A TABLE !

Avoir un financement suffisant pour remplir les rayons d’une épicerie sociale à Caen

A propos

A TABLE !

Avoir un financement suffisant pour remplir les rayons d’une épicerie sociale à Caen 

L'Epi Vert, c’est…

1 association, 1 épicerie sociale, 140 m2 de surface carrelée, 7 ans  d’expérience, 4 000 heures de bénévolat, 10 partenaires financiers les bonnes années,  des produits de base, de toilette et d'entretien, 130 adhérents,  des produits frais et surgelés, 4 salariés à payer,  des pommes, des poires et des légumes, 300 personnes à table, 1 lieu de convivialité, 1699 tasses à laver, 140 000 € publics ou privés non gaspillés, beaucoup d’histoires de vie conversées, 1 étal de couleurs saisonnières sur le marché, un tas de cerveaux mélangés, 294 recettes de cuisine pas compliquées à imiter, 1 originalité à récompenser, 3564 kg de générosité et encore de nombreuses choses à inventer.

L'Epi Vert défend…

la bienveillance comme condition sine qua non, la déculpabilisation du pauvre,  la réconciliation de chacun avec sa propre valeur, le droit à la parole même si on est pauvre, qu’on ne parle pas comme il faut, qu’on n’est pas physiquement parlant, la sécurité alimentaire pour manger à sa faim, plusieurs fois par jour, ce qu'on aime, ce qu'on veut, ce qu'on a choisi  et acheté.

L'Epi Vert a besoin…

de légitimité, d’argent pour remplir les rayons de son épicerie et bien faire son travail, de 2021 personnes qui donnent au  moins 5 € pour faire péter l’objectif de départ en criant haut et fort : « A table ! » pour que tout le monde passe à table.

 

Cliquer sur ce lien pour en savoir plus sur l’Epi Vert :

www.facebook.com/lepivertcaen

 

A quoi va servir le financement ?

Pour alimenter une vraie épicerie sociale, il faut agrémenter les rayons de produits que l’on a choisis et achetés. C’est un leurre de croire que l’on peut nourrir les familles correctement et sainement seulement avec des dons ou les invendus des grandes surfaces.  Il est nécessaire d’avoir un budget d’approvisionnement.

Pour l’Epi Vert, ce budget s’élève à  50 000 € par an. Cette année, il manque  5000 €.

Avec cet argent, nous permettons à 70 familles (soit 300 personnes) de bénéficier de notre boutique et de faire des courses comme nous tous.  

 

 

A propos du porteur de projet

D’après le Comité de la Sécurité Alimentaire mondiale :

"La sécurité alimentaire existe lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, la possibilité physique, sociale et économique de se procurer une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins et préférences alimentaires pour mener une vie saine et active."

Au regard de cette définition, il apparaît indiscutable que les adhérents de l’Epi Vert se trouvent dans un état d’insécurité alimentaire et l’association s’est donnée comme objectif de rompre avec ce qui semble une fatalité.

L’association apporte à ses adhérents, par le biais de son épicerie sociale et de ses activités, une sécurité alimentaire. Elle respecte pour cela l’application de critères d’accès et de distribution justes et uniformes. Elle défend une marchandise attractive, non pas par son emballage et sa politique de marketing, mais par sa valeur nutritive, sans pour autant vendre des produits d’apparence et de qualité médiocres. Cette démarche la fait ressembler à un petit commerce de quartier. Ce n'est pas un centre de distribution alimentaire. Les adhérents sont des clients libres du choix de leurs achats qu’ils paient à hauteur de 15%.

L’association permet aux adhérents d’accéder aux quatre piliers que comporte la notion de sécurité alimentaire : l’accès (avoir la capacité de s’acheter de la nourriture) ; la disponibilité (avoir la quantité suffisante d'aliments) ;  la qualité (avoir des aliments à son goût et sains) ; et la stabilité (avoir la certitude quotidienne de pouvoir passer à table).

L’Epi Vert défend cette aide alimentaire autrement avec d’autant plus d’énergie qu’elle a la preuve, par son expérience, de la pertinence de son projet associatif sur la santé globale des adhérents.

 

En bref, L'Epi Vert propose :

  • un accueil bienveillant,
  • un accompagnement social,
  • une épicerie sociale,
  • un lieu de convivialité,
  • un atelier de dégustation,
  • un marché,
  • des activités sportives,
  • un vestiaire…

L’Épi Vert n’est pas donc un lieu de distribution alimentaire anonyme et peu digne. Au contraire, il s’agit d’un endroit que l’on fréquente sans honte, avec la certitude d’y être connu et reconnu avec toutes ses singularités. C’est un endroit de mixité citoyenne où l’on défend une alimentation saine, variée et conviviale. L’association permet à son adhérent de manger à sa faim, plusieurs fois par jour, de manger ce qu'il aime, ce qu'il veut, ce qu'il a choisi et acheté ; elle lui permet aussi d'acquérir l'élémentaire, ce qu'il a manqué, raté, oublié ou jamais su.

 

L’épicerie sociale

 

L’Épi Vert est située en plein cœur du quartier du Chemin Vert à Caen et possède des locaux adaptés, conformes aux normes d'hygiène et habilités à recevoir du public. L'épicerie, susceptible d’accueillir 80 familles, est équipée de vrais rayonnages, de réfrigérateurs et congélateurs professionnels et d'une caisse. Les produits dont on surveille la fraîcheur et les dates de consommation autorisées, sont étiquetés, disposés dans les rayons à portée d'yeux et de mains. L'épicerie sociale de l’Épi Vert ressemble donc en de nombreux points à une épicerie de quartier : les clients y viennent quand ils le souhaitent sur les horaires d'ouverture, y prennent les produits de leur choix parmi la grande diversité proposée, passe devant une caissière à laquelle ils règlent la somme due (15% du prix affiché ; le reste est pris en compte par l'association).

Le fait que l’épicerie sociale ressemble à une épicerie traditionnelle est primordial. Il s’agit d’une première mesure pour replacer les adhérents bénéficiaires dans le droit commun. Ils doivent avoir le sentiment de faire leurs courses comme n’importe quel citoyen : choisir ses produits dans un magasin équipé de matériel professionnel, ne pas être contrôlé sur les produits achetés, passer par la caisse pour faire enregistrer ses achats, payer (même si ce n’est qu’une partie)… tout cela participe à rassurer le « client » et à le respecter en tant que tel.

 
Le lieu de convivialité

 

Le lieu de convivialité est ouvert en même temps que l’épicerie. Une cuisine, une grande table et beaucoup de chaises, un coin-jeux pour les enfants, une décoration chaleureuse et soignée. On y vient ou on y passe, pour boire un café ou un thé, y goûter les recettes de l’atelier de dégustation le vendredi matin, pour discuter, rire, écouter, se renseigner… C’est l’espace des adhérents, un lieu neutre où chacun peut s’exprimer en toute liberté, à l’abri de toute discrimination. Là, comme partout à l’Épi Vert, on prône le respect de la dignité et de la valeur de chaque personne, on bouscule patiemment les préjugés pour convaincre combien il est nécessaire d’être et rester acteur de sa propre vie.

L’Épi Vert a été voulue et créée par les habitants du quartier. Ils en sont devenus les administrateurs, les bénévoles, les bénéficiaires. Il était indispensable qu’un espace leur soit réservé au sein de leur association. L’Épi Vert n’est pas qu’une épicerie sociale, c’est aussi et surtout un lieu de rencontres et d’échanges.

 

Le marché

 

Chaque vendredi matin, l’Épi Vert propose à tous ses adhérents, sans le limiter aux adhérents bénéficiaires de l’épicerie, un marché : il s'agit d'un stand qui propose des légumes (issus d’un jardin d'insertion « les jardins d’Arlette »), des fruits (produits localement) et des œufs (d'un élevage en plein air de proximité). Pour un prix adapté aux possibilités de chacun, il est donc possible de s'y procurer des produits variés, d'une fraîcheur indiscutable, élaborés dans le respect de l'environnement et de la santé du consommateur.

Pourquoi alors ne pas se contenter de proposer ces produits dans les simples rayons de l'épicerie ? Donner une forme toute particulière à la vente de ces denrées primordiales dans l'équilibre alimentaire, permet à l'association d'insister sur l'importance de cette consommation et apporte une communication immédiate sur le sujet. De plus, l’ouvrir à tous les adhérents a permis leur rencontre réciproque et leurs échanges : il montre ainsi à chacun qu’on peut avoir des ressources différentes mais s’alimenter de la même façon.

 

L’atelier de dégustation

 

Au même moment que le marché, un intervenant propose aux adhérents la dégustation de deux plats préparés au préalable exclusivement à partir des produits disponibles dans l'épicerie et sur le marché. Délibérément, il choisit pour ces recettes de mettre à l'honneur, chaque semaine, un légume ou un fruit. Il compte ainsi encourager leur plus grande consommation en les présentant à la vue et à la dégustation dans le cadre de préparations équilibrées, extrêmement simples et rapides, peu onéreuses et facilement réalisables chez soi. En outre, il promeut l'emploi d'ingrédients moins gras, moins riches en sucre ou en sel. Les adhérents, après avoir goûté les plats, obtiennent les fiches-recettes qui sont accessibles à tout moment, car présentées joliment dans les locaux de la structure.