Baltimore, Where You At ?

Une histoire du Baltimore Club/A Baltimore Club story.

A propos

En français:

Baltimore, Maryland, USA.
Une ville qui représente parfaitement la seconde Amérique.
Celle des exclus, celles des victimes de la guerre économique.
Bien loin de l'image brillante, riche et parfaite qu'elle véhicule trop souvent.
Ville à l'histoire très chargée, ville au passé glorieux, ville qui connut une crise, des crises, ville qui n'en finit pas de tenter de se relever des cendres de ses maux: chômage, ségrégations, abandon, pauvreté, désindustrialisation massive, gentrification...


Mais Baltimore a une âme, Baltimore est bien vivante. C'est aussi une terre de création, farouche, sauvage.
Baltimore has got soul.
C'est le lieu ou fut crée, il y a vingt ans maintenant, le style de musique appelé Baltimore Club. Un genre mutant, rapide, dansant, et libre, à mi-chemin entre House Music et Hip-Hop.
Même si l'exposition au grand-public ne fut jamais au rendez-vous, même si les créateurs, pionniers et militants du Baltimore Club survivent plus que ne vivent de ce style, cette musique rayonne, en dehors des frontières de la ville, du pays. Partout dans le monde, des musiciens, DJ's et producteurs sont influencé par le Baltimore Club, parfois sans même savoir d'où vient cette musique.


Mon film se propose d'être un retour aux racines de ce style.
A la base de ce rythme, et de la vie de ceux qui le font.
Il ne m'est pas possible d'oublier le décor, la ville qui a vu naitre le Baltimore Club.
Le film sera une plongée visuelle et sonore dans la ville de Baltimore, ses paysages urbains dévastés par les crises, ses habitants, qui pourtant, se battent, vivent, et créent.
And still, we rise...
Les pulsations sonores du Baltimore Club en bande-son, à la rencontre des créateurs, des pionniers, désireux d'écrire cette histoire inconnue. Mais aussi, aux côtés des ceux, plus jeunes, ou plus lointains, qui ont su-ressentir le potentiel de cette musique, danseurs d'un soir, ou musiciens chevronnés.


Enfin, une tentative de comprendre, sur les décombres des crises, en quoi et comment une musique est un moyen sublime pour lever la tête et être fier. Pour répondre à la dureté du quotidien, le simple fait de danser, de jouer, de chanter, est une résistance.

 

A quoi va servir le financement ?

C'est très simple. La somme récolté par Ulule servira d'apport de financement pour les frais généraux.

En priorité, l'argent servira aux billets d'avion pour l'équipe (2 personnes à priori), puis pourra être utilisé pour les frais d'hébergement et de nourriture sur place.

Enfin, si le budget le permet, l'argent récolté sera ré-investi dans une édition DVD Do-It-Yourself, afin de diffuser le film un maximum, et ce, sur tous les supports possibles. Mais l'on sait tous qu'avoir un bel objet en main, c'est inégalable.

Bien sûr, le film sera ensuite librement visualisable sur le web, et je prévois d'organiser quelques projections physiques, sans oublier la diffusion en festivals divers et variés. Mais ça, c'est une autre histoire...

Pour infos, le film bénéficie du soutien logistique et artistique de 2 associations, l'une lilloise ("Les films du Chat Brillant") et une autre parisienne/banlieusarde ("Regarde à Vue").


A propos du porteur de projet

Les yeux sur le monde, les oreilles sur le son.

Localement, globalement.

Voilà plusieurs années que je trimballe ma caméra et mon appareil photo.  Que ce soit sur le monde paysan en Roumanie (« Taraneasca », 2006), sur la jeunesse et ses gestes en ville (« Dans la place », 2009), ou plus récemment, sur les DJ’s et producteurs avant gardistes de la scène Global Bass (série d’interviews pour le Global Bass show).

Diplomé de l’école de réalisation documentaire de Lussas (Ardèche), j’ai toujours eu l’ambition d’essayer de documenter la marche du monde, et les sons que cette marche produit.  N’est ce pas là la fonction du documentaire ?

Plus simplement, j’aime l’idée que la musique est un témoignage formidable sur ce qui se passe, dans la vie des gens, dans la construction d’une histoire, locale, ou plus globale.

Que la musique est aussi et surtout un formidable moyen de résistance, pour que l’existence puisse s’extraire d’un réel, parfois poisseux, le temps d’une chanson, d’une nuit, d’une vie.

Le rythme comme appel à la liberté, comme moyen pour se sentir libre.

 C’est la raison pour laquelle, dans mon parcours récent, la musique et ses discours ont une place primordiale.

Animateur depuis plusieurs années de l’émission Global Bass (Vallée FM, Web),  réalisateur de mini-clips, journaliste musical amateur, et VJ, ma pratique de l’image s’articule désormais principalement en musique.

J’ai eu l’occasion de construite « Baltimore, where you  at ? » depuis plus d’un an, tout en réseau et en rencontres incertaines.

Web d’abord, puis repérage, seul à Baltimore en Mars 2011.

Mais, à la final, il en ressort une formidable envie et nécessité de faire ce film, ici, ou là bas, avec les personnes rencontrées.

Les turpitudes de la production classique me font me tourner vers un site comme Ulele, en addition à une production associative, ou la proximité avec le public potentiel reste une richesse formidable, et où l’intention peut être comprise, et surtout discutée.

Le film reste à faire. La ville m’attend, nous attends.

Pour toutes questions, n’hésitez à m’écrire : bmoreclub.doc@gmail.com

 

Quelques références (en vrac, incomplètes).

 

Les labels avec qui… : Generation Bass, Soukouch Ethnik, Moveltraxx Records, Akwaaba Music… (teasers video, montage interview) 

Les artistes avec qui… :

Sabbo (Tel Aviv), Dj Tameil (Newark), Big Dope P (Paris), Halo Nova (Usa), Martin Sauvage (Orléans), Herr Müller (Pays-Bas) pour les teasers et clips.

Benjamin Lebrave, Schlachthofbronx, Foamo, Canblaster, Stand High Sound, Uproot Andy pour les interviews vidéos.

Les salles, lieux et festival (en tant que VJ) : Le Batofar (Paris), La Bellevilloise (Paris), Incubate Festival ( Pays-Bas), Vision’r (Paris/Global) et avec le Patamix Crew ...