améliorer son espace de vente et ses conditions d’approvisionnement.

Au-delà... Nous diminuons notre endettement auprès des organismes bancaires et nous rémunérons mieux les emplois.

Voilà, c’est notre projet

Notre manière de participer au maintien du commerce de proximité. De refaire de l'économie locale. De préserver ces espaces qui sont essentiels à la rencontre, aux services « près de chez soi » et curieux de l'ailleurs. Qui font que nos communes ont une histoire et qu’on aime y vivre ensemble et y recevoir.

Nous vous invitons à participer à faire vivre cette aventure, cette idée, cette tentative, cette entreprise humaine.

Parce que « Tout seul on va plus vite, Ensemble on va plus loin ».

Plus d’infos sur Le Champ Commun :

Notre site : www.lechampcommun.fr

Facebook : https://fr-fr.facebook.com/LeChampCommun

Dans les medias

Libération : L’îlot du village du 18 avril 2014

Libération : Bretagne, Pays de Cocagne du 6 septembre 2011

Bastamag : Mieux qu’un centre commercial : une épicerie coopérative, culturelle et solidaire dynamise une commune le 4 janvier 2013

Radio-Canada : Une coop alimentaire en Bretagne, Diffusé le 15 mars 2012

France 3 Bretagne : Augan : le café du Champ Commun, un projet coopératif diffusé le 3 avril 2014

France 3 Bretagne : Le 6 minutes du journal de 19h00 du 11 février 2011

Le Champ Commun : par Stef Allenet

Le Champ Commun : par Emmanuel Pelerimages