HUMAIN

par le réalisateur de LA RÉVÉLATION DES PYRAMIDES

A propos

BONJOUR !

Je vous propose de participer à mon nouveau film, Humain, qui va bouleverser votre manière de voir votre corps : vous faites le pari ?

Pour ceux qui sont sur mobile, le trailer est là
(cliquez sur la phrase)

 

Certains me connaissent déjà par le biais de mon documentaire d'investigation archéologique, LA RÉVÉLATION DES PYRAMIDES (LRDP), vu plusieurs millions de fois sur le net, qui aborde le passé de notre planète sous un angle radicalement différent de celui de l'égyptologie et de l'archéologie académiques, en faisant intervenir des techniciens, des scientifiques, des ingénieurs et des architectes, et en les confrontant à des problématiques ordinairement méconnues : ceux là peuvent aisément se représenter la manière dont je vais traiter le sujet d'Humain. 

En revanche, pour ceux qui ne me connaissent pas, je vais tenter de présenter mon film sans trop le déflorer (car j'aime bien garder des surprises).

Drôle d'époque que la nôtre, dans laquelle, perpétuellement occupés par nos incessantes activités modernes, sur-saturés d'informations, nous sommes sollicités à chaque instant par le monde du commerce, au point de ne plus avoir le temps de penser par nous-mêmes… tout va tellement vite ! 

Faites donc une pause, et 

que vous vous réveilliez un matin, en ayant perdu la mémoire : vous ne vous rappelez de rien, ni qui vous êtes, ni ce que vous êtes, ni où vous vous trouvez.

Vous allez devoir questionnerobserver, enquêter. Vous allez recueillir toutes ces informations sans préjugés car vous ne savez plus rien… libéré de vos croyances, vous découvrez le monde !

C'est ce que je vais vous inviter à faire avec Humain. Une collecte d'informations, des constats simples, à la manière d'une enquête policière pour redécouvrir le monde, la nature, l'Humain et ses étonnantes capacités.

Vous réaliserez qu'en réalité, la technologie du vivant est bien plus complexe, bien plus évoluée et bien plus extraordinaire que les technologies humaines les plus avancées.

Alors que le moindre appareil est accompagné d'une notice, vous avez bien évidemment remarqué que l'Humain reste désespérément livré sans.

Dans la nature, paradoxalement, chaque animal, chaque végétal sait exactement ce qu'il doit faire dans toutes circonstances, naturelles, de sa vie.

Une femelle qui met au monde des petits pour la première fois sait qu'elle doit manger le placenta, qui va lui donner des forces, et couper le cordon de chacun. Elle n'a pas suivi de cours de préparation à l'accouchement, elle ne se l'est a priori pas fait raconter par quelqu'un d'autre, elle n'a pas lu de livres,  et ne l'a pas davantage vu à la télé, mais elle sait instinctivement ce qu'il faut faire. Une tortue parcourt des milliers de kilomètres dans l'océan pour retourner sans GPS à l'endroit où elle est née. Certaines plantes femelles peuvent devenir mâles lorsqu'il n'y en a pas dans les environs, etc. Les exemples sont nombreux.

Ces constats génèrent tout de même des questions : comment les animaux et les végétaux savent-ils ce qu'ils doivent faire ? D'où tirent-ils ces informations ?

Et si eux en sont capables, qu'en est-il de nous ?

Pour emprunter une image au film Avatar de James Cameron, disons que dans Humain, nous allons nous intéresser à votre avatar humain, et à son environnement.

Peu importe que vous croyiez provenir d'une cellule ou d'un Dieu, seul le résultat compte.

Chacun de nous possède une machine unique, la plus extraordinaire que l'on puisse trouver à la surface de notre planète, et vous allez voir comme c'est agréable et stimulant de se rappeler à quel point elle l'est.

Beaucoup ont manifesté leur envie de me voir poursuivre mon travail, et m'ont demandé ce qu'ils pouvaient faire pour m'aider à y parvenir.

Voilà une possibilité d'agir.

Être financé par le public me permet de réaliser le meilleur film possible, hors de toute contrainte commerciale. En préachetant votre copie du film, vous m'offrez l'indépendance et la liberté de création.

Il me semble que ce système peut permettre au public de recevoir en retour des œuvres de qualité : c'est en tout cas le pari que je fais.

En espérant vous avoir donné envie de voir ce projet devenir film,

Merci, et à bientôt,

Patrice.

A quoi va servir le financement ?

Dans l'idéal, j'ai besoin de 300 000 € pour faire le meilleur film possible.

Alors que se passe-t-il lorsque l'objectif de 50 000 € est atteint ? Le film peut-il exister quand même ?

Oui, bien sûr. C'est un peu plus lourd car il faut démarcher en parallèle des investisseurs privés et faire des préventes, sans perdre notre indépendance… on a moins de moyens pour acquérir des images auprès des banques d'images : je ne pourrais évidemment pas partir filmer avec ma caméra toutes les espèces étonnantes que je vais présenter (même avec 300 000 €), car ça coûterait bien trop cher.

C'est votre implication qui déterminera ce qui se produira. 

J'ai donc besoin de vous pour deux choses :
- contribuer afin de permettre à ce film d'exister,
- passer le message aux quelques
millions de personnes ont vu LRDP, afin de leur dire que son réalisateur se lance dans une nouvelle aventure, qui risque bien de leur retourner la tête !

 

PLUSIEURS POSSIBILITÉS

 

CAS N°1 : 50 000 € APPORTÉS PAR LE PUBLIC 

On atteint juste l'objectif, que je double avec les préventes et les investisseurs (ce qui correspond à l'option 2 du budget dans le spoiler plus bas) et comme d'hab, je m'adapte, on se débrouille et c'est bien !

Le bat blesse au niveau images d'archives, car si les droits sont trop élévés, je serai obligé de travailler à partir de photos.

 

CAS N°2 : 100 000 € APPORTÉS PAR LE PUBLIC

On commence à être nettement plus à l'aise, notamment en ce qui concerne les achats d'images : meilleure qualité, meilleur choix… 

 

CAS N°3 : 200 000 € APPORTÉS PAR LE PUBLIC

Alors là, ça devient beaucoup plus intéressant ! L'argent étant le nerf de la guerre en production, on peut envisager des tas de choses supplémentaires en terme d'images de stock, mais aussi pour les interviews : je tourne davantage, et je dispose donc de plus de matière, de plus de choix et de liberté, et nécessairement, la qualité du film s'en ressent.

 

CAS N°4 : 300 000 € APPORTÉS PAR LE PUBLIC

Le public apporte l'ensemble du budget idéal, et là c'est l'indépendance totale ! Et surtout le confort de travail, qui permet de faire travailler en parallèle plus de monde, de faire et refaire jusqu'à ce que ce soit le mieux possible.

On imprime le livre avec ses 200 pages de photos et de textes, augmenté d'infos en plus du film.

Une petite équipe s'occupe à plein temps du site Internet qu'on peut faire vivre bien mieux, en alimentant avec tout ce qui ne sera pas rentré dans le film : interviews dans leur intégralité, bonus, etc. On vous fait plein de cadeaux !

On peut organiser des projections en France et nous déplacer avec le film en version cinéma, afin de le voir sur grand écran et d'en débattre ensemble, partager nos idées, échanger… car vous allez avoir des questions, je vous l'assure.

 

Vous trouverez dans le spoiler ci-dessous deux budgets :
- budget mini : à 100 000 € (50 000 du public + 50 000 investisseurs et préventes)
- budget idéal : à 300 000 €

La différence de budget impacte donc plus particulièrement sur les tournages et l'achat des images de stock (celles tournées par d'autres). Dans ce cas, ce ne sera visuellement pas exactement le même film à l'arrivée, vous vous en doutez, mais si les gens avec lesquels je travaille acceptent d'avancer le montant de leur facture, je disposerai d'un budget avoisinant 185 000 €. 

Quoiqu'il se passe, ce sera le même récit et je ferai le meilleur film possible avec ce que j'aurai. 

Détail dans le spoiler ci-dessous :

COMMENT SE RÉPARTIT LE BUDGET

***

 OPTION 1 

BUDGET IDÉAL : 300 000 € PROVENANT DU PUBLIC 

 

En deux vagues :

- une première maintenant avec un objectif de 50 000 €
- une seconde en septembre avant la fin de la collecte.

 

• 20 000€, la gestion du budget et la comptabilité du film

Un directeur de production, qui gère au mieux les dépenses en fonction du budget rassemblé et s'occupe de la logistique générale, et un producteur qui supervise l'ensemble de la fabrication du film, des contreparties, passe des accords avec des partenaires si nécessaire, et s'occupe de sa diffusion.

 

• 35 000€, les tournages et déplacements

Je tourne tout ce que je peux tourner : interviews, lieux, objets… Pour ça, il faut un chef opérateur (caméras et lumière), un ingénieur du son, et un assistant. Ce poste est une provision : il variera en fonction du budget rassemblé et de ce que l'on décidera de faire.

 

• 40 000€, l'achat des images d'archives

Une part importante du budget, mais moins que si j'avais à retourner ces images aux quatre coins de la planète. Un documentaliste s'occupe de les trouver et de négocier les tarifs des droits. Là encore, il s'agit d'une provision, car le montant des droits varie en fonction du mode de distribution du film.

 

• 40 000€, les animations en 3D pure

J'ai besoin de 3D pour vous montrer en détail certaines choses que notre technologie ne nous permet pas encore de filmer. Je fais appel à un studio.

 

• 15 000 €, le montage

Dans ce genre de projet, on monte jusqu'au dernier moment (quand on passe au son). C'est donc un gros travail étendu dans le temps, dont je vais me charger, comme dans LRDP.

 

• 30 000 €, les compositing et l'habillage du film

Plusieurs graphistes After Effects disponibles, durant toute la durée de la post production, soit environ 3 mois, parce qu'il y aura pas mal de travail à faire. Il s'agit des génériques (début et fin), de toutes les séquences d'illustration, des transitions, des typos, etc. et l'étalonnage de l'image définitive.

 

• 15 000 €, la musique

Je vais demander à Jean-Baptiste Sabiani, l'excellent compositeur de LRDP, ainsi qu'à SPHINKS de composer la bande originale du film.

 

• 25 000 €, la bande son

Même studio que ceux de LRDP, pour environ trois semaines de travail, avec Shorty aux manettes : les niveaux, le placement des musiques et des effets, l'enregistrement des voix off et le mixage de la version DVD et du DCP (voir plus bas ce que c'est).

 

• 30 000€, éditions et contreparties

Réalisation de la version papier du livre + déclinaison en version électronique
Édition du DVD
Conception et réalisation du site internet
Fabrication des tee-shirts
Impression des tirages photos.

 

• 15 000€, réalisation d'un DCP

Le DCP ou Digital Cinéma Pack, une copie cinéma numérique, afin de présenter le film sur grand écran dans la mesure du possible, lors de festivals et dans les cinémas qui souhaiteront nous accueillir un soir, pour une projection suivie d'une discussion avec le public.

 

• 35 000€, la commission d'Ulule, + les charges et les impôts

Toutes les charges et tous les frais, coûts de fabrication des contreparties, etc. + tout ce qu'on aura oublié, comme par exemple les frais de port pour les contreparties en France !

***

 

 OPTION 2 

BUDGET MINIMUM : 100 000 €

 

- 50 000 € qui proviennent du public
- 50 000 € qui proviennent d'investisseurs privés et de préventes du film.

Dans cette option, le livre-DVD est réalisé ultérieurement (lors des premières recettes du film) : ceux qui l'ont commandé se voient offrir de patienter, ou proposer une nouvelle contrepartie.

 

• 10 000 €, la gestion du budget et la comptabilité du film

Je gère avec le directeur de production le budget du film.

 

• 10 000 €, les tournages et déplacements

Je limite les tournages à l'essentiel. Je me déplace avec une seule personne qui gère l'image et le son.

 

• 15 000 €, l'achat des images d'archives

Un documentaliste s'occupe de les trouver et de négocier les tarifs des droits. En cas de montant trop excessif de droits, je me rabats pour certaines sur des photos qui seront animées en compositing.

 

• 7 000 €, les animations en 3D pure

Je fais rentrer un studio en participation pour la 3D, à qui je donne en contrepartie un pourcentage sur les recettes du film, au prorata de leur apport sur le budget total.
La prestation reste la même que pour le budget de 300 000 €.

 

• 8 000 €, le montage

Le montage forfaitisé à quatre semaines (mais il durera tout le temps de la post production) + le matériel.
La prestation reste la même que pour le budget de 300 000 €.

 

• 5 000 €, les compositing et l'habillage du film

Je fais un deal avec un pool de graphistes qui me forfaitisent le travail pour ce montant, le reste étant échangé contre un pourcentage sur les recettes du film, au prorata de leur apport sur le budget total.
La prestation reste la même que pour le budget de 300 000 €.

 

• 10 000 €, la musique

Je demande à Jean-Baptiste Sabiani et à Sphinks d'échanger une partie de leur facture contre un pourcentage sur les recettes.
La prestation reste la même que pour le budget de 300 000 €.

 

• 10 000 €, la bande son

Je demande à Shorty d'échanger une partie de sa facture contre un pourcentage sur les recettes.
La prestation reste la même que pour le budget de 300 000 €.

 

• 5 000 €, éditions et contreparties

Fabrication du DVD.

 

• 0 €, réalisation d'un DCP

Réalisé ultérieurement.

 

• 20 000 €, la commission d'Ulule, + les charges et les impôts

Charges et frais.

 

Voilà, vous savez tout. Si vous avez des questions, n'hésitez pas.

 

A propos du porteur de projet

CURRICULUM VITAE ET CONCLUSION

facebook

J'écris, je réalise et je monte depuis presque vingt ans. J'ai travaillé dans la pub, le clip, le film institutionnel, j'ai réalisé un long métrage de fiction, un documentaire, LRDP, et j'ai écrit des scripts de long-métrages.

Pour ceux qui sont branchés CV, c'est ici.

Pour les autres, vous pouvez aller directement .

Certains me connaissent déjà par LA RÉVÉLATION DES PYRAMIDES, qui a suscité bien des discussions sur la toile, ce qui est, selon moi, la fonction même d'un documentaire : ouvrir le débat. 

Avec Humain, je vais poursuivre le travail entrepris avec LRDP : continuer à questionner le monde pour tenter d'y trouver des réponses.

Vous allez pouvoir constater à quel point certaines questions peuvent nous éclairer.

Faire une pause.

Observer.

Rêver.

Tout nous est possible… et nécessaire :)