Geeks contre tsunami

Simulation d'alerte tsunami dans les Antilles françaises le 17 mars 2016 par un groupe de geeks citoyens

La Fonderie soutient très fort ce projet

La Fonderie soutient très fort ce projet !

MSc Data Management soutient très fort ce projet

MSc Data Management soutient très fort ce projet !

orange soutient très fort ce projet

OrangeCaraibe soutient très fort ce projet !

Esri France soutient très fort ce projet

Esri France soutient très fort ce projet !

Visiomed soutient très fort ce projet

Bewell et Visiomed soutiennent très fort ce projet !

OpenDataSoft soutient très fort ce projet

OpenDataSoft soutient très fort ce projet

E-Bunisess Information soutient très fort ce projet

E-business information soutient très fort ce projet.

Simplon soutient très fort ce projet

Pour chaque euro versé par un internaute, Simplon versera 1€ (dans la limite de 5000€)

A propos

Des geeks qui se mobilisent contre les tsunamis, à l'aide de drones, de stations radio, de capteurs et d'esprit citoyen ça donne ça : un exercice de simulation de tsunamis organisé en parallèle de CaribeWave, projet international mené par l'Unesco et les États de la Caraïbe.

La simulation se déroulera le 17 mars 2016 en Guadeloupe sur l'île de Marie-Galante.

La France n’échappe pas aux risques de tsunamis, tant sur ses territoires d’Outremer que sur ses côtes hexagonales. Quelques événements marquants :

  • 1755 : un tsunami a détruit Lisbonne au Portugal puis touché la Guadeloupe et les îles de la Caraïbe.
  • 1867 : survenu dans les Îles Vierges suite à un séisme de magnitude 7,5.
  • 1908 : en Méditerranée suite au séisme de Messine en Italie qui a tué des dizaines de milliers de personnes.
  • 2003 : suite au séisme de Boumerdès, la Côte d’Azur a connu des millions d'euros de dégâts.

Ainsi, depuis 2011, La France participe à un exercice de simulation d’alerte tsunami organisé dans la Caraïbe : le CaribeWave.

Malheureusement le numérique, internet et les réseaux sociaux restent largement sous exploités alors qu’ils sont essentiels pour préparer, alerter et secourir les millions de personnes concernées.

Face à ce constat et au risque encouru pour les habitants des Antilles françaises, nous citoyens, avons décidé de nous impliquer en parallèle de l’exercice CaribeWave. En 2015, nous avions organisé un premier exercice de simulation afin de créer un système d’alerte des populations potentiellement isolées et donc coupées de toute information en cas de catastrophe majeure en utilisant et hackant les réseaux à disposition (radio, hotspots, émetteurs résilients). 

Notre engagement ne se substitue pas aux missions de l’État.

Nous avons décidé de créer l’association Caribe Wave France Antilles afin d’organiser pour cette nouvelle édition une opération de plus grande envergure et de monter en puissance dans la mobilisation de moyens aériens, télécommunications, hébergement de données cartographiques, météorologiques et sismiques en temps réel.

Notre objectif : 

  • former des hommes et des femmes pour bâtir, reconstruire et exploiter des infrastructures de télécommunications
  • photographier et cartographier les côtes avant et après ces désastres.
  • mettre en place des réseaux de capteurs citoyens pour anticiper, prévenir de l’imminence de crises majeures
  • exploiter les réseaux sociaux pour alerter, prévenir et éviter les rumeurs

Dispositifs déployés :

  • reconnaissance et photographie aérienne avec un avion
  • reconnaissance et photographie avec des drones
  • déploiement de stations météo
  • déploiement d’un réseau d’accéléromètres
  • déploiement de faisceaux hertziens
  • déploiement d’une antenne relais 4G
  • réception de signaux ADSB &AIS pour trafic aérien et maritime

 

Le financement va nous permettre de réaliser un réel dispositif de protection de la population.

Aujourd'hui, nous avons besoin de vous pour mener à bien l'édition 2016 de CaribeWave. 

Avec 25000 € vous nous permettez de réaliser in situ l’exercice CaribeWave 2016. Nous louerons un avion pour réaliser des prises de vue aériennes de reconnaissance et faire la liaison entre les équipes, nous aurons une équipe de dronistes d’AeroMapper et nous avons du matériel radio, des capteurs météorologiques et sismiques déployés à Marie-Galante. 

10 000 personnes seraient potentiellement concernées par l’exercice.

Avec 40 000 €, nous avons les moyens de préparer l’extension de l’exercice avec le collectif Gwadalug en Martinique, St Martin et St Barthélémy sur toute l’année 2016 et potentiellement participer à la protection de 480 000 personnes supplémentaires.

Avec 70 000 €, en plus de la Martinique, St Martin et St Barthélémy l’équipe déploie le dispositif à la Dominique durement touchée par des inondations en 2015, ainsi qu’à Sainte Lucie au sud de la Martinique, protégeant potentiellement 273 000 personnes supplémentaires.

Avec 100 000 €, nous installerons 5 RuggedPod 4G (serveurs étanches qui résistent aux contraintes tropicales : chaleur, humidité, submersion) qui poseront les briques de la première ferme de serveurs de données caribéenne.


Notre objectif est de préparer et participer à la protection à long terme d’une population de plus d’un million de personnes.

Gaël Musquet, Chef de projet Caribe Wave

Jean Karinthi, Responsable logistique et financier  

Olivier Watte, Administateur réseau et système

Jean-Baptiste Roger, Relations publiques et institutionnelles

Bertrand Demarcq, Radio amateur  

David Damblade, Pilote de ligne

Alexandre Vallette, Data scientist 

 Nicolas Sonnet et Théodore Morichau-Beauchant, Dronistes

Jennifer Leblond, Relations publiques, relations presse et community management

Cyril Chapellier, Expert capteurs et systèmes embarqués

 Thomas Grange, Expert API

Judith Aquien, Relations publiques, relations presse et community management
Héloïse Nio, Ingénieure radio, membre actif des associations et collectifs de soutien aux réfugiés

 Jordi Gueyrard et Clément Hudelot, Réalisateurs du reportage

 Marianne Baulez et Laura Vignier, Communication et gestion 

Antony Enkirche, Graphiste