ALIBI MAG

Tout l'univers des polars dans une revue de qualité

A propos

LE SECOND OBJECTIF DE 10 000 € EST ATTEINT !

UNE NOUVELLE FOIS, UN GRAND MERCI A TOUS POUR VOTRE SOUTIEN. 

La totalité de l'impression de la prochaine édition de la revue est financée. L'équipe d'Alibi vous prépare donc un numéro 9 qui verra le jour vers la mi octobre. 

La collecte se termine le 30 août, n'hésitez pas à continuer à en parler autour de vous, plus nous récolterons, plus la pérennité d'Alibi sera assurée.

 

Alibi, vous en aurez tous besoin un jour ! 

Notre slogan n’a jamais été autant d’actualité…

Mais c’est quoi Alibi ? Un magazine ? Un livre ? Alibi, c’est tout ça à la fois. Certains disent “mook“, d’autres “magbooks“, nous nous disons revue, tout simplement. Entre le livre et le magazine, 164 pages consacrées aux univers du polar : fiction (romans, séries télés, films) et réalité (flics, voyous, faits divers).

Créée en janvier 2011, Alibi est une revue totalement indépendante, éditée par une petite structure (Ayoba Editions) qui a réussi à faire paraître huit numéros. Huit éditions dans lesquelles les lecteurs ont trouvé de nombreuses rencontres avec les plus grands auteurs de romans policiers (Ellroy, Connelly, Rankin), avec des flics, des voyous, des détectives, mais aussi des enquêtes au long cours originales, des centaines de livres, de séries et de films chroniqués...

En deux ans, Alibi, vendue 15 € uniquement en librairie, s’est fait un nom dans le monde du polar. Aujourd’hui, c'est le gang qui le fabrique qui a besoin de vous pour continuer l’aventure, publier le numéro 9 et poursuivre son développement. 

 

   

 

Les plus grands noms du polar et du thriller sont passés à la question du gang d’Alibi : James Ellroy, Michael Connelly, Lawrence Block, Ian Rankin, Harlan Coben, etc.

D’autres auteurs ont troqué leur costume d’écrivain pour celui du journaliste et nous ont offert des textes inédits : Henri Loevenbruck, RJ Ellory, Paco Taibo II, Donato Carisi, Elsa Marpeau, Marin Ledun, Jérôme Leroy ou encore Victor del Arbol ont enquêté pour nous.

 

Alibi c’est aussi :

- un dossier d’une vingtaine de pages qui s’intéresse à une thématique « noire » en profondeur. Les reines du crime, les erreurs judiciaires, les secrets d’Etat, les faits divers à la une, les séries télé...

- des enquêtes (les homonymes de tueurs, le monstre de Gênes, les indics, etc)

- des histoires (la chute d’Eliott Ness, le tueur à la pizza, les enfants volés du franquisme, etc)

- des rencontres (Olivier Marchal, Bertrand Tavernier, Maître Mô, etc)

- des experts (le juge Halphen, Claude Mesplède, Marie Colmant, etc)

- des portfolios (la bande à Bonnot, les gangs du Salvador, les briseurs d’Omertà, etc)

- des chroniques (livres, séries télé, films, etc)

Un soin tout particulier est apporté au visuel. Le fond et la forme vont de pair. Une production photo de qualité et des illustrateurs de renom (Baudoin, Rébéna, Troub’s, etc)

 

   

 

 

 

Ce qu'ils pensent d'Alibi : la presse unanime ! (extraits)

  • "Un magazine prestigieux à placer en bonne garde à vue dans sa bibliothèque" (Paris Match)
  • "Alibi a réussi son pari de proposer un élégant magbook dévolu au polar […] Au livre, il emprunte le format sac à main, les rayons en librairie et le prix (15 euros). Du magazine, il conserve les grands articles, les photos esthétiques [...] Cette schizophrénie place Alibi dans le sillage de la revue XXI." (Les Inrocks)
  • "Des photos arty, une maquette léchée, un format quasi carré pour un magbook où l'on ne parle pas de trimestre mais, comme pour les défilés de haute couture, de saison. Le noir est ultra chic !" (Le Point)
  • "Un Alibi en béton. Cette revue qui en a sous l'imper propose un emballage graphique aussi calibré que la ceinture de l'inspecteur Harry. C'est beau." (Technikart)
  • "Le grand Alibi : une caverne d'Ali Baba réservée aux serial lecteurs." (Télérama)

...

 

A la une du numéro 9 : un dossier détectives privés.

Figures incontournables de la littérature policière et des films noirs, ils font l'objet de bien des clichés et des fantasmes. De la figure du privé dans les livres ou au cinéma aux agents de recherche dans la vraie vie d'aujourd'hui, Alibi plonge dans le monde des détectives. Entre fiction et réalité, un dossier qui fait le point sur l'un des héros emblématique du polar.

Et bien d’autres sujets que nous vous dévoilerons au fur et à mesure que la collecte avance, avec quelques surprises en perspectives…

 

Suivez Alibi sur notre site, sur Twitter (@Alibimag) et notre page Facebook 

A quoi va servir le financement ?

Alibi est une revue indépendante. Certes, elle s’est déjà fait une place sur les tables polars des librairies, mais c’est une équipe réduite qui est aux manettes. Un gang qui a aujourd’hui besoin de complices pour continuer cette aventure, au moment où elle souhaite passer à la vitesse supérieure.

Soutenue depuis le début par des proches et des amis, il nous faut maintenant gravir une marche. Cette ascension a déjà démarré et un nouveau diffuseur permettra, dès le prochain numéro, de trouver Alibi dans plus de librairies partout en France. Grâce à vous, la revue pourra continuer de vous surprendre et vous faire découvrir le monde à travers le prisme du polar.

  • Si notre collecte atteint les 6 000 euros, cela permettra de financer la création graphique du numéro 9 (maquette, photos et illustrations).
  • Si nous parvenons à dépasser ce seuil et à atteindre 10 000 euros, cela financera la totalité de l’impression de la revue.
  • Soyons fous et imaginons que nous atteignons les 20 000 euros, cela financera la totalité du numéro 9 d’Alibi !

 

A NOS ABONNES : Bien sûr, vous nous soutennez déjà par votre abonnement et nous vous en remercions. Nous vous proposons donc de faire connaître cette collecte à un maximum de gens autour de vous. Et si vous souhaitez participer, il est évident que votre abonnement sera prolongé d'autant en fonction de votre participation (un numéro de plus, deux, quatre, etc). 

A propos du porteur de projet

   Qui sommes-nous ?

Trois journalistes expérimentés à l’origine de la revue Alibi, créée en janvier 2011 : Paolo Bevilacqua, Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal. Nous avons travaillé dans la presse magazine durant une quinzaine d’années. Tous trois sommes de gros lecteurs de polars, mais aussi accros aux séries télé policières et nous avouons un faible pour les enquêtes et les faits divers. 

Paolo Bevilacqua est photographe de formation (Le 75, Bruxelles). Spécialisé dans le reportage, il a la particularité de posséder une deuxième casquette, celle de la direction artistique. Aux manettes de la mise en pages de divers magazines, il a créé la charte graphique d’Alibi.

Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal ont réalisé une grande partie de leur carrière au sein de Courrier International. Ils ont publié dans de nombreux journaux (Libération, Challenges, JDD, etc) et sont coauteurs de plusieurs livres, dont La Ville qui tue les femmes, enquête à Ciudad Juárez et Pinochet, un dictateur modèle (Hachette Littératures) ainsi que d’un polar, Narco Football Club (éd. Moisson Rouge). Ils sont aussi les co-auteurs de l’un des tous premiers webdocumentaires français, produit par Upian, La Cité des Mortes, mis en ligne en septembre 2005.