Le Baiser de Marseille

Documentaire sur le mariage pour tous

A propos

© Gérard Julien / AFP

Le Baiser de Marseille est un documentaire de société, réalisé par Valérie Mitteaux, prenant pour point d'appui la photographie du même nom, devenue un symbole de la lutte pour le "mariage pour tous".
Commencé sans financement, c'est un projet fait dans l'urgence de l'actualité, alors même que la loi sur la mariage vient d'être approuvée et que le reste du projet est encore en débat à l'Assemblée Nationale.


SYNOPSIS

Photo-choc. A Marseille, en octobre dernier, Julia et Auriane, deux jeunes étudiantes, défient des manifestants anti-mariage gay et anti-adoption, et offrent à un photographe un cliché en passe de devenir une référence en matière d'acte citoyen pro-égalité.

Entre la nécessité d'accéder à des droits fondamentaux et la peur du chaos, plongée dans une image qui permet de sonder les zones troubles entre la France et l'homosexualité.

Par ici, le lien "Allout"...

 

© Gérard Julien / AFP

POURQUOI NOUS VOULONS FAIRE CE FILM

  • Il s'agit d'un film fait dans l'urgence. L'urgence de l'action, de l'air du temps : une page historique de la République Française est en train de s'écrire. Il est évident pour nous que le film doit se faire maintenant, coûte que coûte, et que s'en remettre au processus classique de financement, souvent très long au cinéma, signerait la mort du projet.
  • La photo du "Baiser de Marseille" a été prise le 23 octobre dernier. Elle est le point de départ et l’axe essentiel du documentaire. Accédant au statut d'image culte de la lutte anti-discrimination, elle continue de circuler largement et est reprise à intervalle régulier dans les médias : c'est sur cette actualité brûlante que nous voulons construire le film.
  • Urgence de rassembler ces 7 000 € qui nous permettraient de mettre le film en marche dans les plus brefs délais, de rencontrer les deux jeunes filles - Julia et Auriane, le photographe, Gérard Julien, ainsi que les autres protagonistes du film.
  • Urgence de comprendre les répercussions à terme de cette surmédiatisation de l'homophobie.
  • Urgence enfin de déplacer le débat, de parler différemment du mariage pour tous en s'emparant d'un sujet via un angle d'approche singulier, un baiser… à Marseille. Une ville où on ne plaisante pas avec le genre !
 
 

A quoi va servir le financement ?

  • Les besoins matériels : location du matériel caméra.

L'équipement minimum mais nécessaire pour travailler dans de bonnes conditions et réaliser au plus vite les multiples entretiens avec les protagonistes.

  • Les déplacements (transport et hébergement).

Ce projet implique un certain nombre de déplacements en France, entre Marseille et Paris notamment. 

  • Post-production.

Un des objectifs à court-terme pour pouvoir mobiliser d'autres partenaires et financeurs est de réaliser un trailer pour donner un aperçu du film et un ton. Outre le trailer, pour la post-production du film, nous devrons louer un banc de montage et un studio de mixage et d'étalonnage. 

 

 

A propos du porteur de projet

  © Estelle Fenech

Valérie Mitteaux est la réalisatrice. Documentariste, elle vit entre Lisbonne et Paris.
Anciennement journaliste, elle a réalisé plusieurs long-métrages documentaires dont Caravane 55, un film sur les Roms qui a obtenu le prix Spécial du Festival du film des droits de l’Homme, à Paris en 2004 et Prix du Public aux Ecrans Documentaires du Mans en 2005 ; Kings of the World, un road-movie qui interroge des Américains sur l'hégémonie de leur pays, sorti au cinéma en juin 2007 et plus récemment Fille ou garçon, mon sexe n’est pas mon genre, sur la façon dont le masculin et le féminin circulent lorsque l'on est née femme et que l'on se sent homme, un film produit par Arte et diffusé en octobre 2011 et en septembre 2012 en France et en Allemagne.

 

 

Extrait de Fille ou garçon, mon sexe n’est pas mon genre. (Real : Valérie Mitteaux ; Prod : ARTE, 2001).

Concentrée sur la recherche de nouveaux paradigmes, les droits humains et la quête de plus de démocratie, elle mène en parallèle deux nouveaux projets : Dreamocracy sur une initiative d’Académie Citoyenne portugaise, à vocation européenne. Et La Sous-mission féminine, sur la difficulté des femmes à sortir de leur soumission, au travers notamment de la génération qui estime que le féminisme est désormais une lutte inutile.

 

  

Ci-dessus, la bande-annonce du film Kings of the world (Réal : Valérie Mitteaux, Anna Pitoun, Rémi Rozié ; Prod : Caravane Films ; 2007).

 

Ci-dessus, un extrait de Caravane 55 (Documentaire de Valérie Mitteaux et Anna Pitoun ; Prod : Caravane Films ; 2004). 

www.caravanefilms.fr

 

 

L’EQUIPE 

  

Stéphanie Theuret est la coordinatrice crowdfunding.
Après un BTS en communication visuelle à Marseille, elle est désormais à l'Ecole d'art et de Design Marseille-Mediterranée (ESADMM) où elle étudie la photographie.
Dans le cadre de sa pratique, elle collabore à de nombreux projets artistiques. Elle réalise des photographies de plateau, et participe à des projets audiovisuels aussi bien en tant que régisseuse, décoratrice ou assistante réalisatrice. Elle a récemment participé au tournage du dernier long-métrage d'Alain Guiraudie L'Inconnu du lac en tant que régisseuse.

 

 

Elise Tamisier est l'assistante réalisatrice.
Venant de la photographie, Elise Tamisier est passée au cinéma en 2010 en réalisant son premier court-métrage Sans sommeil à partir d'images fixes. Elle réalise depuis 2012 une série de documentaires sur des réalisateurs participant aux "ateliers courts" organisés par le collectif de comédiens la Réplique : Guiraudie côté cour(t), Dridi côté cour(t). Depuis 2011, Elise dirige la Compagnie d'Avril, association dédiée à l'éducation à l'image dont elle est la principale intervenante.
Pour Le Baiser de Marseille, Elise a déjà filmé plusieurs manifestations et événements relatifs au mariage pour tous. 

Le site et le facebook de la Compagnie d'Avril.

 

 

QUI EST FFM ?

FILMS DE FORCE MAJEURE développe et produit courts et longs-métrages depuis 2010, sans limite de contenu ni de format.
Face aux exigences du marché et des circuits de distribution, nous travaillons à aménager des espaces dédiés à la créativité, à l’indépendance d’esprit, à la transgression des normes, à l’engagement.
FFM met l’accent sur les formes atypiques et la coproduction internationale parce que chaque frontière dépassée est l’occasion de renouveler notre regard sur le monde et sur nous-mêmes.
À cette fin, nous favorisons la circulation et les échanges, et développons un réseau de partenaires diversifié

Producteur Jean-Laurent Csinidis et Jérôme Nunes

Le site de Films de force majeure.
Le facebook : ici
Et notre twitter...