Devenir mères

Documentaire sur la difficulté maternelle

A propos

Le documentaire Devenir mères est terminé depuis quelques semaines. Des DVD ont été édités.

Vous pouvez trouver plus d'infos, des extraits du film, les bons de commande aux lien suivants :

http://vudicietdailleurs.over-blog.com/pages/Devenir_meres_documentaire_sur_la_difficulte_maternelle-8766716.html

https://www.facebook.com/devenirmeres

Devenir mères est un documentaire sur la difficulté maternelle.

100 % de l'objectif atteint ! Merci à tous les contributeurs !

Si vous avez envie de soutenir le projet, si vous souhaitez obtenir le film en DVD, vous pouvez continuer jusqu'à la fin de la campagne !

Si vous le souhaitez, vous pouvez aussi participer en nous faisant parvenir votre don en chèque. Contactez-nous par mail à l'adresse : filmsdenoe@gmail.com. Nous vous dirons comment procéder et votre participation pourra être intégré aux contributions Ulule. Vous bénéficiez ainsi des contreparties !

Vous êtes un professionnel, une association, une entreprise ? Soutenez notre projet, nous pouvons éditer une facture afin que votre don puisse entrer dans votre comptabilité.

Devenir mères, c’est un documentaire d’une trentaine de minutes qui abordera cet aspect méconnu de la maternité : la difficulté maternelle ; il a pour but de faire connaître et reconnaître cette problématique au grand public et de "détaboutiser" ce sujet.

Il sera un outil d'information et de sensibilisation à destination des futurs et des jeunes parents, des professionnels et des associations d'accompagnement à la parentalité. PMI, maternités, sages-femmes, psychologues… il pourra être diffusé dans le cadre de préparation à la naissance, de groupes de paroles…

Le contexte

Dans notre société, l’arrivée d’un enfant est décrite comme un « heureux événement ». On imagine très bien le charmant tableau de la maman fatiguée, mais heureuse, dans sa chambre à la maternité, souriant tendrement à son bébé qu’elle tient amoureusement contre elle.

Une maman qui va aimer instantanément son enfant, une maman douce, patiente, disponible 24 heure sur 24 pour son enfant, à l’écoute de son enfant.

Voilà l'image que la société véhicule de la Maman. Et une jeune femme, durant sa grossesse, se projette souvent ainsi.

Devenir mère est une étape qui chez certaine femme, peut se faire dans la tristesse, la douleur, l’angoisse et les questions : Est-ce qu’on a bien fait de faire un enfant ? Est-ce que je suis faite pour ça ? Est-ce que je vais y arriver ? Est-ce que je suis une bonne mère ?

Et ce qui devait être « un heureux événement » se révèle une étape douloureuse, pleine de tristesse, de questions, de doutes et d’angoisses…

La nouvelle maman n’ose pas toujours en parler, de peur d’apparaître comme une mauvaise mère n’assumant pas son rôle. A l'isolement s'ajoute la culpabilité.

Du baby-blues qui dure à la dépression du post-partum, la difficulté maternelle peut prendre différentes formes et toucher n'importe quelle jeune maman.

Ce vécu de la maternité est encore méconnu, voire tabou dans notre société : c'est un état de maternité dont on parle très peu et dont les futurs et jeunes parents souvent ne savent rien. C'est pourtant un mal qui frappe plus d'1 jeune maman sur 10, une jeune maman qui se retrouve souvent bien seule, incomprise et isolée.

Il est donc important de faire connaître ce problème de santé et d'inciter les jeunes mamans à parler de leurs difficultés et de leur mal-être.

 

Le film

Ce film laissera la parole à des mamans qui ont vécu une difficulté maternelle, pour savoir, selon elles, ce qui a provoqué cet état de maternité, comment elles s'en sont sorti, quelles aides elles ont trouvé... L'idée est de parler de ces difficultés sans drame, ni tabou, ni culpabilité ou culpabilisation, ni jugement moral ou sociétal. Et surtout de montrer que c'est un état qui n'est pas inéluctable !

Des professionnels de santé (puéricultrices, sage-femme, psychologue, PMI, etc...) interviendront aussi pour montrer qu'ils sont nombreux à être sensibilisés à cette problématique : ils peuvent aider et accompagner les mamans dans la construction de leur maternité.

Il existe des solutions : il est important d'inciter les jeunes mères à parler de leurs difficultés et à ne pas rester seules avec ces problèmes.

La difficulté maternelle doit être prise en compte et les mamans doivent être aidées et accompagnées. Pour cela, il faut qu'elles osent parler, et agir.

En filigrane, il s’agit aussi de montrer qu’il n’y a pas qu’une seule façon de devenir mère et que chacune doit trouver son propre chemin et sa propre maternité, sans vouloir coller à une image donnée par la société.

 

Où en sommes-nous ?

Ce film est en projet depuis juin 2010. Il est porté principalement par l’association Les Films de Noé. La société de production audiovisuelle Vu d’ici et d’ailleurs s'est joint à la production en apportant le matériel de tournage.

Le premier soutien est venu du mécène ADPS Rhône Alpes.

Le projet est aussi soutenu par le Conseil interrégional Secteur 5 - Ordre national des des Sages-Femmes et par l'association Maman-Blues.

          

Vous pouvez suivre l’avancée de la réalisation sur le blog de l’association :

http://filmsdenoe.over-blog.com/

Le projet a déjà reçu le soutien de plusieurs professionnels :

  • le réseau périnatal des 2 Savoie : http://rp2s.fr
  • l’ordre inter-régional des Sages-femmes
  • l’association Maman-Blues : http://www.maman-blues.fr/
  • professionnels en libéral : sages-femmes, psychologues…

C’est ainsi un réseau d’appui et de diffusion qui a été mis en place ces 2 dernières années.

Tous ces professionnels nous ont convaincus de la pertinence et de l’utilité de ce projet.

Grâce aux premiers soutiens financiers, nous avons pu commencer sur 2012 la réalisation du film. La plupart des tournages ont été réalisés.

Nous avons rencontré et filmé le témoignage de 3 mamans : Aurore, Isadora et Nadège.

Nous avons tourné auprès de différents professionnels : une sage-femme libérale, une sage-femme de PMI, à la maternité d’Annecy, à l’UTAP (Unité Transversal d’Accompagnement Périnatal) à Grenoble.

Au total, une douzaine de jours de tournage ont été nécessaire, entre la Bretagne, la région parisienne, l’Isère et la Haute-Savoie.

A quoi va servir le financement ?

Aujourd’hui, nous avons besoin de votre soutien pour finir ce film.

La barre des 5 000 euros est le minimum pour nous permettre de finaliser ce projet.

Concrètement, ce budget servira aux dernières étapes de réalisation du film, à la création du DVD et à la communication / diffusion.

Et plus précisément :

  • trois à quatre semaines de montage seront nécessaires, ainsi que quelques jours de post-production.
  • deux jours de mixage sonore avec un ingénieur du son
  • à la composition musicale d'un thème et d'une variante. C'est le travail d'un compositeur.
  • à l’enregistrement de la voix-off avec une comédienne

Le financement servira aussi à la réalisation de 500 DVD pour les contributeurs d'Ulule mais aussi pour les structures, les associations...

Il servira aussi à la création d’un visuel graphique qui sera décliné en affiche, jaquette DVD, tout support de communication…

 

A propos du porteur de projet

Le projet est porté principalement par l'association Les Films de Noé.

  Cette association a été créée en août 2010, elle a pour but :

  • la réalisation, la diffusion et la promotion de films documentaires et de films de sensibilisation
  • l’animation d’ateliers vidéo à but pédagogique

Notre projet du moment est la réalisation du documentaire « Devenir mères ».

Vous pouvez suivre l’actualité de l’association et l’avancée du projet sur notre blog : http://filmsdenoe.over-blog.com/

 

Bérangère HAUET est la réalisatrice du documentaire.

Réalisatrice, elle a toujours considéré le film comme un outil de lien social.

A Mayotte, elle a coréalisé la première saison du magazine télévisé Tam-Tam Jeunes, 12 émissions traitant de la société mahoraise à travers le regard de sa jeunesse. Ce magazine a été diffusé sur France Ô.

Elle a aussi réalisé plusieurs reportages abordant des thématiques sociales et sociétales, notamment à Mayotte et Madagascar.

Actuellement, au sein de sa société de production audiovisuelle Vu d'ici et d'ailleurs, elle réalise avec son équipe des films de communication pour des sociétés, ainsi que des reportages.

« Devenir mères est un projet que je porte depuis 2 ans et demi.

C’est après la naissance de mon premier enfant que je me suis questionné sur la parentalité et sur le poids de la société dans notre conception de la maternité.

La société met aujourd’hui beaucoup de pression sur les mères : elles doivent être « parfaites », hyper-disponibles pour leur enfant, gérer la maison et leur travail, tout en restant femme. Et tout cela, bien sûr, en étant forcément très heureuses.

La difficulté maternelle bouscule cette image de la maternité : elle en montre la complexité, et surtout que l’amour et l’instinct maternel ne sont pas innés. C’est un processus et un chemin propre à chaque mère.

A travers ces vécus difficiles et sensibles, ce qui m’intéresse est de montrer qu’il n'y a pas de mère type. La mère parfaite n'existe pas. Une femme ne devient pas UNE mère, mais LA mère de son enfant. Il y a autant de mamans qu'il y a d'enfants. Une maman ne doit pas chercher à coller à une image, mais accepter la maman qu'elle est : son enfant n'a pas d'autre attente que celle-là.

Un film est un outil de communication actuel. C'est une façon de briser les tabous, les solitudes pour recréer un lien social, une réflexion et un dialogue.

En faisant témoigner des femmes sur leur accouchement, sur leur vécu de jeunes mamans, sur leur façon d'être devenu maman et de vivre leur maternité, en sollicitant l'avis, le regard de spécialistes telles que des sages-femmes, des psychologues, je souhaite faire partager des  expériences aux futures mamans et aux futurs papas, pour leur faire passer un message : « Cet heureux évènement n’est pas que du bonheur, surtout au début, la période souvent la plus difficile. Mais ces moments sont passagers : il faut en parler, ne pas rester seul dans son coin et surtout ne pas culpabiliser ! ».

Les poncifs ont la peau dure, ils véhiculent de fausses idées et ne laissent pas la place à des alternatives. Le but de ce film n’est pas de faire peur aux futurs parents, mais au contraire de les informer, de les faire réfléchir à la naissance et à la parentalité. De dédramatiser en écoutant, partageant et échangeant avec d’autres parents. »

Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter via Ulule, nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Le site de Vu d'ici et d'ailleurs

Le Blog de Vu d’ici et d’ailleurs

Le Facebook